Réunion de Niamey : la monnaie unique de la Cédéao ne sera pas effective en 2020

Niamey (© Afriquinfos 2017)-Il faudra attendre après 2020 pour voir la naissance de la monnaie unique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, contrairement à ce qui était prévu. L’information a été donnée ce mardi par le président de la Commission de la Cédéao, Marcel De Souza.

Malgré des “progrès sur la convergence macro-économique”, “les résultats sont faibles” et “donc nous ne pouvons pas aller en 2020 à la monnaie unique”, a dit le président de la commission à l’ouverture du sommet des chefs d’Etat de la Cédéao à Niamey.

Cinq chefs d’Etat de l’Afrique de l’ouest, notamment le nigérien Mahamadou Issoufou, l’ivoirien Alassane Ouattara, le ghanéen Nana Akufo Ado, le nigérian Muhammadu Buhari et le togolais Faure Gnassingbé, étaient  réunis ce mardi au Niger, pour un sommet visant à faire le point, trente ans après le lancement de l’idée de la monnaie unique.

Les présidents du Niger et du Ghana avaient été mandatés en 2013 pour “coordonner” la marche vers la monnaie unique de la Cédéao qui comprend quinze pays. Une “task force” avait été créée en 2014 pour les guider.

Mais selon M. De Souza, “la feuille de route” visant à aboutir à cette monnaie “n’a pas été mise en œuvre vigoureusement”. Il a relevé que sur “les quatre objectifs” fixés, “les résultats ne sont pas au rendez-vous”. “De 2012 à 2016, aucun de nos pays n’a pu respecter de manière continue les critères de premier ordre du programme de convergence macro-économique”.

“L’harmonisation des politiques monétaires” entre les huit monnaies de la Cédéao, qui devait précéder la monnaie unique, “n’est pas faite”. Et “l’institut monétaire”, prélude à une Banque centrale commune, n’a pas vu le jour.

“Quatre propositions” ont été soumises aux chefs d’Etat en vue d’accélérer la naissance de la monnaie unique, a expliqué M. De Souza. Mais aucune nouvelle échéance n’a été fixée.

Pour sa part, Mahamadou Issoufou a suggéré la mise en “circulation à partir de 2020” d’une monnaie unique au sein des pays de la Cédeao “qui sont techniquement prêts”, suivant le modèle européen avec l’euro.

“L’adhésion” des autres Etats pourrait se faire “au fur et à mesure”, a-t-il dit, redoutant que “les remises en question répétitives des dates de l’avènement” de cette monnaie unique puissent “installer un scepticisme dans l’esprit” des populations ouest-africaines.

Composée aujourd’hui de 15 pays  la Cédéao regroupe une population de 300 millions d’habitants qui utilisent des monnaies différentes depuis sa création en 1975.

Sur ces 15 Etats, 8 ont en commun le franc CFA, arrimé à l’euro, et sont rassemblés au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa): le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Cependant, les 7 autres  pays de la l’institution ouest africaine disposent  de sa propre monnaie: l’escudo pour le Cap-Vert, le dalasi pour la Gambie, le cédi pour le Ghana, le franc guinéen pour la Guinée, le dollar libérien pour le Liberia, le naira pour le Nigeria et le leone pour la Sierra Leone. Des monnaies qui ne sont pas convertibles entre elles.

V.A

 

Ces articles devraient vous intéresser :

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés