Afrique de l'Est
27 mars 2020

Afrique : l’utilisation de la monnaie numérique préconisée pour stopper la propagation du COVID-19

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- L’Afrique avec moins de 100 morts et quelques 2800 contaminations est  jusque-là relativement épargnée par les ravages […]

9 mars 2020 Afrique de l'Est

Afrique de l’Est : la ZLECA, pourvoyeuse de millions d’emplois et de croissance économique pour la région

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- A l’occasion de la présentation la semaine dernière du rapport intitulé « Création d’un marché régional unifié […]

Lire la suite »
4 mars 2020 Afrique de l'Est

Coronavirus : les compagnies aériennes africaines ont perdu 400 millions de dollars en février

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- L’épidémie de Coronavirus qui sévit désormais à travers le monde, n’a pas que des conséquences humaines […]

Lire la suite »
20 février 2020 Afrique de l'Est

Nairobi veut conclure un accord de libre-échange avec Washington, une première en Afrique Subsaharienne

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- Le Kenya s’active pour conclure un accord de Libre-échange avec les Etats-Unis. Pour ce faire, une […]

Lire la suite »
18 février 2020 Afrique de l'Est

Energie : ENGIE Afrique contribue à l’atteinte du 7ème objectif des ODD en diversifiant ses services sur le continent

(© 2020 Afriquinfos)- L’accès à l’électricité est l’un des problématiques majeures en Afrique mais ces dernières années, le taux d’électrification […]

Lire la suite »
10 février 2020 Fil AFP

Kenyan : Des milliers de se recueillent devant la dépouille de l’ancien président Daniel arap Moi

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- Ce dimanche, ils étaient des milliers de Kenyans à faire la queue pour la seconde journée […]

Lire la suite »
6 février 2020 Afrique de l'Est

Santé : Hemafuse, un dispositif révolutionnaire d’autotransfusion débarque en Afrique

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- C’est d’abord au Kenya et au Ghana  que l’appareil médical est d’abord utilisé avant d’être étendu […]

Lire la suite »
5 février 2020 Afrique de l'Est

Kenya : L’ex-président Daniel arap Moi décédé à l’âge de 95 ans

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)-Son mandat entre 1978 à 2002 fut notamment marqué par la répression, le musellement de la dissidence […]

Lire la suite »
28 janvier 2020 Afrique de l'Est

L’organisation du U20 Barthès Trophy confiée au Kenya pour les trois prochaines années

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- Le Rugby Africa, faitière de la discipline sur le continent, a annoncé avoir confié l’organisation des […]

Lire la suite »
13 janvier 2020 Afrique de l'Est

Kenya: trois enseignants tués, un enlevé, dans une attaque des shebab

Trois enseignants ont été tués et un enlevé lundi dans l’est du Kenya par de présumés militants islamistes shebab, qui […]

Lire la suite »
9 janvier 2020 Afrique de l'Est

Somalie: les shebab menacent de lancer de nouvelles attaques contre les intérêts kenyans et américains

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)-Le Kenya a reçu des avertissements de la part des  islamistes somaliens shebab selon lesquels  « il ne […]

Lire la suite »
6 janvier 2020 Afrique de l'Est

Les shebab attaquent une base militaire au Kenya: trois Américains tués

Les combattants du groupe islamiste somalien des shebab ont attaqué dimanche à l’aube une base militaire américano-kényane à Lamu, dans […]

Lire la suite »
31 décembre 2019 Afrique de l'Est

ONU : Zainab Hawa Bangura prend la tête du bureau de Nairobi

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- Le lundi 30 décembre 2019, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a officialisé la nomination […]

Lire la suite »
11 décembre 2019 Kenya

Clôture du sommet ACP sur l’adoption de résolutions pour renforcer le multilatéralisme

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)-C’est par l’adoption de résolutions visant à promouvoir un ordre international basé sur les règles que le […]

Lire la suite »
13 novembre 2019 Afrique de l'Est

La Secrétaire générale adjointe de l’ONU fait de l’autonomisation des femmes une clé pour atteindre un développement durable

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- S’exprimant  lors du 25e anniversaire de la CIPD à Nairobi, au Kenya, la Vice-Secrétaire générale des […]

Lire la suite »
11 novembre 2019 Afrique de l'Est

Rugby Africa Men’s Sevens 2019 : le Kenya vainqueur valide son ticket pour les JO 2020

Johannesburg (© 2019 Afriquinfos)-  Le Kenya s’est imposé le samedi lors de la finale qui l’opposait à l’Ouganda pour le […]

Lire la suite »
29 octobre 2019 Afrique de l'Est

Safaricom a désormais à sa tête le Kényan Peter Ndegwa

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- Peter Ndegwa est le nouveau CEO de Safaricom.. Dépêché de Diageo où il était le premier […]

Lire la suite »
24 octobre 2019 Afrique de l'Est

Liberté d’expression : la Kényane Juliana Rotich, lauréate du Prix Allemand pour l’Afrique

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- Le mercredi 23 octobre à Berlin, la technophile kényane Juliana Rotich a été honorée du Prix Allemand […]

Lire la suite »
14 octobre 2019 Afrique australe

L’Afrique du Sud sacrée championne et le Kenya décroche sa place pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Monastir, (© 2019 Afriquinfos)-Alors que l’Africa Women’s Sevens de rugby 2019 s’est achevée hier en fin de journée Le Kenya […]

Lire la suite »
13 octobre 2019 Kenya

Eliud Kipchoge réalise une performance historique sur une course de 42,195 km en moins de 2h

Viennes (© 2019 Afriquinfos)- En bouclant les 42,195 km de course en moins de deux heures ce samedi, Eliud Kipchoge […]

Lire la suite »
8 octobre 2019 Afrique de l'Est

Mondiaux d’Athlétisme : l’Afrique repart de Doha avec 27 médailles dont 9 en Or

Doha (© 2019 Afriquinfos)- Les athlètes africains aux Mondiaux de Doha, sont montés à neuf reprises sur la plus haute […]

Lire la suite »
25 septembre 2019 Afrique de l'Est

Le Shilling kényan résistera face à la flambée des prix du pétrole

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- Depuis l’attaque des champs pétroliers saoudiens, le prix du brut a connu une hausse qui selon […]

Lire la suite »
24 septembre 2019 Afrique de l'Est

Les Nations Unies accompagnent l’Afrique pour l’instauration d’une migration sûre

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)-  Les pays africains qui promeuvent la migration sûre seront désormais soutenus par l’Agence onusienne sur les […]

Lire la suite »
17 septembre 2019 Afrique de l'Est

Vaccin antipaludique avancé : le Kenya a démarré sa phase de test national

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)-La lutte contre le paludisme en Afrique se poursuit avec la phase d’expérimentation du vaccin le plus […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

Le Kenya décidé à représenter l’Afrique aux Nations unies

Addis-Abeba (© 2019 Afriquinfos)-. Le Kenya ne baisse pas du tout les bras pour l’obtention  d’un siège de membre non-permanent […]

Lire la suite »
4 septembre 2019 Afrique de l'Est

Facilitation du commerce en Afrique: La zone tripartite de libre-échange mise en œuvre début 2020 (COMESA)

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- Francis Mangeni, directeur pour le commerce et les douanes au sein du Marché commun de l’Afrique […]

Lire la suite »
26 août 2019 Afrique de l'Est

Le Kenya exporte ses premiers barils de pétrole

NAIROBI (© 2019 AFP)- Le Kenya a célébré lundi l’exportation de ses premiers barils de pétrole dans le cadre du […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

Kenya: Fortes amendes pour des touristes occidentales en possession de bracelets en ivoire

NAIROBI (© 2019 AFP) – Une Espagnole a été arrêtée voici 7 jours à l’aéroport de Nairobi parce qu’elle portait […]

Lire la suite »
24 août 2019 Afrique de l'Est

ONU/Afrique au Conseil de sécurité entre 2021 et 2022: Djibouti tacle les manœuvres de Nairobi

Addis-Abeba (© 2019 Afriquinfos)-La décision de l’Union africaine (UA) validant mercredi, à ses dépens, la candidature du Kenya au poste […]

Lire la suite »
20 août 2019 Afrique de l'Est

Francis Kimanzi prend la suite de Sébastien Migné à la tête des Harambée Stars

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- La Fédération Kenyane de Football a annoncé ce mardi avoir confié la direction de la sélection […]

Lire la suite »
17 août 2019 Kenya

Kenya: deux internationaux de rugby à 7 condamnés à 15 ans de prison pour viol collectif

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)-Deux internationaux kényans de rugby à 7, Frank Wanyama et Alex Olaba ont été requis à quinze […]

Lire la suite »
16 août 2019 Afrique de l'Est

Afrique: La girafe et la menace d' »extinction silencieuse »

LOISABA (Kenya) (© 2019 AFP) – Pendant des décennies, Lesaiton Lengoloni se posait peu de questions lorsque son chemin croisait […]

Lire la suite »
14 août 2019 Afrique de l'Est

Digital Earth Africa Day : la technologie géospatiale, levier de développement en Afrique

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- C’est Olivier Chinganya, Directeur du Centre Africain pour la Statistique (ACS) de la Commission Economique, qui […]

Lire la suite »
12 août 2019 Afrique de l'Est

Diplomatie internationale: Le Kenya, bientôt membre non permanent du CS de l’ONU?

[cmsmasters_row][cmsmasters_column data_width= »1/1″][cmsmasters_text] Nairobi(© 2019 Afriquinfos)- Leprésident Uhuru Kenyatta était dans les Caraïbes ce week-end, après une visiteen Jamaïque. En un […]

Lire la suite »
10 août 2019 Afrique de l'Est

Reportage/Des excréments à la base d’un « miracle » pour des cultivateurs kényans

NAIROBI (© 2019 AFP) – En 35 ans de travail de la terre, Josphat Muchiri Njonge n’a jamais vu ses […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

Kenya : Une députée expulsée du Parlement pour y avoir amené son bébé

Nairobi (© 2019 Afriquinfos) – Zulekha Hassan, une députée kenyane a  été chassée du parlement sur demande du président de […]

Lire la suite »
22 juillet 2019 Afrique de l'Est

Le Kenya accueille du 16 au 20 septembre 2019 la deuxième ‘Semaine africaine de l’aviation’ sur la croissance du secteur

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- La Ground Handling International (GHI), la Fondation Avi Assist, et  Avia Dev Africa, organisent la deuxième […]

Lire la suite »
19 juillet 2019 Afrique de l'Est

Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d’Afrique

NAIROBI (© 2019 AFP) – Le président kényan Uhuru Kenyatta doit inaugurer vendredi le plus grand parc éolien d’Afrique, 365 […]

Lire la suite »
11 juillet 2019 Afrique de l'Est

G5 Sahel: L’Union Africaine et l’Onu unissent leur voix pour solliciter le soutien du Conseil de sécurité

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- Le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et le président de la Commission de l’Union africaine, […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

L’UA, l’Onu et le président Kenyatta appellent à une « réponse panafricaine » contre le terrorisme

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- S’exprimant ce mercredi à la Conférence régionale africaine de haut niveau sur la lutte contre le […]

Lire la suite »
3 juillet 2019 Afrique de l'Est

Kenya/Safaricom, société la plus rentable d’Afrique de l’Est, orpheline de son PDG Bob Collymore

Robert (Bob) William Collymore, PDG de Safaricom, décédé !

Lire la suite »
15 août 2018 Afrique de l'Est

Agri : les avocats kényans à la conquête de l’Europe

Nairobi (© 2018 Afriquinfos)-Profitant d’une forte demande européenne, les agriculteurs kényans se mettent tous à l’heure de l’avocat. Des plantations […]

Lire la suite »
14 août 2018 Afrique de l'Est

Kenya : De hauts responsables jugés pour corruption

Nairobi (© 2018 Afriquinfos)-   Ces personnes sont accusées d’avoir alloué des terrains publics à des individus, avant de les indemniser […]

Lire la suite »
4 août 2018 Afrique de l'Est

Le Kényan Feisal Mohamed Ali, acquitté vendredi en appel

.Mombasa (© 2018 Afriquinfos)- Au Kenya, Feisal Mohamed Ali, condamné à 20 ans e prison, a été acquitté vendredi en […]

Lire la suite »
23 juillet 2018 Afrique de l'Est

Kenya : Amnesty s’inquiète de la condamnation à mort d’une reine de beauté

Nairobi (© 2018 Afriquinfos)- Jeudi dernier, la kenyane Ruth Kamande, a été condamnée à la peine de mort pour le […]

Lire la suite »
20 juillet 2018 Afrique de l'Est

Alphabet-Google va déployer au Kenya ses premiers ballons-transmetteurs d’internet

Nairobi (© 2018 Afriquinfos)- Pour la première fois Alphabet, la maison-mère de Google, va commercialement déployer au Kenya ses ballon-transmetteurs […]

Lire la suite »
16 juillet 2018 Afrique de l'Est

L’ex-Chef d’Etat américain Barack Obama en visite dans sa famille kényane

Nairobi (© 2018 Afriquinfos)- Ce dimanche, Nairobi a eu le privilège d’avoir la visite rare de l’un de ses fils, […]

Lire la suite »
11 juillet 2018 Kenya

Les réformes politiques favorisent la croissance des économies africaines à un rythme rapide

Nairobi  (© 2018 Afriquinfos)- Lancé mardi à Nairobi et à New York, le rapport de l’Indice mondial sur les innovations […]

Lire la suite »
8 juillet 2018 Afrique de l'Est

Plusieurs hommes d’affaires inculpés au Kenya

Nairobi (© 2018 Afriquinfos) – Au Kenya, plusieurs hommes d’affaires et de représentants du gouvernement ont été arrêtés sous ordonnance du […]

Lire la suite »
29 juin 2018 Afrique de l'Est

Kenya : 15 personnes périssent dans l’incendie d’un marché à Nairobi

Nairobi  (© 2018 Afriquinfos) – Dans la nuit du jeudi à Nairobi, le grand marché de Gikomba a été touché […]

Lire la suite »
1 2 3 19

Kenya officiellement la République du Kenya est un pays d’Afrique avec 47 comtés semi-autonomes gouvernés par des gouverneurs élus. Avec 580 367 kilomètres carrés (224 081 milles carrés), le Kenya est le 48e plus grand pays du monde par sa superficie totale. Avec une population de plus de 47,6 millions d’habitants, le Kenya est le 29e pays le plus peuplé. Nairobi est la capitale et la plus grande ville du Kenya, tandis que sa plus ancienne ville et première capitale est la ville côtière de Mombasa. La ville de Kisumu est la troisième plus grande ville et également un port intérieur sur le lac Victoria. D’autres centres urbains importants incluent Nakuru et Eldoret. Le Kenya est bordé par le Soudan du Sud au nord-ouest, l’Éthiopie au nord, la Somalie à l’est, l’Ouganda à l’ouest, la Tanzanie au sud et l’océan Indien au sud-est. Selon la datation archéologique des artefacts et des matériaux squelettiques associés, les Cushites se sont d’abord installés dans les basses terres du Kenya entre 3200 et 1300 avant JC, une phase appelée Néolithique pastoral de la savane des basses terres.

Les pasteurs parlant nilotique (ancêtres des locuteurs nilotiques du Kenya) ont commencé à migrer du sud du Soudan actuel vers le Kenya vers 500 avant JC. Le contact européen a commencé en 1500 avec l’Empire portugais, bien qu’une colonisation efficace du Kenya ait commencé au 19ème siècle lors de l’exploration européenne de l’intérieur. Le Kenya moderne est né d’un protectorat établi par l’Empire britannique en 1895 et la colonie du Kenya qui a commencé en 1920. De nombreux différends entre le Royaume-Uni et la colonie ont conduit à la révolution Mau Mau, qui a commencé en 1952, et à la déclaration subséquente d’indépendance en 1963. Après l’indépendance, le Kenya est resté membre du Commonwealth des nations. La constitution actuelle a été adoptée en 2010 pour remplacer la constitution de l’indépendance de 1963. Le Kenya est une république démocratique représentative présidentielle, dans laquelle les élus représentent le peuple et le président est le chef de l’État et du gouvernement. Le Kenya est membre des Nations Unies, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, du COMESA, de la Cour pénale internationale et d’autres organisations internationales. Avec un RNB de 1 460, le Kenya est une économie à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. L’économie du Kenya est la plus importante d’Afrique orientale et centrale, Nairobi étant le principal centre commercial régional. L’agriculture est le secteur le plus important: le thé et le café sont des cultures commerciales traditionnelles, tandis que les fleurs fraîches sont une exportation à croissance rapide. L’industrie des services est également un moteur économique majeur, en particulier le tourisme. Le Kenya est membre du bloc commercial de la Communauté de l’Afrique de l’Est, bien que certaines organisations commerciales internationales le classent comme faisant partie de la Grande Corne de l’Afrique. L’Afrique est le plus grand marché d’exportation du Kenya, suivie de l’Union européenne.

L’histoire du Kenya

Préhistoire humaine

Les fossiles trouvés au Kenya ont montré que les primates habitaient la région depuis plus de 20 millions d’années. Des découvertes récentes près du lac Turkana indiquent que des hominidés tels que l’Homo habilis (il y a 1,8 à 2,5 millions d’années) et l’Homo erectus (il y a 1,9 million à 350 000 ans) sont des ancêtres directs possibles de l’Homo sapiens moderne et vivaient au Kenya à l’époque du Pléistocène. Lors de fouilles au lac Turkana en 1984, le paléoanthropologue Richard Leakey, aidé de Kamoya Kimeu, a découvert le Turkana Boy, un fossile d’Homo erectus vieux de 1,6 million d’années. Les recherches antérieures sur les premiers hominidés sont particulièrement identifiées avec Mary Leakey et Louis Leakey, qui étaient responsables des recherches archéologiques préliminaires à Olorgesailie et Hyrax Hill. Des travaux ultérieurs sur l’ancien site ont été entrepris par Glynn Isaac. L’Afrique de l’Est, y compris le Kenya, est l’une des premières régions où les humains modernes (Homo sapiens) auraient vécu. Des preuves ont été trouvées en 2018, il y a environ 320 000 ans, sur le site kenyan d’Olorgesailie, de l’émergence précoce de comportements modernes, notamment: les réseaux commerciaux à longue distance (impliquant des produits tels que l’obsidienne), l’utilisation de pigments et l’éventuelle fabrication de pointes de projectiles. Il est observé par les auteurs de trois études de 2018 sur le site, que la preuve de ces comportements est approximativement contemporaine des premiers restes fossiles connus d’Homo sapiens (comme à Jebel Irhoud au Maroc et à Florisbad en Afrique du Sud), et ils suggèrent que des comportements complexes et modernes avaient déjà commencé en Afrique au moment de l’émergence de l’espèce Homo sapiens.

Néolithique

Les premiers habitants du Kenya actuel étaient des groupes de chasseurs-cueilleurs, semblables aux locuteurs modernes du khoisan. Ces personnes ont ensuite été largement remplacées par l’agropastoraliste Cushitic (ancêtre des locuteurs du Cushitic du Kenya) de la Corne de l’Afrique. Au début de l’Holocène, le climat régional est passé de conditions sèches à des conditions plus humides, offrant une opportunité pour le développement de traditions culturelles telles que l’agriculture et l’élevage, dans un environnement plus favorable. Vers 500 avant JC, les pasteurs de langue nilotique (ancêtres des locuteurs nilotiques du Kenya) ont commencé à migrer du sud du Soudan actuel vers le Kenya. Les groupes nilotiques au Kenya comprennent les Kalenjin, Samburu, Luo, Turkana et Maasai. Au premier millénaire de notre ère, des agriculteurs bantous s’étaient installés dans la région, initialement le long de la côte. Les Bantous sont originaires d’Afrique de l’Ouest le long de la rivière Bénoué dans ce qui est maintenant l’est du Nigeria et l’ouest du Cameroun. La migration bantoue a apporté de nouveaux développements dans l’agriculture et la ferronnerie dans la région. Les groupes bantous au Kenya comprennent les Kikuyu, Luhya, Kamba, Kisii, Meru, Kuria, Aembu, Ambeere, Wadawida-Watuweta, Wapokomo et Mijikenda, entre autres. Les sites préhistoriques notables à l’intérieur du Kenya incluent le site (éventuellement archéoastronomique) Namoratunga sur le côté ouest du lac Turkana et la colonie de Thimlich Ohinga dans le comté de Migori.

Période commerciale swahili

La côte kenyane a accueilli des communautés de monteurs de charpentes métalliques et d’agriculteurs de subsistance, de chasseurs et de pêcheurs bantous qui soutiennent l’économie avec l’agriculture, la pêche, la production de métaux et le commerce avec les pays étrangers. Ces communautés formaient les premières cités-états de la région, connues sous le nom d’Azania. Au 1er siècle de notre ère, de nombreuses cités-États telles que Mombasa, Malindi et Zanzibar ont commencé à établir des relations commerciales avec les Arabes. Cela a conduit à une croissance économique accrue des États swahili, à l’introduction de l’islam, à des influences arabes sur la langue swahili bantu, à la diffusion culturelle, ainsi qu’aux cités-états swahili devenant membres d’un plus grand réseau commercial. De nombreux historiens croyaient depuis longtemps que les cités-États étaient établies par des commerçants arabes ou perses, mais des preuves archéologiques ont conduit les chercheurs à reconnaître les cités-États comme un développement indigène qui, bien que soumis à une influence étrangère en raison du commerce, a conservé un noyau culturel bantou. . Le sultanat de Kilwa était un sultanat médiéval centré à Kilwa, en Tanzanie moderne. À son apogée, son autorité s’étendait sur toute la longueur de la côte swahili, y compris le Kenya. Il aurait été fondé au Xe siècle par Ali ibn al-Hassan Shirazi, un sultan perse de Shiraz dans le sud de l’Iran. Cependant, les chercheurs ont suggéré que les revendications d’origine arabe ou perse des cités-états étaient des tentatives des Swahili de se légitimer localement et internationalement. Depuis le 10ème siècle, les dirigeants de Kilwa continueraient à construire des mosquées de corail élaborées et à introduire des pièces de monnaie en cuivre. Le swahili, une langue bantoue avec l’arabe, le persan et d’autres mots d’emprunt du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud, s’est ensuite développé en tant que lingua franca pour le commerce entre les différents peuples. Le swahili a désormais également des mots d’emprunt en anglais.

Première colonisation portugaise

Les Swahili ont fait de Mombasa une grande ville portuaire et ont établi des liens commerciaux avec d’autres cités-États voisines, ainsi qu’avec des centres commerciaux en Perse, en Arabie et même en Inde. Au 15ème siècle, le voyageur portugais Duarte Barbosa a affirmé que « Mombasa est un lieu de grande circulation et possède un bon port dans lequel il y a toujours de petites embarcations amarrées de toutes sortes et aussi de grands navires, tous deux en provenance de Sofala et d’autres qui viennent de Cambay et Melinde et d’autres qui naviguent vers l’île de Zanzibar.  » Plus tard au 17ème siècle, la côte swahili a été conquise et est tombée sous la domination directe des Arabes omanais, qui ont étendu la traite des esclaves pour répondre aux exigences des plantations d’Oman et de Zanzibar. Au départ, ces commerçants venaient principalement d’Oman, mais plus tard, beaucoup venaient de Zanzibar (comme Tippu Tip). De plus, les Portugais ont commencé à acheter des esclaves aux commerçants omanais et zanzibari en réponse à l’interruption de la traite transatlantique des esclaves par les abolitionnistes britanniques. Au fil des siècles, la côte kenyane a accueilli de nombreux marchands et explorateurs. Parmi les villes qui bordent la côte kenyane se trouve la ville de Malindi. Elle est restée une importante colonie swahili depuis le 14e siècle et a jadis rivalisé avec Mombasa pour sa domination dans la région des Grands Lacs africains. Malindi a toujours été une ville portuaire amie des puissances étrangères. En 1414, le commerçant et explorateur chinois Zheng He, représentant la dynastie Ming, a visité la côte est-africaine lors d’un de ses derniers «voyages au trésor». Les autorités de Malindi ont également accueilli l’explorateur portugais Vasco da Gama en 1498.

Kenya britannique (1888-1962)

L’histoire coloniale du Kenya remonte à la création d’un protectorat allemand sur les possessions côtières du sultan de Zanzibar en 1885, suivie de l’arrivée de l’Imperial British East Africa Company en 1888. La rivalité impériale a été empêchée lorsque l’Allemagne a remis ses avoirs côtiers à la Grande-Bretagne en 1890. Cela a été suivi par la construction du chemin de fer de l’Ouganda traversant le pays. La construction du chemin de fer a été résistée par certains groupes ethniques, notamment les Nandi, dirigés par Orkoiyot Koitalel Arap Samoei pendant dix ans de 1890 à 1900, mais les Britanniques ont finalement construit le chemin de fer. Les Nandi ont été le premier groupe ethnique à être placé dans une réserve indigène pour les empêcher de perturber la construction du chemin de fer. Pendant l’ère de la construction ferroviaire, il y a eu un afflux important de travailleurs indiens, qui ont fourni la majeure partie de la main-d’œuvre qualifiée requise pour la construction. Ils et la plupart de leurs descendants sont restés plus tard au Kenya et ont formé le noyau de plusieurs communautés indiennes distinctes telles que les communautés musulmanes et sikhs ismaéliennes. Lors de la construction du chemin de fer via Tsavo, un certain nombre de cheminots indiens et de travailleurs africains locaux ont été attaqués par deux lions connus sous le nom de manoirs Tsavo. Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale en août 1914, les gouverneurs de l’Afrique orientale britannique (comme le protectorat était généralement connu) et de l’Afrique orientale allemande se sont d’abord entendus sur une trêve dans le but de maintenir les jeunes colonies à l’abri des hostilités directes. Le lieutenant-colonel Paul von Lettow-Vorbeck a pris le commandement des forces militaires allemandes, déterminé à restreindre autant de ressources britanniques que possible. Complètement coupé de l’Allemagne, von Lettow a mené une campagne de guérilla efficace, vivant de la terre, capturant des fournitures britanniques et restant invaincu. Il s’est finalement rendu en Rhodésie du Nord (aujourd’hui la Zambie) quatorze jours après la signature de l’armistice en 1918.
Pour chasser von Lettow, les Britanniques ont déployé les troupes de l’armée indienne britannique en provenance d’Inde, mais avaient besoin d’un grand nombre de porteurs pour surmonter la formidable logistique du transport de fournitures loin à l’intérieur à pied. Le Carrier Corps a été formé et a finalement mobilisé plus de 400 000 Africains, contribuant à leur politisation à long terme. En 1920, le protectorat de l’Afrique de l’Est a été transformé en colonie et rebaptisé Kenya après sa plus haute montagne. Au début du 20e siècle, les hauts plateaux du centre-ouest ont été colonisés par des agriculteurs britanniques et européens, qui sont devenus de riches cultivateurs de café et de thé. (Une description de cette période de changement du point de vue d’un colon se trouve dans les mémoires Out of Africa de l’écrivain danois Baroness Karen von Blixen-Finecke, publiées en 1937). Dans les années 1930, environ 30 000 colons blancs vivaient dans la région et ont acquis une voix politique en raison de leur contribution à l’économie de marché. Les hauts plateaux du centre abritaient déjà plus d’un million de membres du peuple Kikuyu, dont la plupart n’avaient aucune revendication territoriale en termes européens et vivaient comme des agriculteurs itinérants. Pour protéger leurs intérêts, les colons ont interdit la culture du café, introduit une taxe sur les cabanes, et les paysans sans terre ont de moins en moins de terres en échange de leur travail. Un exode massif vers les villes s’ensuivit alors que leur capacité à vivre de la terre diminuait. Dans les années 1950, 80 000 colons blancs vivaient au Kenya.
Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, le Kenya a été une source importante de main-d’œuvre et d’agriculture pour le Royaume-Uni. Le Kenya lui-même a été le lieu de combats entre les forces alliées et les troupes italiennes en 1940-1941, lorsque les forces italiennes ont envahi. Wajir et Malindi ont également été bombardés. En 1952, la princesse Elizabeth et son mari le prince Philip étaient en vacances à l’hôtel Treetops au Kenya lorsque son père, le roi George VI, est décédé dans son sommeil. La jeune princesse a écourté son voyage et est immédiatement rentrée chez elle pour prendre le trône. Elle a été couronnée reine Elizabeth II à l’abbaye de Westminster en 1953 et comme le disait le chasseur et écologiste britannique Jim Corbett (qui accompagnait le couple royal), elle est montée sur un arbre en Afrique une princesse et est descendue une reine.

Mau Mau Uprising

D’octobre 1952 à décembre 1959, le Kenya était dans un état d’urgence résultant de la rébellion de Mau Mau contre la domination britannique. Les Mau Mau, également connus sous le nom de Kenya Land and Freedom Army, étaient principalement membres de l’ethnie Kikuyu. Le gouverneur a demandé et obtenu des troupes britanniques et africaines, dont les King’s African Rifles. Les Britanniques ont commencé des opérations de contre-insurrection. En mai 1953, le général Sir George Erskine prend les fonctions de commandant en chef des forces armées de la colonie, avec le soutien personnel de Winston Churchill. La capture de Waruhiu Itote (nom de guerre « General China ») le 15 janvier 1954 et l’interrogatoire qui a suivi ont permis de mieux comprendre la structure de commandement de Mau Mau pour les Britanniques. L’opération Anvil s’est ouverte le 24 avril 1954, après des semaines de planification par l’armée avec l’approbation du Conseil de guerre. L’opération a effectivement placé Nairobi sous siège militaire. Les occupants de Nairobi ont été contrôlés et les partisans présumés de Mau Mau ont été transférés dans des camps de détention. Plus de 80 000 membres de l’ethnie Kikuyu ont été détenus dans des camps de détention sans jugement, souvent soumis à des traitements brutaux. La Home Guard a constitué le cœur de la stratégie du gouvernement, car elle était composée d’Africains loyalistes, et non de forces étrangères telles que l’armée britannique et les fusils africains du roi. À la fin de l’urgence, la Home Guard avait tué 4 686 Mau Mau, soit 42% du total des insurgés. La capture de Dedan Kimathi le 21 octobre 1956 à Nyeri signifiait la défaite ultime des Mau Mau et mettait essentiellement fin à l’offensive militaire. Au cours de cette période, d’importants changements gouvernementaux ont été apportés au régime foncier. Le plus important d’entre eux était le plan Swynnerton, qui a été utilisé pour récompenser les loyalistes et punir Mau Mau.

Référendum des Somaliens du Kenya, 1962

Avant que le Kenya n’obtienne son indépendance, les ethnies somaliennes du Kenya actuel dans les régions des districts frontaliers du Nord ont demandé au gouvernement de Sa Majesté de ne pas être inclus au Kenya. Le gouvernement colonial a décidé de tenir le premier référendum au Kenya en 1962 pour vérifier la volonté des Somaliens au Kenya de rejoindre la Somalie.  Le résultat du référendum a montré que 86% des Somaliens du Kenya souhaitaient rejoindre la Somalie, mais l’administration coloniale britannique a rejeté le résultat et les Somaliens sont restés au Kenya.

Indépendance

Les premières élections directes des Kenyans indigènes au Conseil législatif ont eu lieu en 1957. Malgré l’espoir britannique de remettre le pouvoir à des rivaux locaux « modérés », c’est l’Union nationale africaine du Kenya (KANU) de Jomo Kenyatta qui a formé un gouvernement. La colonie du Kenya et le protectorat du Kenya ont pris fin le 12 décembre 1963, l’indépendance étant conférée à tout le Kenya. Le Royaume-Uni a cédé sa souveraineté sur la colonie du Kenya. Le sultan de Zanzibar a convenu qu’en même temps que l’indépendance de la colonie, le sultan cesserait d’avoir la souveraineté sur le protectorat du Kenya afin que tout le Kenya devienne un État souverain. De cette façon, le Kenya est devenu un pays indépendant en vertu de la Kenya Independence Act 1963 du Royaume-Uni. Exactement 12 mois plus tard, le 12 décembre 1964, le Kenya est devenu une république sous le nom de « République du Kenya ». Parallèlement, l’armée kenyane a mené la guerre de Shifta contre des rebelles ethniques somaliens habitant le Northern Frontier District qui souhaitaient rejoindre leurs proches en République somalienne au nord. Un cessez-le-feu a finalement été conclu avec la signature du Mémorandum d’Arusha en octobre 1967, mais une relative insécurité a prévalu jusqu’en 1969. Pour décourager de nouvelles invasions, le Kenya a signé un accord de défense avec l’Éthiopie en 1969, qui est toujours en vigueur.

Le premier président du Kenya

Le 12 décembre 1964, la République du Kenya est proclamée et Jomo Kenyatta devient le premier président du Kenya. Sous Kenyatta, la corruption s’est répandue dans tout le gouvernement, la fonction publique et le monde des affaires. Kenyatta et sa famille étaient liés à cette corruption alors qu’ils s’enrichissaient grâce à l’achat massif de propriétés après 1963. Leurs acquisitions dans les provinces du centre, de la vallée du Rift et de la côte ont suscité une grande colère chez les Kenyans sans terre. Sa famille a utilisé sa position présidentielle pour contourner les obstacles juridiques ou administratifs à l’acquisition de biens. La famille Kenyatta a également beaucoup investi dans l’hôtellerie côtière, Kenyatta étant personnellement propriétaire du Leonard Beach Hotel. Kenyatta a régné jusqu’à sa mort le 22 août 1978.

L’ère Moi

Après la mort de Kenyatta en 1978, Daniel arap Moi est devenu président. Il a conservé la présidence, se présentant sans opposition aux élections tenues en 1979, 1983 (élections anticipées) et 1988, qui ont toutes eu lieu en vertu de la constitution du parti unique. Les élections de 1983 ont eu lieu un an plus tôt et étaient le résultat direct d’un coup d’État militaire manqué le 2 août 1982. Le coup d’État de 1982 a été orchestré par un militaire de rang inférieur de l’armée de l’air, le soldat principal Hezekiah Ochuka, et a été organisé principalement par des hommes enrôlés de l’armée de l’air. Il a été rapidement réprimé par les forces commandées par le chef d’état-major général Mahamoud Mohamed, un ancien militaire somalien. Ils comprenaient l’Unité des services généraux (GSU), une branche paramilitaire de la police, puis la police régulière. Dans la foulée du massacre de Garissa de 1980, les troupes kenyanes ont commis le massacre de Wagalla en 1984 contre des milliers de civils dans le comté de Wajir. Une enquête officielle sur les atrocités a été ordonnée par la suite en 2011. L’élection tenue en 1988 a vu l’avènement du système mlolongo (file d’attente), où les électeurs étaient censés faire la queue derrière leurs candidats préférés au lieu de voter à bulletin secret. Cela a été considéré comme l’apogée d’un régime très antidémocratique et cela a conduit à une agitation généralisée pour la réforme constitutionnelle. Plusieurs clauses litigieuses, dont celle qui ne permet qu’un seul parti politique, ont été modifiées au cours des années suivantes.

Transition vers la démocratie multipartite

En 1991, le Kenya est passé à un système politique multipartite après 26 ans de gouvernement à parti unique. Le 28 octobre 1992, le président Moi a dissous le Parlement, cinq mois avant la fin de son mandat. En conséquence, les préparatifs ont commencé pour tous les sièges électifs au Parlement ainsi que pour le président. Les élections devaient avoir lieu le 7 décembre 1992, mais des retards ont conduit à leur report au 29 décembre de la même année. Outre KANU, le parti au pouvoir, les autres partis représentés aux élections étaient FORD Kenya et FORD Asili. Cette élection a été marquée par l’intimidation à grande échelle des opposants, ainsi que par le harcèlement des fonctionnaires électoraux. Cela a entraîné une crise économique propagée par la violence ethnique, le président étant accusé de truquer les résultats des élections pour conserver le pouvoir. Cette élection a été un tournant pour le Kenya, car elle a marqué le début de la fin de la direction de Moi et de la domination de la KANU. Moi a conservé la présidence et George Saitoti est devenu vice-président. Bien qu’elle ait conservé le pouvoir, la KANU a remporté 100 sièges et perdu 88 sièges au profit des six partis d’opposition.

Les élections de 1992 ont marqué le début de la politique multipartite après plus de 25 ans de gouvernement par la KANU. À la suite d’escarmouches au lendemain des élections, 5 000 personnes ont été tuées et 75 000 autres déplacées de chez elles. Au cours des cinq années suivantes, de nombreuses alliances politiques ont été formées en prévision des prochaines élections. En 1994, Jaramogi Oginga Odinga est décédé et plusieurs coalitions ont rejoint son parti FORD Kenya pour former un nouveau parti appelé United National Democratic Alliance. Cependant, ce parti était en proie à des désaccords. En 1995, Richard Leakey a formé le parti Safina, mais son enregistrement a été refusé jusqu’en novembre 1997. En 1996, la KANU a révisé la constitution pour permettre à Moi de rester président pour un autre mandat. Par la suite, Moi s’est présenté aux élections et a remporté un 5e mandat en 1997. Sa victoire a été vivement critiquée par ses principaux opposants, Kibaki et Odinga, comme étant frauduleuse. Suite à cette victoire, Moi a été constitutionnellement interdit de se disputer un autre mandat présidentiel. À partir de 1998, Moi a tenté d’influencer la politique de succession du pays pour faire élire Uhuru Kenyatta lors des prochaines élections de 2002.

Le président Kibaki et la route vers une nouvelle constitution

Le plan de Moi d’être remplacé par Uhuru Kenyatta a échoué et Mwai Kibaki, candidat à la coalition d’opposition « National Rainbow Coalition » (NARC), a été élu président. David Anderson (2003) rapporte que les élections ont été jugées libres et équitables par des observateurs locaux et internationaux et semblent marquer un tournant dans l’évolution démocratique du Kenya. En 2005, les Kenyans ont rejeté un plan visant à remplacer la constitution de l’indépendance de 1963 par une nouvelle. En conséquence, les élections de 2007 ont eu lieu selon la procédure fixée par l’ancienne constitution. Kibaki a été réélu lors d’élections très contestées entachées de violences politiques et ethniques. Le principal chef de l’opposition, Raila Odinga, a affirmé que les résultats des élections étaient truqués et qu’il était le président élu à juste titre. Dans la violence qui a suivi, 1 500 personnes ont été tuées et 600 000 autres déplacées à l’intérieur du pays, ce qui en fait la pire violence postélectorale au Kenya. Pour arrêter la mort et le déplacement de personnes, Kibaki et Odinga ont convenu de travailler ensemble, ce dernier prenant la position de Premier ministre. Cela a fait d’Odinga le deuxième Premier ministre du Kenya. En juillet 2010, le Kenya s’est associé à d’autres pays d’Afrique de l’Est pour former le nouveau marché commun d’Afrique de l’Est au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est.  En août 2010, les Kenyans ont organisé un référendum et adopté une nouvelle constitution, qui limitait les pouvoirs présidentiels et déléguait le gouvernement central.

Dévolution du gouvernement et séparation des pouvoirs

Après l’adoption de la nouvelle constitution, le Kenya est devenu une république démocratique représentative présidentielle, où le président du Kenya est à la fois chef d’État et chef de gouvernement, et d’un système multipartite. La nouvelle constitution stipule également que les pouvoirs exécutifs sont exercés par le pouvoir exécutif du gouvernement, dirigé par le président, qui préside le cabinet composé de personnes choisies en dehors du Parlement. Le pouvoir législatif appartient exclusivement au Parlement. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l’exécutif et du législatif. Mwai Kibaki est devenu le premier président à servir en vertu de cette nouvelle constitution tandis qu’Uhuru Kenyatta est devenu le premier président élu en vertu de cette constitution.

En 2011, le Kenya a commencé à envoyer des troupes en Somalie pour combattre le groupe terroriste islamique Al-Shabaab.

À la mi-2011, deux saisons des pluies manquées consécutives ont précipité la pire sécheresse en Afrique de l’Est depuis 60 ans. La région du nord-ouest du Turkana a été particulièrement touchée, avec la fermeture des écoles locales. La crise serait terminée au début de 2012 en raison des efforts coordonnés de secours. Les agences d’aide ont par la suite concentré leurs efforts sur les initiatives de relèvement, notamment le creusement de canaux d’irrigation et la distribution de semences de plantes. En 2013, le Kenya a tenu ses premières élections générales après l’adoption de la nouvelle constitution. Uhuru Kenyatta a gagné dans un résultat électoral contesté, conduisant à une pétition du chef de l’opposition, Raila Odinga. La Cour suprême a confirmé les résultats des élections et le président Kenyatta a commencé son mandat avec William Ruto en tant que vice-président. Malgré le résultat de cette décision, la Cour suprême et le chef de la Cour suprême étaient considérés comme de puissantes institutions capables de jouer leur rôle de contrôle des pouvoirs du président. En 2017, Uhuru Kenyatta a remporté un deuxième mandat lors d’une autre élection contestée. Suite à la défaite, Raila Odinga a de nouveau pétitionné les résultats devant la Cour suprême, accusant la commission électorale de mauvaise gestion des élections et Uhuru Kenyatta et son parti de truquage. La Cour suprême a annulé les résultats des élections dans ce qui est devenu un jugement historique en Afrique et l’un des rares au monde à avoir annulé les résultats d’une élection présidentielle. Cette décision a solidifié la position de la Cour suprême en tant qu’organe indépendant. Par conséquent, le Kenya a organisé un deuxième tour des élections pour la position présidentielle, à laquelle Uhuru est sorti vainqueur après que Raila a refusé de participer, invoquant des irrégularités.

La politique du Kenya

Le Kenya est une république démocratique représentative présidentielle avec un système multipartite. Le président est à la fois le chef de l’État et le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient au gouvernement, à l’Assemblée nationale et au Sénat. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l’exécutif et du législatif. On s’inquiète de plus en plus, en particulier pendant le mandat de l’ancien président Daniel arap Moi, que l’exécutif se mêle de plus en plus des affaires judiciaires. Le Kenya a des niveaux élevés de corruption selon l’indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency International, une mesure qui tente de mesurer la prévalence de la corruption du secteur public dans divers pays. En 2019, la nation s’est classée 137e sur 180 pays dans l’indice, avec un score de 28 sur 100. Cependant, il y a plusieurs développements assez importants en ce qui concerne la lutte contre la corruption du gouvernement kenyan, par exemple, la création d’un nouveau et Commission indépendante d’éthique et de lutte contre la corruption (EACC).

À la suite des élections générales tenues en 1997, la loi de révision de la Constitution du Kenya, destinée à ouvrir la voie à des amendements plus complets à la constitution kenyane, a été adoptée par le parlement national. En décembre 2002, le Kenya a organisé des élections démocratiques et ouvertes, jugées libres et équitables par la plupart des observateurs internationaux. Les élections de 2002 ont marqué un tournant important dans l’évolution démocratique du Kenya dans la mesure où le pouvoir a été transféré pacifiquement de l’Union nationale africaine du Kenya (KANU), qui dirigeait le pays depuis l’indépendance, à la National Rainbow Coalition (NARC), une coalition de partis politiques . Sous la présidence de Mwai Kibaki, la nouvelle coalition au pouvoir a promis de concentrer ses efforts sur la croissance économique, la lutte contre la corruption, l’amélioration de l’éducation et la réécriture de sa constitution. Quelques-unes de ces promesses ont été respectées. Il y a de l’éducation primaire gratuite. En 2007, le gouvernement a publié une déclaration déclarant qu’à partir de 2008, l’enseignement secondaire serait fortement subventionné, le gouvernement assumant tous les frais de scolarité.

Élections 2013 et nouveau gouvernement

En vertu de la nouvelle constitution et avec le président Kibaki interdit par des limites de mandat de se présenter pour un troisième mandat, le vice-Premier ministre Uhuru Kenyatta s’est porté candidat. Il a gagné avec 50,51% des voix en mars 2013. En décembre 2014, le président Uhuru Kenyatta a signé un projet de loi portant modification des lois sur la sécurité, qui, selon les partisans de la loi, était nécessaire pour se prémunir contre les groupes armés. Des politiciens de l’opposition, des groupes de défense des droits de l’homme et neuf pays occidentaux ont critiqué le projet de loi sur la sécurité, arguant qu’il portait atteinte aux libertés démocratiques. Les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la France ont également publié collectivement un communiqué de presse mettant en garde contre l’impact potentiel de la loi. Par le biais de la Jubilee Coalition, le projet de loi a ensuite été adopté le 19 décembre à l’Assemblée nationale dans des circonstances acrimonieuses.

L’économie du Kenya

Les perspectives macroéconomiques du Kenya ont régulièrement affiché une croissance robuste au cours des dernières décennies, principalement grâce aux projets d’infrastructures routières et ferroviaires. Cependant, une grande partie de cette croissance provient des flux de trésorerie détournés des poches kenyanes ordinaires au niveau microéconomique grâce à des mesures monétaires et fiscales ciblées associées à une mauvaise gestion, à la corruption, au vol massif de fonds publics, à une législation excessive et à un système judiciaire inefficace, entraînant une baisse des revenus dans les ménages ordinaires et les petites entreprises, le chômage, le sous-emploi et le mécontentement général dans plusieurs secteurs. Le Kenya se classe mal sur l’indice des États fragiles au 25e rang sur 178 pays, classé en 2019, et est classé dans la catégorie ALERTE. En 2014, les indicateurs macroéconomiques du pays ont été recalculés, ce qui a conduit le PIB à remonter vers le statut de pays à revenu faible ou intermédiaire. Le Kenya a un indice de développement humain (IDH) de 0,555 (moyen), classé 145e sur 186 dans le monde. En 2005, 17,7% des Kenyans vivaient avec moins de 1,25 $ par jour. En 2017, le Kenya se classait au 92e rang de la cote de facilité de faire des affaires de la Banque mondiale, contre 113e en 2016 (sur 190 pays). L’important secteur agricole est l’un des moins développés et largement inefficace, employant 75% de la main-d’œuvre contre moins de 3% dans les pays développés à sécurité alimentaire. Le Kenya est généralement classé comme un marché frontalier ou parfois un marché émergent, mais ce n’est pas l’un des pays les moins avancés.

L’économie a connu une forte expansion, grâce à de bonnes performances dans le tourisme, l’enseignement supérieur et les télécommunications, et à des résultats acceptables après la sécheresse dans l’agriculture, en particulier dans le secteur vital du thé. L’économie du Kenya a augmenté de plus de 7% en 2007 et sa dette extérieure a été considérablement réduite, ce qui a changé immédiatement après l’élection présidentielle contestée de décembre 2007, à la suite du chaos qui a englouti le pays. Les télécommunications et l’activité financière au cours de la dernière décennie représentent désormais 62% du PIB. 22% du PIB provient encore du secteur agricole peu fiable qui emploie 75% de la main-d’œuvre (une caractéristique constante des économies sous-développées qui n’ont pas atteint la sécurité alimentaire – un important catalyseur de la croissance économique). Une petite partie de la population dépend de l’aide alimentaire. L’industrie et la fabrication sont le plus petit secteur, représentant 16% du PIB. Les secteurs des services, de l’industrie et de la fabrication n’emploient que 25% de la main-d’œuvre mais contribuent à 75% du PIB. Le Kenya exporte également des textiles d’une valeur de plus de 400 millions de dollars dans le cadre de l’AGOA. La privatisation de sociétés d’État comme la défunte Kenya Post and Telecommunications Company, qui a abouti à la société la plus rentable d’Afrique de l’Est – Safaricom, a conduit à leur renaissance en raison d’investissements privés massifs. En mai 2011, les perspectives économiques étaient positives, une croissance du PIB de 4 à 5% étant attendue, principalement en raison de l’expansion du tourisme, des télécommunications, des transports, de la construction et d’une reprise de l’agriculture. La Banque mondiale a estimé la croissance à 4,3% en 2012.

En mars 1996, les présidents du Kenya, de la Tanzanie et de l’Ouganda ont rétabli la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE). Les objectifs de la CAE comprennent l’harmonisation des tarifs et des régimes douaniers, la libre circulation des personnes et l’amélioration des infrastructures régionales. En mars 2004, les trois pays d’Afrique de l’Est ont signé un accord d’union douanière. Le Kenya a un secteur des services financiers plus développé que ses voisins. La Nairobi Securities Exchange (NSE) est classée 4e en Afrique en termes de capitalisation boursière. Le système bancaire kenyan est supervisé par la Banque centrale du Kenya (CBK). À la fin de juillet 2004, le système était composé de 43 banques commerciales (contre 48 en 2001) et de plusieurs institutions financières non bancaires, notamment des sociétés de prêts hypothécaires, quatre associations d’épargne et de crédit et plusieurs principaux bureaux de change.

Tourisme

Le tourisme au Kenya est la deuxième source de recettes en devises après l’agriculture. Le Kenya Tourism Board est responsable de la conservation des informations relatives au tourisme au Kenya. Les principales attractions touristiques sont des safaris photo à travers les 60 parcs nationaux et réserves de chasse. D’autres attractions incluent la migration des gnous au Masaai Mara, qui est considéré comme la 7ème merveille du monde; les mosquées historiques et les forts de l’époque coloniale à Mombasa, Malindi et Lamu; des paysages de renom tels que le mont Kenya au sommet blanc et la vallée du Grand Rift; plantations de thé à Kericho; plantations de café à Thika; une vue splendide sur le mont. Kilimandjaro à travers la frontière en Tanzanie; et les plages de la côte swahili, dans l’océan Indien. Les touristes, le plus grand nombre étant originaires d’Allemagne et du Royaume-Uni, sont principalement attirés par les plages côtières et les réserves de gibier, notamment le vaste parc national de l’Est et de Tsavo Ouest, 20808 kilomètres carrés (8034 mi2) au sud-est.

Agriculture

L’agriculture est le deuxième contributeur au produit intérieur brut (PIB) du Kenya après le secteur des services. En 2005, l’agriculture, y compris la foresterie et la pêche, représentait 24% du PIB, ainsi que 18% de l’emploi salarié et 50% des recettes d’exportation. Les principales cultures commerciales sont le thé, les produits horticoles et le café. Les produits horticoles et le thé sont les principaux secteurs de croissance et les deux plus précieux de toutes les exportations du Kenya. La production des principaux aliments de base comme le maïs est sujette à de fortes fluctuations météorologiques. Les ralentissements de la production nécessitent périodiquement une aide alimentaire – par exemple en 2004, en raison d’une des sécheresses intermittentes du Kenya. Un consortium dirigé par l’Institut international de recherche sur les cultures des régions tropicales semi-arides (ICRISAT) a réussi à aider les agriculteurs à cultiver de nouvelles variétés de pois cajan au lieu de maïs, dans les zones particulièrement sèches. Les pois cajans sont très résistants à la sécheresse, ils peuvent donc être cultivés dans des zones avec moins de 650 mm de précipitations annuelles. Les projets successifs ont encouragé la commercialisation des légumineuses en stimulant la croissance des réseaux locaux de production de semences et d’agro-distributeurs pour la distribution et la commercialisation. Ce travail, qui comprenait la mise en relation des producteurs avec les grossistes, a contribué à augmenter les prix à la production locale de 20 à 25% à Nairobi et Mombasa. La commercialisation du pois cajan permet désormais à certains agriculteurs d’acheter des actifs allant des téléphones portables aux terres productives et au bétail, et leur ouvre des voies pour sortir de la pauvreté.

Le thé, le café, le sisal, le pyrèthre, le maïs et le blé sont cultivés dans les hautes terres fertiles, l’une des régions de production agricole les plus prospères d’Afrique. Le bétail prédomine dans la savane semi-aride au nord et à l’est. Les noix de coco, les ananas, les noix de cajou, le coton, la canne à sucre, le sisal et le maïs sont cultivés dans les zones les plus basses. Le Kenya n’a pas atteint le niveau d’investissement et d’efficacité dans l’agriculture qui peut garantir la sécurité alimentaire, et couplé à la pauvreté qui en résulte (53% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté), une partie importante de la population meurt de faim régulièrement et dépend fortement de la nourriture aide. Des routes en mauvais état, un réseau ferroviaire inadéquat, un transport par eau sous-utilisé et un transport aérien coûteux ont isolé des zones principalement arides et semi-arides, et les agriculteurs d’autres régions laissent souvent la nourriture pourrir dans les champs parce qu’ils ne peuvent pas accéder aux marchés. Cela a été vu pour la dernière fois en août et septembre 2011, ce qui a incité les Kenyans au Kenya à prendre l’initiative de la Croix-Rouge.

Le secteur de l’irrigation du Kenya est classé en trois types d’organisation: les petits systèmes, les systèmes publics à gestion centrale et les systèmes d’irrigation privés / commerciaux. Les programmes de petits exploitants sont détenus, développés et gérés par des individus ou des groupes d’agriculteurs opérant en tant qu’utilisateurs d’eau ou groupes d’entraide. L’irrigation est effectuée sur des exploitations individuelles ou groupées d’une superficie moyenne de 0,1 à 0,4 ha. Il existe environ 3 000 petits périmètres d’irrigation couvrant une superficie totale de 47 000 ha. Le pays dispose de sept grands périmètres irrigués à gestion centralisée, à savoir Mwea, Bura, Hola, Perkera, West Kano, Bunyala et Ahero, couvrant une superficie totale de 18200 ha et en moyenne 2600 ha par périmètre. Ces projets sont gérés par le National Irrigation Board et représentent 18% des terres irriguées au Kenya. Les grandes exploitations commerciales privées couvrent 45 000 hectares, représentant 40% des terres irriguées. Ils utilisent une technologie de pointe et produisent des cultures de grande valeur pour le marché d’exportation, en particulier les fleurs et les légumes. Le Kenya est le troisième exportateur mondial de fleurs coupées. Environ la moitié des 127 exploitations florales du Kenya sont concentrées autour du lac Naivasha, à 90 kilomètres au nord-ouest de Nairobi. Pour accélérer leur exportation, l’aéroport de Nairobi dispose d’un terminal dédié au transport des fleurs et légumes.

L’exploration pétrolière

Le Kenya a prouvé des gisements de pétrole dans le comté de Turkana. Le président Mwai Kibaki a annoncé le 26 mars 2012 que Tullow Oil, une société d’exploration pétrolière anglo-irlandaise, avait découvert du pétrole, mais sa viabilité commerciale et sa production ultérieure prendraient environ trois ans à confirmer. Au début de 2006, le président chinois Hu Jintao a signé un contrat d’exploration pétrolière avec le Kenya, dans le cadre d’une série d’accords destinés à maintenir les ressources naturelles de l’Afrique vers l’économie chinoise en pleine expansion. L’accord a permis à la société pétrolière et gazière offshore chinoise contrôlée par l’État, CNOOC, de prospecter du pétrole au Kenya, qui commence tout juste à forer ses premiers puits d’exploration aux frontières du Soudan et de la zone contestée de la province du Nord-Est, à la frontière. avec la Somalie et dans les eaux côtières. Il existe des estimations officielles des éventuelles réserves de pétrole découvertes.

La démographie du Kenya

Le Kenya comptait environ 48 millions d’habitants en janvier 2017. Le pays a une population jeune, avec 73% des résidents âgés de moins de 30 ans en raison de la croissance démographique rapide, de 2,9 millions à 40 millions d’habitants au cours du siècle dernier. Nairobi, la capitale du Kenya, abrite Kibera, l’un des plus grands bidonvilles du monde. Le bidonville abriterait entre 170 000 et 1 million de personnes. La base du HCR à Dadaab, dans le nord, abrite également actuellement environ 500 000 personnes.

L’éducation du Kenya

Les enfants fréquentent une école maternelle ou un jardin d’enfants dans le secteur privé jusqu’à l’âge de cinq ans. Cela dure un à trois ans (KG1, KG2 et KG3) et est financé par le secteur privé car il n’y a pas eu de politique gouvernementale en matière de préscolaire jusqu’à récemment. L’éducation formelle de base commence à l’âge de six ans et dure 12 ans, dont huit ans à l’école primaire et quatre au lycée ou au secondaire. L’école primaire est gratuite dans les écoles publiques et les élèves peuvent s’inscrire dans un lycée professionnel pour jeunes / villageois ou prendre leurs propres dispositions pour un programme d’apprentissage et apprendre un métier comme la couture, la menuiserie, la réparation de véhicules automobiles, la pose de briques et la maçonnerie pendant environ deux ans. ans. Ceux qui terminent leurs études secondaires peuvent rejoindre un lycée ou un autre collège technique et étudier pendant trois ans, ou aller directement à l’université et étudier pendant quatre ans. Les diplômés des écoles polytechniques et des collèges peuvent ensuite entrer sur le marché du travail et obtenir plus tard un diplôme de diplôme supérieur spécialisé après un à deux ans de formation supplémentaire, ou rejoindre l’université généralement en deuxième ou troisième année de leur cours respectif. Le diplôme supérieur est accepté par de nombreux employeurs à la place d’un baccalauréat et l’admission directe ou accélérée aux études supérieures est possible dans certaines universités.

Les universités publiques du Kenya sont des établissements hautement commercialisés et seule une petite fraction des diplômés du secondaire qualifiés sont admis sur un parrainage gouvernemental limité dans les programmes de leur choix. La plupart sont admis dans les sciences sociales, qui sont peu coûteuses à gérer, ou en tant qu’étudiants auto-parrainés payant le coût total de leurs études. La plupart des étudiants qualifiés qui manquent optent pour des programmes menant à un diplôme de niveau intermédiaire dans des universités, des collèges et des écoles polytechniques publiques ou privées. 38,5% de la population adulte kenyane est analphabète. Il existe de très grandes disparités régionales: par exemple, Nairobi avait le niveau d’alphabétisation le plus élevé, à 87,1%, par rapport à la province du Nord-Est, le plus bas, à 8,0%. Le préscolaire, qui cible les enfants de trois à cinq ans, fait partie intégrante du système éducatif et est une exigence clé pour l’admission en Standard One (First Grade). À la fin de l’enseignement primaire, les élèves passent le Kenya Certificate of Primary Education (KCPE), qui détermine ceux qui poursuivent leurs études secondaires ou une formation professionnelle. Le résultat de cet examen est nécessaire pour le placement à l’école secondaire.

L’école primaire est destinée aux élèves âgés de 6 / 7-13 / 14 ans. Pour ceux qui passent au niveau secondaire, il y a un examen national à la fin du formulaire quatre du Kenya Certificate of Secondary Education (KCSE), qui détermine ceux qui vont aux universités, à une autre formation professionnelle ou à un emploi. Les étudiants passent des examens dans huit matières de leur choix. Cependant, l’anglais, le kiswahili et les mathématiques sont des matières obligatoires. Le Kenya Central Universities and Colleges Central Placement Service (KUCCPS), anciennement le Joint Admissions Board (JAB), est chargé de sélectionner les étudiants qui rejoignent les universités publiques. Outre les écoles publiques, il existe de nombreuses écoles privées, principalement dans les zones urbaines. De même, il existe un certain nombre d’écoles internationales desservant divers systèmes d’enseignement à l’étranger. Malgré son approche commerciale impressionnante et ses intérêts dans le pays, le système universitaire et d’enseignement supérieur du Kenya est notoirement rigide et déconnecté des besoins du marché du travail local et est largement blâmé pour le nombre élevé de diplômés universitaires inemployables et « à moitié cuits » qui luttent pour s’adapter au lieu de travail moderne.

Les langues du Kenya

Les divers groupes ethniques du Kenya parlent généralement leur langue maternelle au sein de leurs propres communautés. Les deux langues officielles, l’anglais et le swahili, sont utilisées à des degrés divers d’aisance pour communiquer avec les autres populations. L’anglais est largement parlé dans le commerce, la scolarité et le gouvernement. Les habitants des zones périurbaines et rurales sont moins multilingues, de nombreux habitants des zones rurales ne parlant que leur langue maternelle. L’anglais britannique est principalement utilisé au Kenya. De plus, un dialecte local distinct, l’anglais kenyan, est utilisé par certaines communautés et individus dans le pays, et contient des caractéristiques qui lui sont propres dérivées des langues locales bantoues telles que le kiswahili et le kikuyu. Il se développe depuis la colonisation et contient également certains éléments de l’anglais américain. Sheng est une cantine basée en kiswahili parlée dans certaines zones urbaines. Composé principalement d’un mélange de kiswahili et d’anglais, c’est un exemple de changement de code linguistique. Il y a un total de 69 langues parlées au Kenya. La plupart appartiennent à deux grandes familles linguistiques: le Niger-Congo (branche bantoue) et le nilo-saharien (branche nilotique), parlées respectivement par les populations bantoue et nilotique du pays. Les minorités ethniques cushitique et arabe parlent des langues appartenant à la famille afro-asiatique séparée, les résidents indiens et européens parlant des langues de la famille indo-européenne.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés