Afrique du Sud : des violences survenues ce vendredi dans une église hébergeant des étrangers

Le Cap (© 2019 Afriquinfos)- Des responsables de l’église anglicane parmi lesquels Thabo Makgoba, archevêque de Cape Town, ont été pris à partie ce vendredi par des ressortissants étrangers logeant dans une église, informe des responsables des droits de d’homme. Tout serait parti d’une tentative de délogement pour des raisons de sécurité.

Après les violences xénophobes qui ont frappé le pays il y a quelques mois, de nombreux ressortissants étrangers demandent à être rapatriés dans leur pays ou dans un autre pays d’accueil. Une deux-centaine parmi à organiser un sit-in il y a deux semaines devant les locaux du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Cap. Délogés par la police ils ont trouvé refuge dans une église méthodiste. C’est de là que ce vendredi une délégation conduite par l’Archevêque du Cap et des responsables des droits de l’homme, ont souhaité les faire partir disent-ils pour des raisons de sécurité.

 Le pasteur Alan Storey, un des membres de la délégation, a déclaré avoir demandé à ces ressortissants étrangers de commencer à quitter l’église « complètement surpeuplée » et qui n’offre pas « un environnement sûr » car si « un incendie se déclarait des personnes pourraient mourir ». Mais la situation s’est dégradée et ils ont été attaqués. De nombreux blessés ont été dénombrés dont l’archevêque anglican de Capte Town, Thabo Makgoba. Principalement originaires de Somalie, Ethiopie, Zimbabwe et de la République démocratique du Congo, ces ressortissants dénoncent les mauvais traitements et discriminations dont ils sont victimes et souhaitent être transférés dans une pays.  

L’Afrique du Sud abrite 268.000 réfugiés et demandeurs d’asile, selon des chiffres du gouvernement.

S.B.