La CNUCED crie haro sur la floraison des crypto-monnaies au Sud 

New-York (© 2022 Afriquinfos)- La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), s’inquiète de la prolifération des crypto-monnaies dans les pays en développement et préconise une réglementation plus stricte.

Depuis quelques années et encore depuis la survenance du Covid-19, l’utilisation des crypto-monnaies ont connu une explosion à travers le monde. Selon la CNUCED, il en existe au moins 19000 et ses plus grands utilisateurs sont les pays en développement. Voilà, ce qui inquiète l’organe onusien. Dans sa note, intitulée « Tout ce qui brille n’est pas or. Ne pas réguler les crypto-monnaies coûte très cher » , la CNUCED examine les raisons de l’adoption rapide des crypto-monnaies dans les pays en développement, notamment la facilitation des transferts de fonds et la protection contre l’inflation des monnaies fiduciaires. Or « les récents chocs subis par les devises numériques sur les marchés suggèrent qu’il est risqué de détenir des crypto-monnaies. Si une banque centrale intervient pour protéger leur stabilité financière, le problème devient alors public », a déclaré la CNUCED.

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement craint également que le développement rapide des crypto-monnaies voire leur substitution aux monnaies nationales, mettrait en péril la souveraineté monétaire de ces pays.

Dans une seconde note portant sur l’impact des crypto-monnaies sur la stabilité et la sécurité des systèmes monétaires, et pour la stabilité de l’architecture financière en général, la CNUCED indique qu’‘’Un système de paiement numérique national de service public devrait répondre à au moins certaines des raisons de l’utilisation des crypto-monnaies et limiter l’expansion des crypto-monnaies dans les pays en développement’’. A cela, s’ajoutent les risques d’evasions fiscales. Car, estime la CUNCED, les crypto-monnaies pouvaient aussi permettre des fraudes et encourager l’évasion fiscale par le biais de flux financiers illicites – à l’instar d’un paradis fiscal, où il est difficile d’identifier qui possède quoi. ‘’Ainsi, les crypto-monnaies peuvent également freiner l’efficacité des contrôles de capitaux, un instrument clé des pays en développement pour préserver leur marge de manœuvre et leur stabilité macroéconomique ‘’ a ajouté l’agence.

Pour finir la CNUCED a exhorté les autorités à réglementer les échanges de crypto-monnaies, les portefeuilles numériques et la finance décentralisée et préconisé une coordination fiscale mondiale concernant le traitement fiscal des crypto-monnaies, la réglementation et le partage des informations.

S.B.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés