Loi sur les libertés publiques au Togo : le politologue Mohammed Madi Djabakate salue la position de l’ONU

Lomé (© 2019 Afriquinfos)- Il est l’un des initiateurs du mouvement citoyen « Bring Back Our Freedom » qui appelle le gouvernement togolais à revoir sa position en ce qui concerne la nouvelle mouture de la loi sur la liberté de réunions et de manifestations publiques et pacifiques adoptée par le Parlement en septembre dernier. Le politologue Mohamed Madi Djabakaté, s’est donc évidemment prononcé, sur la récente sortie des rapporteurs de l’ONU qui adressent des recommandations à l’exécutif togolais.

BringBackOurFreedom est lancée le 17 septembre 2019, au lendemain de l’adoption par l’Assemblée nationale, du projet de loi portant modification de la loi du 16 mai 2011, relative à la liberté de réunions et de manifestations publiques et pacifiques. L’initiative mener par des organisations de la société civile, veut faire front afin disent-elles de « préserver de la liberté de réunions et de manifestations publiques et pacifiques » au Togo, qui dans la nouvelle forme de la loi dite « Bodjona », perd toute son essence, et ne revêt plus le caractère « informatif » qui faisait sa particularité.

Aussi, la communication conjointe des 4 rapporteurs spéciaux à l’endroit du gouvernement togolais sur les modifications apportées à cette loi, a été bien accueillie par les leaders de Bring Back Our Freedom dont Mohamed Madi Djabakaté. « C’est donc un soulagement pour nous, de savoir que nos préoccupations sont non seulement partagées mais que des recommandations sont également faites par les rapporteurs spéciaux dans l’optique d’amener le gouvernement togolais à revisiter la loi incriminée », a-t-il déclaré. Il s’attend donc à ce que le gouvernement rectifie le tir « Il s’agit ici, rappelons-le, de recommandations faites au gouvernement togolais. Et ces recommandations se fondent sur des instruments juridiques internationaux auxquels le Togo a adhéré librement, ainsi que sur des conventions que le pays a tout de même ratifiées. Alors pris sur cet angle, le gouvernement togolais est tenu de se comporter en bon élève en prenant en compte cette communication. Autrement, ce serait tout simplement regrettable que le pays persiste dans ce recul considérable en matière de droits de l’homme alors même que le gouvernement s’est engagé à œuvrer pour l’enracinement de la démocratie.

Pour Mohamed Madi Djabakaté, il urge donc que le gouvernement « abroge les dispositions restrictives introduites dans la loi du 16 mai 2011 ; ensuite, qu’il mette en place une commission composée de membres du gouvernement, de parlementaires, d’organisations de la société civile et de partis politiques pour travailler à une nouvelle proposition de loi sur la liberté de réunion et de manifestation, qui réponde aux standards internationaux en la matière et enfin, la faire adopter dans un bref délais par l’Assemblée nationale. »

S.B.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU débattra le 17 juin du racisme à la demande de l'Afrique
L’ONU plaide pour la révision de la nouvelle loi d’entente nationale au Mali
Sahel : l'ONU alerte sur un prochain péril humanitaire majeur
L'ONU débloque un fonds d'urgence de 15 millions de dollars pour la lutte contre le coronavirus
Guterres remet la RDC en haut de l'agenda diplomatique de l'ONU
Le régime de sanctions contre le Mali vient d’être renouvelé pour un an par le Conseil de sécurité d...
Ne laissons pas la Libye se déliter (ONU)
Burundi : l’arrestation et la condamnation de 4 journalistes fait réagir l’ONU
Suite de la croisade contre le Covid-19 : L'ONU restera solidaire de l'Afrique (Guterres)
Barrage du Nil : à l'ONU, soutiens à l'UA pour régler la crise
Gouvernance de l’ONU : ces 4 Africaines nommées à la tête d’institutions-clés de l’organisation
ONU : Qui de Djibouti et du Kenya deviendra Membre permanent jusqu'en 2022 ?
La situation sécuritaire au Mali a atteint un seuil critique, avertit un expert de l'ONU
Lutte contre le Covid-19 dans le monde : L’ONU lance un appel de fonds de 2 milliards de dollars
Frappes aériennes meurtrières en Libye de juillet 2019 : L'ONU appelle à une enquête indépendante
La Ghanéenne Hanna Serwaa Tetteh future envoyée spéciale de l'ONU en Libye?
Résolution sur le racisme à l’ONU : la demande africaine a peu de chance d’aboutir
Libye : l'ONU dénonce une escalade et des "actes de représailles"
ONU : le Kenya siègera au Conseil de sécurité de l’ONU après une rude bataille face à Djibouti
Le Conseil de sécurité de l'ONU réclame la libération de Soumaïla Cissé
L’ONU fait de la fin du conflit en Libye une perspective réaliste
ONU en 2019/Muhammad-Bande, 2è Nigérian et 13è Africain à présider à présider l’AG
Sahara occidental: Le chef de l'ONU espère le maintien d'une "dynamique" politique
Libye: L'UE appelle à un cessez-le-feu et soutient l'émissaire de l'ONU

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés