Six mois après l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE

Cet exploit du Togo, au travers des réformes à plusieurs qui se poursuivent, a été couplé d'une décision de réduction de 82% de sa dette extérieure en valeur nominale de 2,2 milliards de dollars, perçue comme un appui à la relance économique amorcée dans ce pays d'une population de 5,7 millions d'habitants.

En fait, près de 47% de la réduction de dette devraient provenir des créanciers multilatéraux contre 50% auprès des créanciers membres du Club de Paris, alors que le reste est attendu des autres créanciers bilatéraux et commerciaux.

Six mois après, une mission du Fond monétaire internationale (FMI) relève pour le Togo une croissance économique qui « s'accélère progressivement dans un contexte de stabilité macroéconomique ».

La mission fait noter que, sur cette période, la dette totale du Togo a chuté de 37 points de pourcentage du PIB et ne représente désormais qu'environ 30% du PIB.

Il s'agit d'une situation qui a permis au Togo de bénéficier d'une « solvabilité retrouvée », a ajouté la déclaration de la mission.

En fait, de nouvelles perspectives s'offrent au Togo avec l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE qui lui ouvre les portes d'un endettement de type nouveau, un «endettement intelligent » pour des secteurs sociaux et porteurs, dit-on.

Dans ce contexte, la France a annulé, en début du mois de mai, le total des créances commerciales du Togo au montant de 101,1 millions d'Euros, suivi de la Suisse qui efface l'ardoise togolaise de 65,7 millions de francs suisse, soit 34 milliards de francs CFA.

«Les efforts de modernisation et de restructuration du gouvernement étaient suffisants pour que les pays créanciers annulent leur dette envers la république du Togo.

On applique, en fait, une décision politique qui correspond à une vision partagée des pays créanciers », avait expliqué l'ambassadeur de la Suisse au Togo Andrea Semadeni dont le pays avait déjà, en 2010, annulé près de 70 milliards de francs CFA de créances du Togo.

L'engagement des 19 pays membres permanents du Club de Paris se traduisant peu à peu dans les faits, le Japon prend le relai, début juin, alors que le président togolais Faure Gnassingbé est en visite officielle dans ce pays. Les autorités japonaises ont signé avec le Togo l'effacement de la dette togolaise de 55 milliards de francs CFA.

Au niveau des institutions de Bretton Woods on répète que le Togo « peut envisager l'avenir sans le poids d'une dette à rembourser » avec une nouvelle solvabilité retrouvée.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés