Les femmes Africaines se font entendre au sommet des Nations Unies

New York (© 2019 Afriquinfos)- L’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le développement (OPDAD) se sont elles aussi réunies en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. « Nous sommes convaincues que le moment des femmes africaines est arrivé maintenant », a déclaré Mme Antoinette Sassou Nguesso, la Première Dame de la République du Congo.

 « Le tigre ne réclame pas le droit de se comporter comme tel ; il agit comme il est », a ajouté Mme Nguesso, présidente de l’OPDAD, s’exprimant en français via un interprète.

Je demande instamment à toutes les femmes africaines… de s’assurer que d’ici 2030, nous obtenions pour tous les enfants africains le droit à une éducation de qualité, le bénéfice de soins médicaux efficaces et l’accès à un travail décent. »

Selon la Banque africaine de développement, quelque 125 millions de filles et de jeunes femmes se marient avant l’âge de 18 ans. Une fille sur 10 est mariée avant l’âge de 15 ans, ce qui l’oblige à abandonner ses études et pénalise ses perspectives d’emploi.

Dereje Wordofa, la directrice générale adjointe du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), a présenté les avantages en train d’être acquis pour les femmes de l’Afrique. La mortalité infantile a baissé dans une proportion de 40 % au cours des deux dernières décennies.

Malgré cela, quelque 200 millions de femmes africaines n’ont pas accès à la planification familiale, des problèmes comme la fistule et les mutilations génitales féminines persistent, et le dépistage et le traitement du cancer du col de l’utérus ne s’effectuent pas à un rythme suffisant, a déclaré Mme Wordofa.

Les causes des souffrances des femmes africaines

Elle a fait ressortir que les femmes continuent à souffrir en raison d’un système de santé extrêmement fragile, d’un faible taux d’alphabétisation et d’un accès limité aux transports modernes.

Selon la Banque africaine de développement, les femmes représentent 52 % de la population de l’Afrique, mais trois quarts de la main-d’œuvre présente dans l’agriculture, et elles produisent jusqu’à 80 % des aliments consommés sur le continent.

Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement, a annoncé à cette réunion que son institution avait réalisé des progrès substantiels dans la levée de fonds de 3 milliards de dollars qui serviront à aider les femmes entrepreneures à avoir accès aux fonds nécessaires à la croissance de leurs activités commerciales.

M. Adesina a fait savoir par ailleurs que « ce type d’effort, le plus important jamais réalisé en matière de financement dans toute l’histoire de l’Afrique », a permis de lever des millions de dollars au cours des derniers mois.  L’initiative, appelée Action positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique (AFAWA), contribuera à combler le déficit de financement de 42 milliards de dollars entre les femmes et les hommes.

« Une mère économiquement autonomisée autonomisera ses enfants et surtout ses filles. C’est ainsi qu’elles pourront réaliser leur plein potentiel », déclaré M. Adesina aux délégués présents aux Nations Unies à New York.

Les discussions durant la réunion ont porté sur le mariage des enfants, la violence sexuelle et d’autres menaces qui pèsent sur les 630 millions de femmes du continent.

« Précisons les choses : les femmes dirigent l’Afrique. Lorsqu’on se rend dans un marché, où qu’il soit, on s’aperçoit que la majorité des personnes tenant des commerces sont des femmes. Et pourtant, les femmes sont marginalisées lorsqu’elles cherchent à accéder à des financements pour faire croître leurs entreprises », a déclaré M. Adesina.

Les femmes africaines dépensent 90 % de leurs revenus en aliments, en frais d’études et en soins de santé pour leurs familles – soit bien plus que les 35 % que les hommes du continent dépensent.

Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, grâce à un meilleur accès aux financements, les agricultrices pourraient produire de 20 à 30 % plus d’aliments qu’elles ne le font actuellement, ce qui réduirait de 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim à travers le continent. »

« Il est plus difficile pour les femmes d’avoir accès à des financements, même si les éléments d’information disponibles indiquent que le taux de remboursement des crédits qui leur sont accordés est de plus de 95 %. Je ne vous dirai pas ce que font les hommes avec leur propre argent », a ajouté M. Adesina.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Ces articles devraient vous intéresser :

Banques et Dettes : la Boad va rembourser Plus de 12 milliards FCFA de dettes mars 2018
Les Assemblées 2018 de la Banque africaine de développement prennent fin dans un climat de satisfact...
COP25 : un Guide intégrant toutes les initiatives mondiales de développement ciblant l’Afrique dévoi...
La Banque africaine de développement et la FAO unissent leurs efforts et s’engagent à éradiquer la f...
Le commerce intra-africain pourrait subir une augmentation de 15 % grâce à la mise en œuvre de la zo...
Zoom sur Antoinette Sayeh, deuxième personnalité africaine au poste de DGA du FMI
Attijariwafa bank et BMCE Bank of Africa élues « banques de l’année »
Afrique/Agriculture : Adesina Akinwumi exhorte la jeunesse africaine à s’adonner à ‘’l’activité la p...
Le Conseil des Gouverneurs du Groupe de la BAD au secours d'Adesina et se justifie
La Banque Africaine de Développement et MasterCard étendent l'Inclusion Financière en Afrique
Lutte contre le Covid-19 sur le continent : L'Union africaine va créer un fonds continental anti-COV...
La Banque africaine de développement présente l’édition 2018 des Perspectives économiques en Afrique
Les banques du Maroc, du Nigeria et du Kenya parmi les nominés du Trophées d'African Banker 2018
Défis de développement en Afrique/Dr Mayaki du NEPAD: «Il ne s’agit pas uniquement de construire des...
Le Maroc reste le premier client la Banque africaine de développement
L'Afrique du Nord face à la crise Covid : les deux scénarios économiques de la BAD
Les banques d’Afrique de l’Est dominent les Trophées African Banker 2018
BAD: Les accusateurs d’Adesina ne désarment pas et réclament une enquête indépendante
Africa CEO Forum 2018: NSIA et Sanlam arrachent le prix de la meilleure Société africaine de l'année
Mary Robinson dirigera l'enquête indépendante sur le président de la BAD
La Banque mondiale insiste sur la place cardinale de l'orthodoxie financière
Sommet du G7 : le Président de la BAD présentera « AFAWA », pour booster l’accès des femmes africain...
Les 55è Assemblée annuelle de la BAD reportées en Août (Akiwumi Adesina)
La BAD appelle les États-Unis à soutenir l’agriculture africaine

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés