BAD: L’Afrique connaîtra un rebond de croissance de 3% l’an prochain, malgré la Covid-19

banque

ABIDJAN (© 2020 Afriquinfos)-  Dans un supplément aux Perspectives économiques en Afrique 2020 », publié ce 7 juillet, par la Banque Africaine de Développement (BAD), il ressort que le continent africain devrait connaître un rebond de croissance économique de 3% en 2021. Ceci, à condition que les Etats africains arrivent à remporter le combat contre la Covid-19 et juguler la propagation de la  pandémie.

On le sait, l’année 2020 ne sera pas rose pour l’Afrique en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. Près de 49 millions d’individus, en particulier en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale seront en proie à l’extrême pauvreté, informe le supplément des Perspectives économiques en Afrique 2020 » publié le 7 juillet par la Banque
africaine de développement (BAD). Dans le document qui a porté sur une évaluation socioéconomique complète de l’impact de la Covid-19, on apprend que l’Afrique pourrait perdre entre 145,5 milliards et 189,7 milliards de dollars américains de croissance, et dans le pire  des scénarios, sa croissance s’établira à -3,4% pour 2020. Un tableauplutôt sombre qui pourtant, si les bonnes décisions sont prises devrait connaître un début d’amélioration dès 2021.

Charles Leyeka Lufumpa, économiste en chef par intérim et vice-président pour la Gouvernance économique et la gestion des connaissances à la Banque africaine de développement, affirme que «pour rouvrir les économies, les décideurs politiques devraient adopter une approche progressive et graduelle qui évalue soigneusement les compromis entre le redémarrage trop rapide de l’activité économique et la préservation de la santé des populations ». «Les activités économiques peuvent être relancées progressivement sur la base des risques de transmission des différents secteurs», déclare Lufumpa.

Les résultats ne se feront pas attendre. Un rebond économique de 3% est prévu en 2021. Une bonne nouvelle bien que la croissance de l’Afrique était prévue être de 4,1% si la Covid-19 n’était pas apparue.

La BAD appelle à cet effet, à des mesures d’interventions urgentes pour atténuer l’impact de la pandémie : « dans toute l’Afrique, les interventions doivent être parfaitement articulées et comprendre plusieurs volets : non seulement des mesures de santé publique pour contenir la propagation du virus et réduire le nombre de décès, mais aussi des mesures de politique monétaire pour atténuer les effets de l’insuffisance de liquidités et les risques d’insolvabilité, ainsi que des mesures budgétaires pour limiter les impacts économiques de la pandémie sur les moyens de subsistance et pour aider les entreprises».

L’institution suggère également de nouvelles politiques de régulation du marché du travail destinées à protéger les salariés et les emplois, ainsi que des politiques structurelles devant permettre aux économies africaines de se reconstruire et d’améliorer leur résilience face aux chocs futurs.

 

Boniface T.

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés