La police dans le Grand-Lomé en guerre contre la pollution visuelle autour des messages sexuels

Lomé (© 2023 Afriquinfos)- Un réseau de promoteurs de concepts de gros pénis, gros seins, grosses fesses a été démantelé et mis aux arrêts par la police judiciaire togolaise. L’annonce a été faite par la direction centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) du pays.

Ils ont cinq individus interpellés par la police judiciaire togolaise pour des pratiques inappropriées, notamment les accostages des messages qui portent atteinte à la pudeur sur les voies publiques, ainsi que la publication des informations médicales inexactes sur  des affiches dans les rues et sur les poteaux dans la capitale.

La « pagaille » a trop duré et la Police y met fin finalement. À en croire la DCPJ, les 5 individus arrêtés dont quatre hommes et une femme, « mettent en danger la santé de certains des citoyens avec des produits de qualité douteuse. Leurs affiches sont impudiques ».

Sur ces affiches impudiques sont inscrits : « gros pénis, gros seins, grosses fesses, sexe fort, développement de sexe, éjaculation précoce », avec pour objectif de vanter des supposées vertus de substances qu’ils proposent au public.

Lors des perquisitions, la DCPJ a saisi dans plusieurs boutiques et officines illégales, d’importantes quantités de produits douteux, contenus dans des emballages portant des images explicites et des inscriptions telles que : « AK 47; Bobaraba première qualité; Maxman; Fantaisie homme; En large XXXL super power ».  Il s’agit d’une forme de publicité que développe ce réseau pour écouler leurs produits. Sauf que non seulement les messages heurtent les mœurs, mais aussi, les produits vendus sont des « faux médicaments », selon la Police.

Tout en mettant en garde tous ceux qui se livrent à de pareils actes, la Police Nationale  a par la même occasion, invité la population à se méfier de ces produits illicites qui constituent de graves dangers pour la santé des consommateurs.

Les fautifs seront présentés au procureur du Togo pour atteinte à la pudeur et trafic de faux médicaments, a  indiqué la même source.  L’article 88 du code pénale du Togo puni d’un emprisonnement d’un à trois (03) ans et d’une amende de 100 000 à 500 000 francs quiconque aura commis un acte impudique.

V.A.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés