Accueil Afrique de l'Ouest Bénin Bénin : le gouvernement invité à considérer l’ achat des produits contraceptifs dans le budget de l’Etat

Bénin : le gouvernement invité à considérer l’ achat des produits contraceptifs dans le budget de l’Etat

Bénin : le gouvernement invité à considérer l’ achat des produits contraceptifs dans le budget de l’Etat

"A la conférence internationale sur la planification familiale, tenue en novembre 2013 à Addis Abéba, en Ethiopie, le Bénin a pris l' engagement de porter à 250 millions de FCFA en 2018, le montant alloué à l' achat des produits contraceptifs en vue d' atteindre un taux de prévalence contraceptive de 20%", a rappelé le Dr Josephat Avocè, président de l' organisation pour le service et la vie.

S' exprimant au cours d' une conférence de presse, ce porte-parole du collectif des ONG intervenant dans la promotion de la planification familiale, a estimé que le Bénin a non seulement fait de la planification familiale le premier pilier pour la réduction de la mortalité maternelle, mais s' est fixé comme objectif d' atteindre une prévalence contraceptive moderne de 15 % en 2015 et de 20% en 2018.

"Cet objectif risque de ne pas être atteint du fait de l' évolution très lente de la prévalence contraceptive au cours des 15 dernières années, évolution essentiellement due à la faiblesse de

l'investissement de l' Etat et des partenaires internationaux dans ce domaine", a-t-il déploré.

La prévalence contraceptive, a-t-il expliqué, a évolué au rythme d' un gain annuel de 0,3% entre 1996 et 2011, passant de 3,4% à 7,9%, selon les résultats des enquêtes démographiques et de santé.

"A ce rythme, l' objectif de 15% ne serait atteint qu' en 2035, soit dans 21 ans, et celui de 20% qu' en 2052, soit dans 38 ans", a-t-il souligné, précisant que si le Bénin voudrait atteindre ses objectifs en matière de planification familiale, contribuer significativement à la réduction de la mortalité maternelle et faire de la planification familiale, l' une des stratégies efficaces pour son développement, il devrait oeuvrer pour une utilisation accrue des produits contraceptifs.

"Mais jusqu' à nos jours, les produits contraceptifs n' ont pas une ligne spécifique pour acquisition dans le budget général de l' Etat", a-t-il regretté.