Accueil Afrique du Nord Tunisie Après les Femen, la Tunisie doit faire face au Feminism Attack

Après les Femen, la Tunisie doit faire face au Feminism Attack

Après les Femen, la Tunisie doit faire face au Feminism Attack

Trois activistes de l’organisation Femen Attack ont été arrêtées le 21 juillet dernier à Tunis car elles étaient en train de taguer « A bas le ministère du harem du Sultan » sur les murs du ministère des Affaires de la femme.

Sana Chamekh, Vladimir Leonov et Ines Zaghdoudi ont été amenées au commissariat avant d’être relâchées.

Mais l’une des filles a affirmé sur Mosaïque FM qu’elle a été violentée et insultée par les forces de l’ordre. Elles ont été, en effet, conduites à l’hôpital où elles ont pris des photos de visage, bras et jambe tuméfiés.

Et d’après la bloggeuse Lina Ben Mhenni, Tunisian Girl sur la toile, les agents l’auraient empêchée de filmer.

Feminism Attack n’emploie pas les mêmes moyens de protestation que les Femen mais elles ont en commun leurs revendications : la condition de la femme au sein d’une société patriarcale. Elles souhaitent que la femme se révolte contre toute sorte d’exploitation, dont le machisme.

Leurs modes d’action sont les graffiti et l’espace public où par exemple elles représentent le portrait d’hommes qui ont abusé de leur pouvoir.