La BRVM se réjouit de l’avènement de l’ECO et affiche ses ambitions pour 2020

Abidjan (© 2020 Afriquinfos)- La direction et le personnel de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) étaient réunis à Abidjan le mardi 14 janvier pour le bilan d’activités 2019 et les perspectives 2020 de l’institution. A cette occasion, le Directeur Général de la BRVM a annoncé les grands chantiers auxquels ils s’attèleront cette année non sans se féliciter de la réforme du CFA dans la zone UEMOA qui conduira à l’effectivité de l’ECO, future monnaie unique dans la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Afrique (CEDEAO).  

Les prochains défis que doit relever la BRVM en 2020 sont connus. Son Directeur Général, Kossi Edoh Amenounve en a fait l’exposé mardi à Abidjan. Il s’agira notamment de rendre dynamique par la facilitation l’accès des PME au marché obligataire, du lancement de la bourse en ligne, du lancement de BRVM TV pour la production et la diffusion d’informations sur la Bourse, de l’incitation des investisseurs institutionnels à l’accroissement de leur présence sur le marché, et de l’adoption du code de gouvernance pour les sociétés cotées. La BRVM s’illustrera aussi cette année dans la digitalisation des opérations de souscription sur le marché primaire, le lancement des « green bonds » pour accroître l’éducation financière et boursière, informe Kossi Edoh Amenounve.

Autant de chantiers dont la mise en œuvre sera portée par la perspective de la mise en circulation d’une monnaie unique. « C’est une bonne nouvelle pour le marché des capitaux », fait savoir le DG de la BRVM. « Si on a une monnaie unique, si on a l’Eco qui est utilisée en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Nigeria, le problème ne se pose plus puisque tout le monde peut transiger dans la même monnaie. Donc vous régler vos transactions. C’est pour ça que pour les bourses, c’est quelque part en matière d’intégration une bonne nouvelle d’avoir une monnaie unique», a précisé M. Edoh.   

Pour lui, l’unicité de la monnaie facilitera les transactions dans la sous-région indiquant que la BRVM travaillait déjà à plus d’intégration : « Depuis 2013, nous avons commencé à élaborer les phases d’intégration de nos marchés. Nous avons créé un comité pour voir quelles sont les étapes que nous devrons franchir pour arriver à l’intégration des bourses de la CEDEAO ». L’ECO que ce soit dans un premier temps dans l’espace UEMOA et plus tard dans la CEDEAO, vient donc à point nommé pour Kossi Edoh Amenounve.   

Boniface T.