Nigeria: L’armée libère l’une des lycéennes de Chibok

LAGOS  (Afriquinfos 2016) – L’armée nigériane a annoncé ce samedi avoir libéré une des centaines (elles sont actuellement au nombre de 196 à demeurer dans les mains de Boko Haram) des lycéennes de Chibok, enlevées en avril 2014 par la secte islamiste.

«L’armée nigériane a sauvé une fille de Chibok à Pulka», a déclaré Sani Usman, Porte-parole de l’armée. Il s’agit de la lycéenne Maryam Ali Maiyanga. Elle a un enfant de 10 ans qui se prénomme Ali. Selon Sani Usman, la fille était dans un groupe de fuyards de Sambisa, le fief de Boko Haram. Aussitôt libérée, aussitôt elle a été admise à l’hôpital. «Elle a été transportée dans une unité médicale de l’armée pour des examens de santé», a indiqué le Porte-parole de l’armée nigeriane. Pulka est située près de la ville de Gwoza, dans l’État de Borno, et proche des monts Mandara qui séparent le Nigeria de l’Extrême-nord du Cameroun.

«Nous nous réjouissons de sa libération. Elle fait bien partie de celles que nous avons répertoriées», a relaté Aisha Yesufu, une militante du mouvement «Bring Back Our Girls», un mouvement qui s’était formé en avril 2014 au lendemain du rapt des 276 lycéennes. «Nous espérons que le gouvernement va réussir rapidement à libérer les autres filles ainsi nous pourrons clore ce triste épisode», a souhaité la militante.

Le gouvernement nigerian et Boko Haram optent pour la négociation

A ce jour, 196 filles sont toujours détenues par la secte islamiste. Au départ, elles étaient 276. Une cinquantaine parmi elles avaient réussi à s’échapper. En mai dernier, l’armée nigeriane avait annoncé avoir retrouvé une des lycéennes (avec un enfant de 4 mois) qui s’étaient enfuis. Depuis, les autorités ont opté pour la voie de négociation qui semble porter des fruits.

En effet, le 14 octobre dernier, vingt-et-une lycéennes de Chibok ont été libérées par leurs ravisseurs à la suite des négociations entre le Gouvernement et le groupe jihadiste. Ainsi, le gouvernement espère pouvoir obtenir la libération de 83 autres collégiennes de Chibok par le biais des discussions avec le groupe islamiste de plus en plus fragilisé par un vent de scission interne. Il y aurait plusieurs factions au sein de Boko Haram.

«Les négociations se poursuivent», avait déclaré Yemi Obinsajo, Vice-présidente. La libération progressive des lycéennes  est l’action conjuguée de négociations entreprises par le gouvernement nigérian, la secte islamiste, la Croix-Rouge internationale et le gouvernement suisse. L’enlèvement des 276 lycéennes à Chibok avait provoqué une vague d‘indignations et de tollés à travers le monde. La Maison Blanche à travers sa première dame Michelle Obama avaitent montré sa solidarité envers les jeunes filles en réclamant leur libération.

Anani GALLEY

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés