Le Prix de la policière de l’ONU décernée à la Sénégalaise Seynabou Diouf

New York (© 2019 Afriquinfos)-La Sénégalaise Seynabou Diouf est la lauréate 2019 du Prix de la policière des Nations Unies, a annoncé vendredi l’ONU.

Commandante au sein de la Police nationale du Sénégal, Seynabou Diouf a été récompensée pour son service au sein de la MONUSCO – la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (RDC).

Au sein de la MONUSCO, la Commandante Diouf dirige actuellement un groupe de travail pour aider à prévenir et combattre l’exploitation et les abus sexuels à Goma, dans le Nord Kivu.

La policière sénégalaise est également responsable du Réseau des femmes de la police de la MONUSCO qui relie des policières dans des activités de formation, d’accompagnement et de développement professionnels et d’appui mutuel.

Le Prix de la policière de l’ONU a été créé en 2011 pour honorer la contribution exceptionnelle des femmes officiers de police aux opérations de paix des Nations Unies ainsi qu’à l’autonomisation des femmes.

Le comité de sélection a récompensé la Commandante Diouf pour son service exemplaire, qui a eu un impact direct et positif au sein de la population locale et de la Police nationale congolaise.

« Par son travail en appui aux survivants de violences sexuelles au sein du Réseau des femmes de la police de la MONUSCO et ses initiatives visant à renforcer la police de proximité dans la Police nationale congolaise, la Commandante Diouf incarne l’esprit de cette récompense ainsi que les valeurs de l’Organisation », a déclaré le Commissaire Luis Carrilho, Conseiller de police des Nations Unies, dans un communiqué de presse. « Elle est un exemple pour nous tous », a-t-il ajouté.

Seynabou Diouf, qui a plus de 33 années d’expérience au sein de la Police nationale sénégalaise, s’est dit très honorée de recevoir cette distinction. « Cela compte beaucoup pour moi. La prévention de l’exploitation et des abus sexuels est une priorité pour moi, pour mon équipe et pour la MONUSCO. Nous sommes récompensés de nos efforts », a-t-elle déclaré.

Elle a indiqué qu’aucune allégation n’a été rapportée à l’encontre de la police de la MONUSCO cette année. « Mais nous pouvons toujours faire davantage – une seule allégation est une de trop », a dit la Commandante Diouf.

« Nous devons continuer de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que ce chiffre reste à zéro et que les victimes d’abus reçoivent toute l’assistance nécessaire », a-t-elle souligné.

Le Prix 2019 de la policière de l’ONU sera remis à Seynabou Diouf lors d’une cérémonie qui se tiendra le 5 novembre 2019, au siège des Nations Unies, à New York, à l’occasion de la 14e édition de la semaine de la police de l’ONU.

Les Nations Unies visent à déployer 30% de femmes parmi les officiers de police et 20% parmi les unités de police constituées d’ici à 2028. Plus de 1.400 policières servent actuellement dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU.

La Commandante Diouf a été sélectionnée parmi 30 candidates de huit missions. La policière sénégalaise a auparavant servi dans deux autres missions onusiennes en Afrique : la Mission hybride des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD) et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) où elle était en charge des questions de conduite et discipline.

Le Sénégal est le premier pays contributeur de policiers aux opérations de paix l’ONU et figure parmi les cinq principaux contributeurs de personnels de police féminins.

L’ONU envisage avoir 30% de femmes officiers de police d’ici 2028.

V.A.

Ces articles devraient vous intéresser :

Croisade sénégalaise à l'ONU contre la fraude et l’évasion fiscales qui appauvrissent l'Afrique
Impact du Covid-19 : l’ONU demande 2.500 milliards de dollars pour les pays en développement
Lutte contre le terrorisme : l’ONU s’érige en protectrice des grands évènements sportifs
Libye: Paris regrette la démission de l'émissaire de l'ONU Ghassam Salamé
Loi sur les libertés publiques au Togo : le politologue Mohammed Madi Djabakate salue la position de...
ONU : à New York, les Chefs d’Etat africains plaident pour des actions concrètes face à l’urgence cl...
ONU/Afrique au Conseil de sécurité entre 2021 et 2022: Djibouti tacle les manœuvres de Nairobi
L’ONU appelle la population d’Afrique de l’Ouest à respecter les consignes pour vaincre le Covid-19
Ghassan Salamé, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye vient de démissionner
Diplomatie internationale: Le Kenya, bientôt membre non permanent du CS de l'ONU?
Libye " Des femmes et des enfants", principales victimes des frappes aériennes intensifiées en Libye...
Cameroun/L'ONU se félicite de la détente en cours, Macron parlera du sujet avec Biya
Soudan : l’ONU se félicite de la signature de l'accord sur la transition vers un gouvernement civil
RDC: "Il faut faire plus" face à Ebola et aux milices, lance le patron de l'ONU à Beni
Sahara occidental: Le chef de l'ONU espère le maintien d'une "dynamique" politique
Covid-19 : Les États ne doivent pas abuser des mesures d’urgence pour restreindre des contestations ...
Le plan Trump pour le Moyen-Orient qualifié de déséquilibré (ONU)
L’ONU fait de la fin du conflit en Libye une perspective réaliste
1.000 personnes ont réussi à vaincre le virus Ebola en RDC (ONU)
Guinée-Bissau : l’ONU salue le bon déroulement du scrutin présidentiel
7,9 millions de personnes auront besoin d'aide humanitaire en 2020 dans le nord-est du Nigeria, selo...
Libye: l'émissaire de l'ONU dénonce des violations continues des accords de Berlin
AG de l’ONU 2019 : Les peuples veulent des solutions, des engagements et des actes (A. Guterres)
Covid-19 : Il faut s'attendre à vivre avec le virus pour un moment dans le monde (ONU)

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés