Le gouvernement algérien refuse l’entrée à Mouammar Kadhafi

 

Il aurait tenté de négocier avec les autorités algériennes son passage à la frontière et pénétrer sur le territoire algérien, a rapporté mercredi soir le journal algérien El Watan sur son site internet, en citant des sources proches de la présidence de la République.

« Mouammar Kadhafi a tenté de joindre par téléphone le président Bouteflika qui a refusé de prendre la communication. Ainsi, un conseiller du Président s’est excusé auprès du leader libyen, prétextant que le président était absent et occupé par les derniers événements survenus sur le territoire national », confie cette source à la présidence algérienne. Allusion faite au double attentat kamikaze de l’Académie militaire de Cherchell, à environ 100 kilomètres à l’ouest d’Alger.

« Ce n’est pas la première fois que Mouammar Kadhafi et des émissaires à lui ont tenté d’entrer en contact avec le président pour d’éventuelles négociations, mais la position algérienne est claire et neutre et nous refusons de nous immiscer dans les affaires internes libyennes », ajoute cette source à El Watan.

Concernant les conditions de l’entrée de la famille Mouammar Kadhafi en Algérie, cette source est formelle : « Pensez-vous que le CNT n’est pas au courant du passage de la famille Mouammar Kadhafi en Algérie ? Je puis vous assurer que tout cela s’est fait avec l’accord et les assurances de certains membres du Conseil de transition libyen. Aujourd’hui nous essuyons les critiques acerbes de ce même CNT. Sans l’aide et le consentement du CNT lui-même, la famille Kadhafi n’aurait jamais atteint les frontières ».

L’information d’El Watan n’a pas été confirmée.

Par ailleurs, El Watan rapporte mercredi que depuis mardi, les trois postes de contrôle frontalier algérien avec la Libye – Tinalkoum (Djanet), Tarat, et Debdeb (In Aménas) – sont hermétiquement fermés à la circulation dans les deux sens, conformément à la décision prise unilatéralement par Alger, annoncent des sources diplomatiques.

Les différentes administrations intervenant sur la frontière algérienne telles que l’Armée nationale populaire (ANP, armée régulière), les Gendarmes gardes-frontières (GGF), la police de l’ air et des frontières (PAF) et les Douanes ont été instruites à l’ effet d’exécuter cette mesure. Parallèlement, le réseau de la téléphonie mobile des trois opérateurs exerçant en Algérie a été totalement coupé depuis lundi à 18h00 locales (17h00 GMT) jusqu’à mardi à 20h00 locales (19h00 GMT) , isolant toute la région du sud- est du pays.

Selon El Watan, on ignore les raisons qui ont motivé cette action. Inattendue, cette mesure interviendra quelques heures après l’annonce du ministère algérien des Affaires étrangères de l’ arrivée et l’accueil sur le territoire algérien pour « des raisons humanitaires » de certains membres de la famille de Mouammar Kadhafi, dont sa fille qui a accouché mardi d’une petite fille.

Par cette mesure, explique-t-on, Alger évitera toute incursion des forces loyalistes de Mouammar Kadhafi dans ses territoires, susceptible d’envenimer davantage ses relations avec le CNT. Ce dernier a demandé officiellement leur rapatriement pour qu’ils soient jugés en Libye. Ainsi, ces derniers jours, l’Algérie a été confrontée à plusieurs situations altérant considérablement les relations avec le Conseil national de transition libyen déjà envenimées depuis plusieurs semaines.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés