Accueil Afrique du Nord Algérie Le président Bouteflika entend "libérer la parole" de la société civile

Le président Bouteflika entend "libérer la parole" de la société civile

Le président Bouteflika entend "libérer la parole" de la société civile

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika entend "libérer la parole" des différentes composantes la société civile dans le cadre d'une approche basée sur de nouveaux rapports consensuels entre la base et le sommet de la pyramide sociale, a indiqué mardi à Alger le président du Conseil national économique et social (CNES), Mohamed Seghir Babes.

"Le président de la République m'a demandé de transmettre à l' ensemble des participants son sentiment intime de soutien et d' écoute. Il entend, en particulier, libérer la parole de la société civile dans l'ordre d'un nouveau système de gouvernance pour dire que nous sommes dans une approche de la base vers le sommet", a affirmé M. Babes à l'ouverture des premiers états généraux de la société civile algérienne, à la banlieue ouest d'Alger, en présence d'un millier de participants venant d'horizons professionnels, sociaux, culturels et universitaires divers, a constaté un correspondant de Xinhua.

Il a également insisté sur la nécessité de dégager des " consensus" autour des thèmes qui seront débattus lors de ces assises inédites.

M. Babès a assuré que les recommandations qui seront issues de cette réunion de trois jours seraient soumises au président Bouteflika.

Ces assises se tiennent dans une conjoncture marquée par une effervescence sociale et politique, prélude aux réformes politiques "profondes" annoncées par le président Bouteflika et dont l'exécution est l'objet, depuis le 21 mai, de consultations avec des partis et des personnalités politiques.

Cette conférence s'inscrit en droite ligne des directives développées par le président Bouteflika, le 15 avril dernier concernant la nécessité de faire du mouvement associatif le véritable relais entre la société politique et la société civile.

Le 2 mai dernier, le président Bouteflika avait désigné M. Abdelkader Bensalah, président de l'Instance de consultations sur les réformes politiques en Algérie, également président du Conseil de la nation (chambre haute du Parlement algérien), pour la conduite des consultations avec les partis politiques et les personnalités nationales.

Ces consultations seront l'occasion de recueillir les vues et propositions des partis politiques et des personnalités nationales sur l'ensemble des réformes annoncées, notamment sur la prochaine révision de la Constitution.

Depuis le 21 mai, l'Instance des consultations sur les réformes politiques a reçu des chefs de parti, des personnalités nationales, des délégations d'organisations de femmes, des syndicats et du mouvement associatif.