Qui est Mohamed Ayachi Ajroudi, l’homme d’affaires franco-tunisien positionné sur le rachat de l’OM

Rachat de l'OM par Mohamed Ayachi Ajroudi

Rachat de l’OM par Mohamed Ayachi Ajroudi | Jusque-là, on ne le connaissait que sous l’appellation de «l’homme d’affaires franco-tunisien» comme l’a présenté Mourad Boudjellal qui a, le week-end écoulé, annoncé le projet de rachat de l’Olympique Marseillais. L’ancien Président du Racing Club de Toulon avait également indiqué que les fonds qui serviront à mener l’opération du rachat proviendront d’investisseurs du Moyen-Orient ayant fait fortune dans «le pétrole, l’eau et l’énergie». Une description qui correspond à Mohamed Ayachi Ajroudi, homme d’affaire franco-tunisien, ancien ingénieur hydraulique  et inventeur aujourd’hui installé en Arabie Saoudite.

Avant ce dimanche et une interview dans un média tunisien, tout le mystère avait subsisté sur l’identité du fameux investisseur en provenance du Moyen-Orient qui était prêt à casquer 700 millions d’euros pour reprendre les rênes de l’OM. Si Mohamed Ayachi Ajroudi n’a pas confirmé le montant, il reconnait être le bras financier du projet tout en précisant n’être l’intermédiaire de personne ! De nombreuses rumeurs laissent en effet entendre que des fonds saoudiens seraient derrière cette opération de rachat. Le richissime homme d’affaires se définit comme un bâtisseur, et en veut pour preuve son parcours qui a fait de lui, un ancien ingénieur à aujourd’hui homme d’affaire engagé et influent.

Tout commence en 1977, pour ce natif de gnebess en Tunisie. C’est cette année-là qu’il rejoint à 27 ans le Pas-de-Calais et l’entreprise ISEE (spécialisée dans les travaux pétroliers et maritimes) qu’il rachète seulement trois ans plus tard. Le début d’une longue carrière d’entrepreneur. Car il reste dans le domaine en créant ensuite sa première entreprise AMIS (Artois Maintenance Industries Services) qu’il fait vivre jusqu’en 1989. Dans les années 1980, Ajroudi fait aussi parler sa créativité par ses inventions. Il créé, entre autres, Sportvert, une machine réalisant un terrain de football en une semaine, Portube II, un système d’irrigation souterraine, ou bien un tunnelier pour la société Perforex.

Ajroudi va ensuite fonder plusieurs entreprises basées en France, Tunisie, ou en Arabie Saoudite. Pour étendre son empire, il signe plusieurs partenariats (Suez par exemple), le plus fameux étant celui avec le groupe CNIM (Constructions navales et industrielles de la Méditerranée) qui intervient au service de collectivités dans plusieurs secteurs (environnemental, énergie, défense, hautes technologies). En 2010, il créé une société-mixte, ONAS International (Office National de l’Assainissement), fournissant des expertises et études à des entreprises des pays du Golfe dans le domaine de l’environnement. Un empire qui deviendra ensuite autant politique qu’économique.

En 2013, Mohamed Ayachi Ajroudi fonde un parti politique, ‘Le Mouvement du Tunisien pour la liberté et la dignité’ qu’il quittera moins d’un an plus tard, abandonnant sa candidature pour les législatives. Ce n’était pas un milieu pour lui.  Comme pour sa carrière politique où il a dû jouer la prudence, Ajroudi ne se jette pas pieds joints dans le projet OM, « Avant de faire une offre par une banque d’affaires, il faut qu’on connaisse le passif et l’actif, on ne va pas faire une offre à l’aveugle », explique l’ancien ingénieur hydraulique. Mais assure-t-il, l’OM sera le cœur d’un vaste projet sportif mais aussi culturel et politique.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés