Accueil Reste du Monde Des chercheurs s’efforcent d’éradiquer la maladie du sommeil

Des chercheurs s’efforcent d’éradiquer la maladie du sommeil

Des chercheurs s’efforcent d’éradiquer la maladie du sommeil

Les chercheurs, comprenant des scientifiques du Centre international de la physiologie et l'écologie des insectes (ICIPE), basé à Nairobi, ont déclaré qu'une connaissance exacte de la biologie et de la physiologie de cet insecte promettait d'apporter des connaissances génétiques fortes susceptibles un jour d'éliminer cette maladie d'Afrique sub-saharienne.

"C'est une étape majeure pour la communauté de chercheurs sur la mouche tsé-tsé", a déclaré Geoffrey M. Attardo, un scientique de l'École de santé publique de Yale aux États-Unis.

"Notre espoir est que cette ressource facilite la recherche fonctionnelle et apporte une contribution constante à la communauté des chercheurs en biologie des vecteurs", a déclaré M. Attardo dans un communiqué publié à Nairobi.

Le nombre de cas de nouvelles infections signalées chez l'être humain a baissé récemment à moins de 10.000 par an, toutefois un grand nombre de cas, en particulier dans des régions rurales avec un accès limité aux infrastructures de santé, ne sont pas diagnostiqués.

D'après l'Organisation mondiale de la Santé, le nombre de cas réels est estimé aux alentours de 20.000 et la population exposée à un risque s'élève à près de 70 millions de personnes dans 36 pays africains.

D'après les chercheurs, il existe des médicaments pour traiter la maladie du sommeil, mais ils sont coûteux, comportent un grand nombre d'effets indésirables, et sont difficiles à administrer dans de nombreuses régions d'Afrique rurale où la maladie est la plus prononcée.

"Laissée sans traitement, la maladie du sommeil entraîne invariablement la mort", ont mis en garde les scientifiques.

Les mouches tsé-tsé transportent également dans leur corps des organismes parasites en symbiose, qui pourraient être manipulés pour réduire leur cycle de reproduction.

Un organisme de ce type est le Wigglesworthia glossinidia, sans lequel les femmes ont souvent tendance à avorter.    

     Serap Aksoy, professeur à l'École de santé publique de Yale, a contribué à initier ce projet de recherche collaboratif dans le début des années 2000, lorsqu'elle a conclu que les progrès dans la lutte contre cette maladie et dans les opportunités de contrôle de la population de mouche tsé-tsé seraient freinés tant que le fonctionnement biologique et chimique de cet organisme ne seraient pas complètement compris.

     "Notre espoir est que la recherche sur la mouche tsé-tsé bénéficiera désormais d'une plus grande participation de la communauté de la biologie des vecteurs, permettant des méthodes meilleures et nouvelles pour éliminer la maladie", a déclaré Mme Aksoy.

     L'élevage de bétail devient presque impossible dans les régions où la mouche tsé-tsé est endémique, car la maladie qu'elle véhicule chez les animaux tue trois millions de bêtes chaque année, entraînant un coût de 4 milliards de dollars pour les éleveurs.  

     Les agriculteurs tendent à abandonner l'élevage dans ces régions, car ils sont incapables de s'offrir les traitements vétérinaires lorsqu'ils existent.    

     Dan Masiga, le chef de l'unité de la biologie moléculaire et de la bioinformatique à l'ICIPE, a noté qu'une conclusion génétique qui a le potentiel pour contrôler la mouche tsé-tsé est la découverte de matériel de l'ADN du virus qui est étroitement lié aux virus trouvés chez les guêpes parasites appelés Cotesia congregata, qui au stade larvaire se nourrit sur les mites et les larves de papillon pendant qu'ils se développent en guêpes adultes.

     Cependant, ces guêpes ne pondent habituellement pas leurs oeufs dans les larves de la mouche tsé-tsé. Normalement, ces guêpes parasites pondent leurs oeufs parmi la teigne et les larves de papillons qui sont plus facile à trouver.

     M. Masiga théorise que ce matériel ADN aurait été inséré dans le génome de la mouche tsé-tsé à un stade précoce du développement de l'espèce, lorsque la mouche n'avait pas encore un système pour couver ses oeufs dans l'utérus.

     "La mouche tsé-tsé ne donne naissance qu'à des pupes bien développés, qui, en quelques minutes forment une coque externe dure qu'il serait difficile pour les larves de guêpe de pénétrer et déposer leurs oeufs", a déclaré M. Masiga.

     Cela aurait pu être une défense évolutive contre les guêpes parasites.

     "Cotesia congregata, la guêpe parasite, ponde également des oeufs dans la chenille du sphinx du tabac, et cette connaissance a été utilisée pour développer des agents de lutte biologique contre la chenille du sphinx", a-t-il expliqué.

     Bien que Cotesia congregata ne soit pas présente dans les mêmes domaines que les mouches tsé-tsé, il existe des très proches parents en Afrique qui pourraient être responsables de la présence de la matière du virus de la guêpe similaire dans le génome.

     M. Masiga a également a identifié la découverte des récepteurs olfactifs dans le génome qui déclenchent la "dissuasion d'accouplement" de femmes comme juste un autre exemple d'un outil de contrôle potentiel de la mouche tsé-tsé.