Burkina Faso : La XIe session du CNLS prévue le 25 mai 2012 à Ouagadougou

La centaine de participants composés des représentants des institutions, des départements ministériels, des gouvernorats, des communes, de la société civile, du secteur privé, des entreprises puis des partenaires techniques et financiers vont échanger avec le président du Faso sur l'état de mise en oeuvre des recommandations formulées lors de la session antérieure.

Les participants devront également analyser les résultats obtenus par domaine programmatique, les résultats sectoriels et régionaux de la mise en oeuvre du plan national multisectoriel ( PNM) 2011.

Outre le rapport du plan national multisectoriel 2011 de lutte contre le VIH, le Sida et les IST, il s'agira pour les participants d'évaluer la mise en oeuvre du plan annuel de riposte, d'apprécier les progrès et les performances enregistrées afin de formuler des suggestions et des recommandations pour une amélioration des interventions en 2012.

Dans un contexte international aggravé par une crise économique, les bailleurs de fonds ne se bousculent plus à la porte pour soutenir les pays en voie de développement dans leur plan stratégique de lutte contre le fléau du siècle.

Au Burkina Faso, grâce à la dextérité du chef de l'Etat, lui- même président du CNLS-IST, le pays arrive à mobiliser des fonds pour soutenir ses programmes de lutte contre la pandémie.

Il s'agira alors pour les participants d'apprécier le bilan de la mobilisation des ressources financières pour la mise en oeuvre du PNM 2011 qui avait un budget prévisionnel de 32, 772 millions de F CFA.

A l'issue des différentes communications et de la plénière, les participants devront fournir des recommandations et suggestions pour les actions futures, notamment pour l'année 2012.

Les résultats et les indicateurs montrent des résultats satisfaisants pour le Burkina Faso. Selon l'enquête de démographie et de santé en 2010, la prévalence du VIH chez les adultes de 15- 49 ans est de 1%, soit 0,8% chez les hommes et 1,2% chez les femmes.

La même enquête indique que le niveau de connaissance sur les moyens de préventions est de 77,5%. Les données montrent aussi une épidémie généralisée, globalement stable (1,2%) au pays des hommes intègres.

Il appartiendra alors aux acteurs de la lutte de mettre l'accent sur l'accès aux soins et à la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH. Les statistiques actuelles montrent qu'environ 79% de personnes vivant avec le VIH sont sous ARV.

Des actions doivent être menées pour éviter une rupture de ces ARV. La tenue de cette session permettra alors aux membres du CNLS de mieux définir les stratégies et les grandes orientations.

Le CNLS-IST qui compte 156 membres et présidé par le président Compaoré, rappelle-t-on, est la structure de décision et d'orientation de la lutte contre le VIH, le Sida et les Infections sexuellement transmissibles au Burkina Faso.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés