Crise au Mali: les solutions de la CEDEAO pour éviter un embrasement politique

Bamako (© 2020 Afriquinfos) – Vue la situation socio-politique tendue au Mali, la Cedeao craignant que la contestation en cours soit révélatrice d’une crise plus profonde, a entrepris une médiation. Les Maliens sont appelés à descendre « en masse » dans les rues de Bamako et a accroitre la pression sur leur président Ibrahim Boubacar Keita, alias IBK.

« Il y a en ce moment un défi politique, social au Mali. Donc, en tant que président de la Cedeao, le président (du Niger Mahamadou Issoufou, NDLR) nous a chargés de nous y rendre pour essayer de faire de la médiation », avait expliqué auparavant sur la radio d’État du Niger le ministre des Affaires étrangères du Nigeria, Geoffrey Onyeama, après un entretien avec le chef de l’État nigérien. Il s’agit d’éviter une propagation de la crise malienne à la sous-région, avait-il ajouté.

La délégation comprend aussi les ministres des Affaires étrangères nigérien et ivoirien Kalla Ankourao et Ally Coulibaly, ainsi que le président de la Commission de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou, selon une source officielle.

Cette démarche s’inscrit dans les efforts menés de toutes parts pour résoudre une situation qui suscite l’inquiétude tant le Mali, confronté à des défis sécuritaires, économiques et sociaux considérables, peut mal se permettre une escalade politique à l’issue incertaine.

« Nous n’avons encore rien tiré comme conclusion. Nous sommes en train d’écouter toutes les parties et nous prenons le temps qu’il faut pour comprendre les problèmes qui ont contribué à la crispation de la situation », a confié à la presse le chef de la diplomatie nigérienne.

« Nous allons ensuite procéder à un débriefing pour tirer les enseignements et revenir vers les parties avec des propositions qui vont tenir compte des recommandations du président de la République du Mali comme des suggestions des uns et des autres », a-t-il ajouté.

Le diplomate nigérien s’est déclaré optimiste pour une issue heureuse de la médiation de la Cedeao, en disant qu’« à chaque fois que les gens acceptent de s’asseoir pour se parler, il y a toujours espoir de trouver des solutions ».

Malgré cette médiation ouest-africaine, le grand rassemblement prévu en début d’après-midi de ce vendredi a été maintenu. Mais selon le chef de la délégation de la Cedeao, « nous avons obtenu des organisateurs l’assurance que le rassemblement se déroule conformément aux dispositifs législatifs et réglementaires en vigueur au Mali, c’est-à-dire bien encadré pour éviter tout débordement ». Tous les protagonistes et les médiateurs de crise sociopolitique souhaitent à l’unanimité aller vite, et « même très vite », pour parvenir à une décrispation de la situation politique actuelle dans le pays.

Des dizaines de milliers de Maliens sont descendus dans la rue le 5 juin à l’appel du Mouvement du 5 juin, c’est-à-dire le Front des partis de l’opposition pour dire leur ras-le-bol devant les violences djihadistes et intercommunautaires, le marasme économique et ce qu’ils dénoncent comme l’impéritie et la corruption du pouvoir. Ils ont réclamé la démission du chef de l’État.

Des responsables de l’ONU, de la Cedeao et de l’Union africaine avaient ensuite rencontré séparément les protagonistes. Le président avait plus tard tenté l’apaisement en annonçant des consultations pour un gouvernement d’union nationale. Mais la figure dominante de la contestation, l’imam Dicko, a déclaré ces gages insuffisants et a appelé à manifester à nouveau en masse vendredi sur la place de l’indépendance à Bamako.

Au Mali, l’imam Mahmoud Dicko est celui qui organise désormais l’opposition au chef de l’État et il compte bien le faire savoir.

Cette mission a rencontré le Premier ministre Boubou Cissé et puis s’est entretenu avec les principaux acteurs de la crise : le président lui-même et le chef de file de la contestation, l’imam Mahmoud Dicko.

V.A.

Ces articles devraient vous intéresser :

Crise de la CEDEAO : après George Weah, Kako Nubukpo propose des solutions médianes
Crise : le Zimbabwe, plus que jamais au fond du trou
Barrage du Nil : à l'ONU, soutiens à l'UA pour régler la crise
L’UA lance l’’Annan Global Health Leadership Programme pour aller au-devant des crises sanitaires
Crise politique en RDC : l'archevêque de Kinshasa demande "au peuple de se tenir en ordre de marche"
UEMOA : pour amortir la crise économique liée au coronavirus, la BCEAO anticipe et prévoit un plan d...
Crise au Mali : IBK, de la poigne de fer à la main tendue
La presse africaine touchée de plein fouet par la crise
Coronavirus : la crise du transport aérien perdura même après la pandémie
Crise de la Covid-19 en Afrique : les prévisions de Moody's 
Les entreprises de l’Uemoa fragilisées par la crise du coronavirus
Crise Libyenne : Nouvel appel du président Nguesso aux belligérants libyens
Le Conseil présidentiel pour l’Afrique appuie les initiatives innovantes africaines et de la diaspor...
Crise du Covid-19 : les étudiants africains d’HEC Paris témoignent
Mali : IBK reconduit Boubou Cissé, malgré la crise, et le charge de former un nouveau gouvernement
La crise du coronavirus n’a pas impacté les réserves de change de la BEAC
Covid-19 : Mesures anticipatoires de la BCEAO pour atténuer la crise dans la zone UEMOA
Handball africain : réajustement de la saison suite à la crise de la Covid-19
Crise liée au Covid-19 : Des footballeurs africains solidaires de leurs concitoyens

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés