Centrafrique: début du dépôt des candidatures pour la présidentielle de décembre

Les prétendants aux élections présidentielle et législatives prévues le 27 décembre en Centrafrique ont commencé dimanche à déposer leurs candidatures au siège de l’Autorité nationale des élections (ANE), a annoncé cette organisation à l’AFP.

« Les dossiers de candidature pour la présidentielle aussi bien que les législatives ont commencé à être déposés ce matin« , a confirmé à l’AFP M. Albert Mbaya, chargé de communication de l’ANE.

Parmi les huit candidatures déjà déposées, sur la quinzaine de candidats déclarés, celle du président Faustin Archange Touadéra, élu en 2016 et qui briguera un second mandat en décembre, ainsi que d’Anicet Georges Dologuélé, et de Martin Ziguélé, tous deux anciens premiers ministres et poids lourds de la politique centrafricaine.

Le scrutin de décembre fait craindre un retour des violences dans un pays contrôlé aux deux tiers par les groupes armés, et ravagé par la guerre civile depuis qu’une coalition de rebelles à dominante musulmane, la Séléka, a renversé le régime du président François Bozizé en 2013.

Ce dernier, rentré dans son pays en décembre 2019 après sept années d’exil, fait partie de la quinzaine de candidats déclarés à l’élection présidentielle.

Issu d’une ethnie majoritaire en Centrafrique, M. Bozizé pourrait être le principal adversaire du président Touadéra.

Mais la candidature de M. Bozizé risque d’être invalidée, le Code électoral centrafricain exigeant que les candidats justifient d’une année de résidence dans le pays avant le dépôt de leurs candidatures.

Le reste de l’opposition avance en ordre dispersé, et le président sortant fait pour l’instant figure de favori. Quant aux groupes armés, ils pourraient menacer la sécurité des électeurs ou des candidats.

En visite à Bangui jeudi, Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint des Nations unies, a appelé les Centrafricains à se rendre aux urnes, et déclaré qu’une forte participation aux élection enverrait « un message extrêmement fort à ceux qui sont tentés par autre chose que le processus démocratique, à savoir la violence ou le rejet de leurs engagements au titre de l’accord de paix« .

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés