La ligne de défense de K. Olomidé dans le procès dont le verdict est attendu en décembre

Paris (© 2021 Afriquinfos)- Alors qu’il devrait faire son grand come-back en France pour se produire à Paris La Défense Arena le 27 novembre prochain, Koffi Olomidé, fait la ‘Une’ de la presse française depuis quelques jours, pour une affaire plus délicate. Notamment un procès qui l’oppose à quatre de ses anciennes danseuses.

Mais au tribunal correctionnel de Versailles ce lundi 25 octobre, le célèbre chanteur de la rumba congolaise Koffi Olomidé a réfuté toutes les accusations d’agressions sexuelles et de séquestration qui le visent lors de son procès en appel.

S’expliquant pour la première fois en public sur les charges qui pèsent sur lui, le « Grand Mopao » qui a toujours publiquement clamé son innocence, continue de nier ces accusations. Huit ans de prison ferme ont été requis contre l’artiste.

« C’est faux, c’est tout faux », « à aucun moment je n’étais seul avec ces filles », s’est écrié à la barre M. Olomidé. « Comment vous pouvez faire l’amour dans un studio ? J’hallucine ! Il y a des ingénieurs du son, il y a des assistants… », s’est défendu l’artiste.

« Il n’y a absolument aucun élément matériel accréditant les dires des plaignantes », a estimé dans sa plaidoirie Me Antoine Vey, avocat du chanteur, plaidant la relaxe.

L’affaire mise en délibérée pour le 13 décembre pourrait marquer un gros coup d’arrêt pour la carrière de l’artiste de 65 ans qui a déjà eu des démêlés avec la justice à plusieurs reprises et fait l’objet de plusieurs mandats d’arrêt.

Considéré comme une légende de la musique congolaise et africaine, le chanteur est l’un des plus gros vendeurs d’albums.

En 2012, Antoine Agbepa Mumba, de son nom d’origine, avait été mis en examen pour viol aggravé sur quatre anciennes danseuses. Finalement relaxé pour les faits de viol qui ont par la suite été requalifiés, il a été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis pour “atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans”.

Le chanteur avait été condamné à verser 5.000 euros de dommages et intérêts à l’ancienne danseuse.

Le tribunal de Nanterre l’avait également condamné à payer une amende du même montant pour avoir aidé trois femmes à entrer illégalement en France. Le ministère public, qui avait requis sept ans d’emprisonnement ferme, avait fait appel. Par ailleurs, le concert du 27 novembre 2021 à Paris a été annulé pour des raisons liées à la COVID-19, selon les organisateurs.

Vignikpo Akpéné

 

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés