Bénin/ Dialogue politique : le gouvernement acclame ; l’opposition grogne !

Porto-Novo (© 2019 Afriquinfos) Samedi dernier, après trois jours de concertation, le dialogue politique organisé par le gouvernement Talon, s’est achevé. Elle a abouti à des recommandations que le n°1 béninois a promis prendre en compte. Insuffisant pour une frange de la classe politique qui parle de simulacre de dialogue.

Alors que c’était le but recherché, le contexte dans lequel le dialogue initié par Patrice Talon, n’augure pas de la baisse des tensions politique dans le pays suite aux dernières législatives. En effet, alors même que le gouvernement tenait ses assisses avec neuf partis politiques, dont une majorité, proches de la mouvance présidentielle, un contre dialogue dénommé les « assises de la résistance », était organisé par l’opposition béninoise. Cette dernière exclue des scrutins législatifs d’avril 2019, marquait ainsi sa désapprobation. Une nouvelle charte des politiques votée dans la controverse par le Parlement, avait empêcher l’opposition d’être sur la ligne de départ.

Aussi, l’une des principales recommandations du dialogue version Talon, est « l’amendement de la charte des partis politiques et du code électoral, dans l’optique de favoriser la participation de tous les partis politiques au processus électoral » de 2020. Une requête à laquelle le président béninois promet accorder une attention particulière.   « Echanges stériles » répond l’opposition qui soutient que ledit dialogue, n’a abouti à rien de concret. « Le gouvernement est toujours dans sa logique d’exclusion et continue l’enlisement, au lieu de chercher une porte de sortie » déplore Nicéphore Soglo, un des organisateurs du contre-dialogue. L’opposition béninoise exige la réorganisation des élections législatives après la tenue d’un dialogue inclusif.

S.B.