BAD: Les accusateurs d’Adesina ne désarment pas et réclament une enquête indépendante

Accusateurs d’Adesina

Accusateurs d’Adesina | Les « lanceurs d’alerte » qui avaient accusé le président de la Banque africaine de développement (BAD) Akinwumi Adesina de prévarication réclament une « enquête indépendante », après son blanchiment par un rapport interne, selon un document reçu par l’AFP mardi.

« Une enquête indépendante est nécessaire de toute urgence », écrivent ceux qui se présentent comme un groupe d’ »employés inquiets » de la BAD dans une « communication aux gouverneurs » de la Banque, datée du 9 mai, toujours sous le couvert de l’anonymat.

Accusateurs d’Adesina : Akinwumi Adesina disculpé

Accusé notamment de « comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel et favoritisme », le Nigérian Akinwumi Adesina, président de l’établissement vient d’être disculpé par un rapport de la Banque africaine de développement (BAD), dont l’AFP a reçu une copie lundi.

« Après avoir procédé à un examen point par point de toutes les allégations contenues dans la plainte, le Comité a conclu que la plainte ne reposait sur aucun fait objectif et solide », selon le rapport du Comité d’Ethique des conseils d’administration (Ceca) de la Banque africaine. »

En conséquence, le Comité a rejeté les 16 allégations contenues dans la plainte », poursuit le texte disculpant M. Adesina, candidat à sa réélection lors d’un scrutin initialement prévu fin mai, mais reporté à août en raison de l’épidémie de coronavirus.

En avril, un document d’une quinzaine de pages signé « d’employés » anonymes de la Banque, accusait M. Adesina de diverses malversations, notamment de favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians.

« En ce qui concerne cette allégation, le Comité a noté qu’elle n’était étayée par aucun fait » et « que les statistiques (…) démontrent qu’il y a un pays membre régional et un pays membre non-régional qui compte chacun plus de fonctionnaires à la Banque que le Nigeria », peut-on lire dans le rapport.

En outre, « le Comité a constaté que les dénonciateurs avaient commis une erreur en attribuant la structure organisationnelle actuelle de la Banque au président, alors que le Conseil d’administration a joué son rôle statutaire d’approbation ».

Le président de la BAD était aussi accusé d’avoir entre autres nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraudes ou de corruption, ou de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ, sans les sanctionner.

Avant ces accusations, il avait reçu le soutien de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à sa réélection. La BAD, une des cinq principales banques multilatérales de développement au monde, a réalisé en octobre 2019 une augmentation de capital géante de 115 milliards de dollars, considérée comme un succès personnel pour son président. La BAD compte 80 pays actionnaires (54 pays africains et 26 non africains, d’Europe, d’Amérique et d’Asie).M. Adesina est le premier Nigérian à présider la BAD, dont le Nigeria est le premier actionnaire avec 9%.

Des remous, suivis de nombreux départs de cadres se plaignant de son « autoritarisme », avaient agité la Banque après son arrivée.

Accusateurs d’Adesina : Disculpation mis en cause

Selon Les « lanceurs d’alerte », le processus d’enquête du Comité d’éthique de la Banque, qui a disculpé M. Adesina de toutes les accusations lancées contre lui, « a été entaché d’irrégularités et truffé de manipulations ». Le Comité n’a pas véritablement cherché à enquêter, selon eux.

L’institution africaine de développement doit élire son nouveau président fin août, le scrutin initialement prévu fin mai ayant été reporté à cause de l’épidémie de coronavirus. M. Adesina est pour l’instant le seul candidat à sa réélection.

Le président nigérian de la BAD était accusé par les « lanceurs d’alerte » de « comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel et favoritisme ». En avril, un document d’une quinzaine de pages accusait M. Adesina de diverses malversations, notamment de favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians.

La BAD compte 80 pays actionnaires (54 pays africains et 26 non africains, d’Europe, d’Amérique et d’Asie).

  1. Adesina est le premier Nigérian à présider la BAD. Le Nigeria reste par ailleurs le premier actionnaire avec 9%.

Des remous, suivis de nombreux départs de cadres se plaignant de son « autoritarisme », avaient agité la Banque après son arrivée.

Economiste spécialiste du développement et l’agriculture, personnage charismatique jouissant d’une bonne image internationale, Akinwumi Adesina, avait déjà vigoureusement démenti ces accusations.

V.A.

Ne ratez pas de nouvelles sur le Nigéria.

Les 55è Assemblée annuelle de la BAD reportées en Août (Akiwumi Adesina)

La BAD place un emprunt obligataire social, « Combattre le COVID-19 », d’un montant record de 3 milliards de dollars

 

Ces articles devraient vous intéresser :

La BAD appelle les États-Unis à soutenir l’agriculture africaine
Le soutien de la BAD et de l’Union Africaine au Sommet mondial du Genre
Les Assemblées 2018 de la Banque africaine de développement prennent fin dans un climat de satisfact...
La Banque africaine de développement et la FAO unissent leurs efforts et s’engagent à éradiquer la f...
Économie Africaine : la production du café en Afrique en régression
Zoom sur Antoinette Sayeh, deuxième personnalité africaine au poste de DGA du FMI
Accusations de prévarication à la BAD : Obasanjo mobilise 10 présidents au secours d’Adesina
Augmentation de son capital de 115 milliards d’USD: Comment la BAD compte mettre cette manne au serv...
La Banque africaine de développement envisage créer 25 millions d'emplois pour les jeunes
La Banque Africaine de Développement et MasterCard étendent l'Inclusion Financière en Afrique
Africa CEO Forum 2018: NSIA et Sanlam arrachent le prix de la meilleure Société africaine de l'année
Accélérer la reprise économique post-Covid-19 : les pistes de la BAD pour l'Afrique de l'Ouest
La Banque mondiale insiste sur la place cardinale de l'orthodoxie financière
Afrique/Agriculture : Adesina Akinwumi exhorte la jeunesse africaine à s’adonner à ‘’l’activité la p...
Les femmes Africaines se font entendre au sommet des Nations Unies
La BAD encourage les entreprises africaines à se mobiliser en faveur de la jeunesse africaine
Afrique du Sud: une banque publique vient au secours de SAA au bord de la faillite
Lutte contre le Covid-19 sur le continent : L'Union africaine va créer un fonds continental anti-COV...
Défis de développement en Afrique/Dr Mayaki du NEPAD: «Il ne s’agit pas uniquement de construire des...
Le Maroc reste le premier client la Banque africaine de développement
Attijariwafa bank et BMCE Bank of Africa élues « banques de l’année »
L'Afrique du Nord face à la crise Covid : les deux scénarios économiques de la BAD
Les banques du Maroc, du Nigeria et du Kenya parmi les nominés du Trophées d'African Banker 2018
Les banques d’Afrique de l’Est dominent les Trophées African Banker 2018

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés