Sénégal/Première année d’exploitation du Train express régional: Bilan et perspectives prometteuses

Dakar (© 2022 Afriquinfos)- La première année d’exploitation du Train express régional (TER) est «un succès total sur tous les plans», d’après Abdou Ndéné Sall, Directeur général de la Société nationale de gestion du patrimoine du TER (SENTER).

Douze mois plus tard, nous pouvons dire que nous avons atteint tous nos objectifs de rentabilité, de capacité, de régularité et de gestion”, s’est réjoui le DG de la Société nationale de gestion du patrimoine du TER.

L’objectif de départ était de pouvoir transporter, au cours de la première année, “entre cinquante mille et soixante mille passagers par jour’’, a rappelé Abdou Ndéné Sall. Et à ce stade, le TER a ”largement atteint ce nombre, avec des niveaux allant de quatre-vingt à quatre-vingt-dix mille voyageurs par jour44, a-t-il laissé entendre.

Mieux, le TER a atteint le pic de quatre-vingt-quinze mille passagers le 5 août dernier, lorsque les pluies diluviennes ont obligé bon nombre d’automobilistes à abandonner leurs véhicules, a-t-il noté.

’Ce jour-là, tous les systèmes de transport étaient obsolètes, sauf le train qui a absorbé l’ensemble du trafic détourné pour assurer, de manière fiable et sécurisée, le déplacement de tous ces gens qui étaient restés à Dakar’’, a-t-il souligné. Selon M. Sall, le TER est ‘’apprécié par les populations, d’ailleurs très satisfaites’’  de ce moyen de transport qui ‘’leur permet de quitter à temps leur domicile, de rentrer et de donner plus de temps pour s’occuper de leurs familles’’.

Pour cette année également, le TER a également atteint tous ces objectifs de rentabilité en termes de recettes et d’économie, suivant un modèle économique basé sur un contrat de gestion où le Sénégal supporte le risque trafic et récupère toutes les recettes, selon le directeur général de la SENTER.

Le TER, a-t-il expliqué, réalise soixante millions de francs CFA de recettes journalières, entièrement récupérées par le Sénégal, qui prend en charge l’ensemble des dépenses de fonctionnement et de maintenance, rémunère le savoir-faire à la société d’exploitation SETER, une filiale de la SNCF. “L’Etat garde le reste dans le cadre du Trésor pour faire autre chose”, a expliqué Abdou Ndéné Sall.

Cette rentabilité s’apprécie également par rapport à l’économie générée par la fluidité du trafic à Dakar, a encore relevé M. Sall, évoquant à la base, une étude de la Banque mondiale démontrant une perte annuelle de cent milliards de francs CFA liée aux congestions de Dakar.

Revenant sur l’état d’avancement des travaux de la deuxième phase des travaux du TER reliant la ville de Diamniadio à l’aéroport international Blaise Diagne de Dakar (AIBD), sur un linéaire de 19 km, il a assuré qu’ils avancent “à pas de géants”, leur livraison étant prévue en décembre 2023.

Mis en service par le chef de l’Etat, Macky Sall, en décembre 2021, le TER est considéré comme le  “ plus grand projet” du Sénégal indépendant en termes de chiffres et de mobilisations. Sa ligne compte quatorze gares, assure la desserte Dakar-Diamniadio, sur une distance de 36 km.

V. A.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés