Violences xénophobes en Afrique du Sud/Au moins 10 morts (Cyril Ramaphosa)

« Au moins 10 personnes », dont un étranger, ont été tuées dans les violences xénophobes qui ont enflammé l’Afrique du Sud ces derniers jours, a annoncé jeudi le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui a jugé « injustifiables » les attaques et pillages.

« Nous savons qu’au moins 10 personnes ont été tuées dans ces violences, une d’entre elles est étrangère », a déclaré le chef de l’Etat dans une intervention radiotélévisée à la nation.  « Des familles ont été traumatisées. Des vies ont été détruites », a-t-il ajouté. « Il ne peut pas y avoir d’excuse pour la xénophobie (…). Il n’y a aucune justification pour les pillages et les destructions. » « Les violences ont fortement diminué (…). Le temps du calme est venu », a encore estimé le président, précisant que 423 personnes avaient été arrêtées dans la région de Johannesburg, épicentre des attaques xénophobes. « Il est temps pour nous tous qui vivons dans ce pays de relever directement et honnêtement nos défis, non en recourant à la violence, mais en dialoguant », a-t-il estimé.

L’Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, est le théâtre régulier de violences xénophobes, nourries par le fort taux de chômage (29%) et la pauvreté. Les attaques de cette semaine ont provoqué la colère de plusieurs pays du continent, où des habitants s’en sont pris à des intérêts sud-africains.