Tir à vue sur les braconniers

« Il n'y aura aucun pardon pour les braconniers qui terrorisent les animaux innocents comme les éléphants, rhinocéros et autres espèces de ce pays », a déclaré le ministre tanzanien des Ressources naturelles et du Tourisme Khamis Kagasheki, ajoutant qu'il n'y avait aucun besoin de faire un procès pour les braconniers.

Le ministre a tenu ces propos au plus fort de la Marche internationale pour les Éléphants, organisée dans 15 pays du monde, et qui en Tanzanie a couvert 3 km dans la capitale tanzanienne d' Arusha, qui est aussi un point névralgique pour les safaris dans le nord du pays.

Il a mis en garde tous les coupables de braconnage et toutes les personnes impliquées dans la chasse illégale, les invitant à ranger leurs armes et à trouver un travail licite « car toute personne trouvée dans les parcs, quel qu'en soit le mobile, sera abattue sur place ».

M. Kagasheki, manifestement furieux des incidents de braconnage dans ce pays au milieu naturel très riche, a mis en garde que les chasseurs tuant illégalement des éléphants pour leurs défenses étaient sous la protection de riches barons internationaux et qu'ils étaient par conséquent bien armés et équipés et qu'ils pouvaient en général s'offrir toute l'assistance juridique nécessaire pour se défendre.

Le chef de la protection de la nature de Tanzanie a déclaré que les questions de droits de l'Homme n'entraient pas en ligne de compte sur ce sujet et que la Tanzanie ne se laisserait dissuader par personne.

« Je suis bien conscient que des soi-disant défenseurs des droits de l'Homme feront un scandale, affirmant que les braconniers ont le droit d'être traduits en justice comme tout le monde, mais il faut dire les choses telles qu'elles sont, les braconniers n'hésitent pas non seulement à tuer des animaux sauvages mais aussi à abattre tout innocent qui les gêne », a déclaré M. Kagasheki.  

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés