Aya Nakamura continue d’enregistrer des victoires musicales et d’électriser les réseaux sociaux 

PARIS (© 2020 Afriquinfos) – Le succès grandissant du morceau «Jolie nana» cet été en Occident et dans le monde est en train de conférer une nouvelle dimension à la carrière de la jeune chanteuse Franco-Malienne de 25 ans, Aya Nakamura. Au point de redonner un coup de fouet à certains de ses vieux morceaux ou featurings.  

Le phénomène Aya Nakamura a de beaux jours devant lui. L’élégante chanteuse est en ce moment l’artiste la plus écoutée de France sur la plateforme de musique Spotify et se classe à la 288e place mondiale dans ce ranking.

Les morceaux phares de l’artiste ont été appréciés publiquement ou ont fait danser Rihanna, Maluma, Neymar et bien d’autres. Des succès qui permettent à l’interprète de « Djadja » (2018) de cumuler en quelques semaines plus de 12 millions d’auditeurs par mois sur Spotify en détrônant des stars confirmées comme Booba, PNL, etc. Chanteuse française la plus écoutée au monde à l’heure actuelle, Aya Nakamura gravit ainsi petit à petit les échelons et se fait une place de choix dans la musique française, en cassant des codes sur la base de textes simples mêlant des mots et des thématiques puisés dans ses racines africaines et son vécu en France.

Aya Nakamura surfe subtilement sur le grand succès qu’a connu il y a deux ans son morceau « Djadja » (plus de 640 millions de vues sur Youtube depuis 2018)! De 2018 à 2020, Aya Nakamura a raffiné son image, l’a rendue plus sexy et a un peu plus adapté ses compositions musicales à la riche diversité culturelle/musicale de la France. Son tube de l’été 2020 «Jolie nana» l’a désormais positionnée dans le lot des artistes afro de premier plan dans l’Hexagone et à l’international.

Avec des chiffres discographiques qui parlent pour elle. «Jolie nana» lancé seulement le 16 juillet dernier a été certifié « single d’or » par le SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique) avec plus de 8 millions de streams en une semaine. Ou encore avec plus de 15 millions d’écoutes sur les plateformes de streaming et un matraquage sur les chaines de musique. Sans oublier plus de 15 millions de vues sur Youtube.

Des victoires musicales qui ont le mérite de servir de locomotive à d’autres succès antérieurs de l’artiste. A l’image de son featuring avec le chanteur Dabs sur le morceau «Follow Back» qui a aussi franchi en ce début du mois d’aout le seuil de ‘single d’or’ selon le SNEP. Aya Nakamura et son écurie musicale capitalisent aussi leurs divers succès du moment en jouant savamment sur l’identité numérique de l’artiste, en mettant en avant sa morphologie naturelle. La preuve, chaque post de la chanteuse sur compte Twitter ou Facebook dopent les clics des internautes. Clics qui deviennent davantage viraux sur Instagram quand la Franco-Malienne poste des photos. C’est encore le cas ces dernières heures avec une photo d’elle en brassière et en jupe bleue. Un post qui a aussi fait réagir la rappeuse britannique MS Banks, elle aussi originaire d’Afrique.

Les mois à venir confirmeront ou infirmeront si la ‘vague Aya Nakamura’ est un feu de paille ou bien le début d’un nouveau phénomène musical en France.

Vignikpo A. & KGGE 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés