Revue de la presse malienne du 19 avril

L'Essor

Le président de la République par intérim Dioncounda Traoré a reçu hier matin, en audience, le nouveau chef du gouvernement, Cheick Modibo Diarra. La rencontre s'est tenue au Secrétariat général de la présidence. A sa sortie d'audience, Cheick Modibo Diarra a confirmé à la presse qu'il venait de rencontrer pour la première fois le président Diondounda Traoré depuis la prise de fonction de ce dernier. Mais le plus important, soulignera-t-il, c'est qu'ensemble, ils se soient entendus sur le principe selon lequel une équipe soudée ne peut pas perdre. En conséquence, ils ont décidé de travailler comme une vraie équipe afin de sortir le pays du marasme dans lequel il se trouve. Le Premier ministre a également souligné que, naturellement, la question du Nord avait été abordée parce que nous avons des compatriotes qui y vivent sous le joug d'envahisseurs qui n'ont souvent les moyens ni de les nourrir, ni de les soigner. Ce qui constitue un problème humanitaire très grave.

L'Indépendant

Plus de passeport à délivrer depuis une quinzaine de jours à la police de l'immigration. Les nombreux demandeurs du précieux sésame en ont pris pour leur grade.  Plus de possibilité pour eux d'introduire une quelconque demande de passeport. Motif invoqué : le partenaire stratégique du Mali et plus gros fournisseur du document à savoir la Canadian Bank a suspendu toute collaboration avec notre pays après le coup d'Etat du 22 mars ayant mis un terme à l'alternance démocratique. Dès les premières heures du coup d'Etat, la Canadian Bank a officiellement écrit à l'ambassadeur du Mali à Ottawa et à celui du Canada à Bamako pour leur faire part de sa décision de "suspendre sa collaboration avec le Mali. Nous ne sommes plus en mesure de continuer à honorer notre contrat compte tenu de l'évolution de la situation politique". Dans sa correspondance, le fournisseur stratégique ajoute que sans interlocuteurs valables, il n'est pas à même de livrer des passeports à notre pays.

Le Républicain

Suite aux arrestations de personnalités civiles et militaires par le Comité national pour le redressement de la démocratie et de la restauration de l'État (Cnrdre), la jeunesse du front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (Jfdr) a organisée, le mercredi 18 avril 2012, un sit-in devant l'hôtel Salam de Bamako. Le but de ce sit-in était d'appeler le président de la République par intérim, Pr Dioncounda Traoré, à prendre des mesures idoines. C'était en présence de Dr Madou Diallo, membre de la Jfdr et de nombreuses autres personnalités. Hier, la devanture de l'hôtel Salam de Bamako où réside le président de la République par intérim, Pr Dioncounda Traoré, était assiégée par la jeunesse fdr. Plus d'une centaine de personnes ont pris part à ce sit-in pour montrer leur indignation face aux arrestations effectuées par le Cnrdre en début de semaine. Sur les banderoles, on pouvait lire "Jeunesse fdr, le pouvoir aux civils, les militaires au front", "Jeunesse fdr, Dioncounda Traoré est le président de la République". Parmi les manifestants, l'on retient Dr Madou Diallo, président de la jeunesse du parti Urd et membre de la jeunesse Fdr, Adam Djittèye, secrétaire chargé à la communication de la jeunesse Fdr, Moussa Koné, président de la Cns et membre de la jeunesse Fdr. Dans un communiqué lu par Adam Djittèye, secrétaire chargé à la communication de la jeunesse Fdr, au cours de ce sit-in, la Jfdr demande au président de la République par intérim, chef suprême des armées, de tout mettre en oeuvre pour doter rapidement nos forces armées et de sécurité des moyens qu'il faut pour la libérations du nord-Mali, le retour à la vie normale à Bamako et à l'intérieur du pays, en mettant fin aux arrestations arbitraires et illégales.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés