Congo-Brazzaville : un numéro vert en perspective pour les femmes victimes de violences

Brazzaville (© Afriquinfos 2018) – Les autorités congolaises ont lancé lundi un numéro vert afin d’aider les femmes à dénoncer de multiples violences en dehors ou au sein des foyers. Reste à présent le défi de l’appropriation de l’outil par les Congolaises.

Désormais, les femmes victimes de violences de toutes sortes pourraient former le 1444 pour dénoncer tout auteur de violences physiques ou morales sur une femme.

En signant un accord avec des opérateurs de téléphonie mobiles, le ministère des télécommunications et l’agence de régulation des postes et communications électroniques (ARPCE), le ministère congolais de la promotion de la femme entend accélérer la lutte contre les violences faites aux femmes. « Ce numéro vert permettra aux victimes de dénoncer les auteurs, car le silence est souvent coupable. Ce numéro vert devra également permettre aux Congolais de prendre conscience que les violences, quelles qu’elles soient, sont un crime », a déclaré Inès Nefer Bertille Ingani, ministre de la Promotion de la femme et de l’Intégration de la femme au développement lors de la cérémonie de signature du protocole d’accord.

Mais malgré que la gratuité de ce numéro soit imposée à tous les opérateurs, au Congo, les violences sur la femme se nourrissent aussi d’environnement socioculturel où la phallocratie semble être la règle. Conséquence, les coupables ne faiblissent pas tant ils jouissent aussi d’une sorte d’impunité aggravée par la résignation des victimes elles-mêmes.

Pour les ONG, il serait judicieux de procéder d’abord par une forte campagne de sensibilisation des « bourreaux » et des « victimes » avant la mise en place de ce numéro vert. « Si on met en service le numéro vert sans au préalable sensibiliser les gens surtout les hommes mariés, il y aura de graves conséquences comme le divorce. Sans oublier les représailles à l’endroit des témoins qui oseront appeler le 1444. Donc, il faut qu’on sensibilise d’abord l’opinion sur les lois en vigueur en matière des violences », suggère Georges Nguila, chef d’antenne de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH).

Or, « il s’agit d’une première étape de la lutte pour l’éradication des violences faites aux femmes », explique Inès Nefer Ignani.

Ces articles devraient vous intéresser :

Congo-Brazzaville: Des ONGs de défense des droits de l’Homme dans le viseur du Gouvernement
Congo Brazzaville : liberté pour des proches du « pasteur Ntumi»
Congo-Brazzaville : Amnesty International dénonce les conditions de détention de l'opposant Paulin M...
Congo-Brazzaville : les organisations de la société civile dénoncent de multiples violations des dro...
France: L’ambassade du Congo-Brazzaville encore au centre de tensions
Congo: ouverture lundi à Brazzaville du procès du général Mokoko
Congo: Des incidents à Brazzaville lors du deuxième tour des législatives
Congo Brazzaville : la classe politique en ébullition face à la perspective des élections de 2012
Congo-Brazzaville : le président Denis Sassou N'Guesso inaugure le plus grand projet pétrolier du pa...
Congo Brazzaville-RDC : Situation préoccupante face l'épidémie de choléra (Papier général)
Congo-Brazzaville : Sassou N’Guesso appelle à un soutien du calendrier électoral en RDC
Congo-Brazzaville: Jean-Marie Michel Mokoko loin de bénéficier d’une grâce de Sassou
Congo : George Weah accueilli par Denis Sassou-Nguesso à Brazzaville
Congo Brazzaville : le taux de croissance du PIB estimé à 3,4 % en 2017
Congo-Brazzaville: Ennuis judiciaires d’Antoinette Sassou Nguesso?
Congo Brazzaville : Sassou-Nguesso en visite aux Etats-Unis pour rencontrer le président Trump
Congo–Brazzaville : La répression à huit clos se poursuit au Pool et dans le reste du pays
La République Centrafricaine et le Congo Brazzaville signent onze accords et protocoles
Congo Brazzaville : L’UNFPA appuie le gouvernement pour redynamiser la planification familiale
Le FMI impose des exigences de gouvernance au Congo-Brazzaville
Peuples autochtones : La radio Biso na Biso fait école au Congo Brazzaville
Congo Brazzaville: le général Mokoko condamné à 20 ans de prison ferme
Congo- Brazzaville : 19 partis politiques vont bénéficier de près d'un milliard de FCFA
Congo Brazzaville Le FMI sonne de nouveau l’alarme sur la mauvaise gouvernance et la corruption

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés