Burundi : l’arrestation et la condamnation de 4 journalistes fait réagir l’ONU

Bujumbura  (© 2020 Afriquinfos)- Des peines de prison fermes ont été prononcées en janvier dernier contre 4 journalistes burundais  arrêtés quatre mois plus tôt alors qu’ils allaient couvrir des affrontements dans le nord du pays. Selon des experts indépendants de l’ONU, les accusations portée contre eux ainsi que leur mise en détention sont fallacieuses et relèvent de la violation de la liberté d’expression.

L’affaire démarre en octobre 2019 quand Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana, défenseurs des droits de l’homme et journalistes du média indépendant Iwacu, se rendaient dans la Province de Bubanza pour y couvrir des affrontements impliquant des forces de défense du Burundi et des membres du groupe rebelle Red-Tabara  Arrêtés et accusés de « complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Eta » qui sera requalifiée de « tentative impossible d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat », ils seront condamnés en janvier à à deux ans et demi de prison et à un million de francs burundais (environ 530 dollars).

Cette décision de la  justice burundaise est condamnée par des experts en droits de l’homme de l’ONU. « Nous sommes vivement préoccupés par le fait que les condamnations à des peines d’emprisonnement de Mme Kamikazi, Mme Ndirubusa, M. Mpozenzi et M. Harerimana aient été prononcées à l’issue d’une procédure qui ne semble pas avoir respecté les garanties du droit à un procès équitable. Ces condamnations semblent directement liées à leurs activités de journalistes. A défaut de respecter ces garanties essentielles, les journalistes doivent être libérés », ont déclaré ces derniers.

Les experts de l’ONU s’inquiètent à cet effet qu’à l’approche des élections prévues au Burundi entre mai et août 2020, l’espace démocratique et le droit à l’information soient de plus en plus restreints.  Pour eux, le lien entre ces condamnations et l’imminence des scrutins est avéré. « Le fait que les journalistes aient été condamnés à l’approche des élections alors qu’ils travaillent pour Iwacu, l’un des derniers médias indépendants du pays, pose des questions sur les motifs véritables du verdict prononcé », ont conclu les rapporteurs onusiens.  

Les lois pour les médias ont été particulièrement durcit au Burundi ces dernières années.

S.B.

Ces articles devraient vous intéresser :

Lutte contre le terrorisme : l’ONU s’érige en protectrice des grands évènements sportifs
ONU/ Conseil de Sécurité : Macky Sall fait d’une meilleure représentativité de l’Afrique une « urgen...
L’ONU appelle la population d’Afrique de l’Ouest à respecter les consignes pour vaincre le Covid-19
Mali : le Chef des Opérations de Paix de l’ONU demande plus de moyens et de coordination
ONU : à New York, les Chefs d’Etat africains plaident pour des actions concrètes face à l’urgence cl...
Libye: L'UE appelle à un cessez-le-feu et soutient l'émissaire de l'ONU
Avenir et paix au Sahel: Réunion déterminante à l'ONU avant les urgentes réformes
Le plan Trump pour le Moyen-Orient qualifié de déséquilibré (ONU)
L'ONU débloque un fonds d'urgence de 15 millions de dollars pour la lutte contre le coronavirus
RDC: "Il faut faire plus" face à Ebola et aux milices, lance le patron de l'ONU à Beni
Impact du Covid-19 : l’ONU demande 2.500 milliards de dollars pour les pays en développement
Election/Message ferme du Conseil de sécurité de l'ONU a l'endroit des Bissau-Guineens !
Diplomatie internationale: Le Kenya, bientôt membre non permanent du CS de l'ONU?
Report de la COP26 : l’ONU rappelle que la science sur le climat n’a pas changé, il faut continuer l...
Mali : le massacre à Ogossagou sur le point d’être qualifié de crime contre l’humanité (ONU)
ONU en 2019/Muhammad-Bande, 2è Nigérian et 13è Africain à présider à présider l’AG
Guterres remet la RDC en haut de l'agenda diplomatique de l'ONU
Gouvernance de l’ONU : ces 4 Africaines nommées à la tête d’institutions-clés de l’organisation
Le soutien au développement de la jeunesse africaine sur la table du Conseil de sécurité de l'ONU
Sahara occidental: Le chef de l'ONU espère le maintien d'une "dynamique" politique
L’ONU fait de la fin du conflit en Libye une perspective réaliste
La situation sécuritaire Au Mali et au Sahel, se détériore à un rythme alarmant (ONU)
Libye: Haftar s'est dit être ouvert au dialogue avant une réunion à l'ONU
AG de l’ONU 2019 : Les peuples veulent des solutions, des engagements et des actes (A. Guterres)

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés