Divers hommages rendus au Roi des Bamouns décédé en France

Paris (© 2021 Afriquinfos) –Le roi des Bamouns, Ibrahim Mbombo Njoya est décédé ce lundi 27 septembre à l’âge de 83 ans, dans un hôpital parisien où il avait été évacué il y a quelques jours. Depuis, plusieurs personnalités ne cessent de rendre hommage à cette figure traditionnelle qui aura marqué également la vie politique du Cameroun.

Samuel Eto’o n’en est pas moins sensible à la disparition de ce pilier du régime du président Biya qui a connu une longue carrière politique et administrative couronnée par son intronisation comme roi des Bamouns.

« On ne lamente pas les grands hommes, on les célèbre », l’ancien capitaine des Lions indomptables a suivi cette voie dans une ode publiée sur sa page Facebook, à l’endroit du disparu.

« Un voile de tristesse et d’émotion m’a saisi depuis l’annonce du décès de notre père : Sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya, Sultan des Bamouns. Avec la mort du monarque bamoun, notre pays a perdu un roi visionnaire qui était proche de son peuple, une bibliothèque et un tampon pour notre vie commune.

Mon affliction est aussi personnelle. J’ai eu le privilège de boire à la source de l’immense sagesse de cet homme de paix. Dans ma mémoire, il restera un père aimant et sage, un grand connaisseur de tout l’écosystème sportif africain en général et du Cameroun en particulier ». Peut-on lire sur la page facebook de l’international camerounais.

Et de poursuivre « la mort du Patriarche lbrahim Mbombo Njoya est une énorme perte pour notre mouvement sportif, mais aussi pour le Cameroun dans sa diversité. Je joins ma voix à celle du peuple camerounais qui pleure l’une de ses personnalités leader. Et je prie le Seigneur, notre Dieu, dans sa grande magnanimité, d’accueillir notre père, Sa Majesté Sultan Ibrahim Mbombo Njoya ».

Considéré comme l’une des personnes les plus influentes au Cameroun, l’avocat et homme politique Akere Muna  a également réagi à la disparition du Sultan Ibrahim Mbombo Njoya. Sur twitter, il rend hommage à un dignitaire qu’il « connaissait personnellement ».

« Le décès du Sultan Mbombo Njoya m’attriste beaucoup car c’était quelqu’un que je connaissais personnellement et avec qui j’étais en contact. Il ressentait profondément ce que notre pays traverse. Ce fut un privilège d’échanger avec lui et de le voir souvent, a écrit l’avocat avant de poursuivre.

« Nous avons perdus la voix de la raison à un moment où nous en avons le plus besoin. Que son voyage vers l’éternité soit béni et son dernier repos paisible », a conclu Akere Muna.

« Une page de l’histoire du Cameroun se tourne avec la disparition du Sultan Ibrahim Mbombo Njoya, mais son action dans le domaine du sport et du football a consacré son empreinte indélébile », a écrit Rigobert Song.

Lady Ponce n’en est pas du reste. Elle dit être sous le choc. « Comme un père tu m’as adoptée, comme un père tu m’as conseillée, comme un père tu m’as soutenue, Mon Dieu !!! La nouvelle te ton départ si brusque vient de me faire un choc terrible », a-t-elle écrit.

Né le 27 octobre 1937, le sultan Mbombo Njoya aura régné 29 ans sur son royaume. Cet ancien élève de l’Institut d’études administratives africain de Dakar a officié dans l’administration publique à partir de 1958, puis comme ministre à partir de 1965 et ambassadeur à partir de 1970, avant de prendre le trône de son père en 1992.

Atteint de la covid-19 et évacué en France, le Sultan Ibrahim Mbombo Njoya a rendu l’âme lundi 27 septembre dernier.

VIGNIKPO AKPENE 

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés