Soudan : gouvernement et rebelles parviennent à un accord de paix historique sous l’égide de l’Egypte

Juba (© 2020 Afriquinfos)- Le gouvernement soudanais et des chefs rebelles ont signé, ce samedi 3 octobre, à Juba au Soudan du Sud, un accord de paix qui doit mettre fin à 17 ans d’une guerre meurtrière. C’est en présence de plusieurs chefs d’États, que pouvoir soudanais et rebelles ont achevé 13 mois de négociations sur un succès. L’accord se compose de 8 protocoles traitant, entre autres, de propriété foncière, de justice transitionnelle, des réparations et compensations ou encore du partage du pouvoir.

Qualifié d’historique, l’accord-ci fait suite aux avancées réalisées en août dernier par les deux parties.  Le texte d’août prévoyait une transition de trois ans pour mettre en place un partage du pouvoir. Le Sudan Revolutionary Front (SFR), une coalition de groupes rebelles actifs dans diverses régions du pays, devait d’ailleurs obtenir des postes au niveau national : Conseil souverain, gouvernement, conseil législatif.

«La paix ouvrira de larges horizons pour le développement, le progrès et la prospérité», a déclaré le Premier ministre soudanais. Même si Abdallah Hamdock a reconnu les «défis et obstacles » qu’il faudra surmonter. « Ce jour symbolise la fin des souffrances pour beaucoup de soudanais», a ajouté de son côté Mini Minawi, leader rebelle du SLM.

«C’est un moment historique et un vrai jour d’indépendance au Soudan. Cet accord aborde tous les aspects de la crise soudanaise. On estime que c’est un bon accord car, d’une part, il met fin à la guerre tout en renforçant le principe de la citoyenneté, la justice et la sécurité», Explique Ismaël Jallab, secrétaire général du SPLM-Nord au micro de MCD.

L’Egypte a salué cette signature de l’accord de paix final entre le gouvernement soudanais et plusieurs groupes rebelles, a déclaré le cabinet égyptien dans un communiqué, qualifiant l’accord d' »historique ».

L’Egypte salue la signature de l’accord

La cérémonie de signature de l’accord de paix de Juba a vu la participation d’une délégation égyptienne conduite par le Premier ministre Mostafa Madbouly. « L’Egypte a également signé en tant que témoin de l’accord de paix historique », a déclaré le cabinet égyptien.

Il a ajouté que l’accord de paix marque « le début d’une page lumineuse » dans l’histoire du Soudan, dans laquelle « les efforts de son peuple composé de différentes sectes et courants nationaux s’unissent pour travailler à l’élévation et à la prospérité du pays ».

Toutefois, cet accord ne signifie totalement pas que le Soudan va être entièrement pacifié. Pour raison que deux groupes rebelles ne l’ont pas signé : Le SPLM, dirigé par Abdelaziz el-Helou, qui est présent dans les Monts Nouba et au Nil-Bleu et le SLM (Armée de libération du Soudan) d’Abdel Wahid Nur, qui lui, opère au Darfour.

V. A.

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés