Nairobi veut conclure un accord de libre-échange avec Washington, une première en Afrique Subsaharienne

Nairobi (© 2020 Afriquinfos)- Le Kenya s’active pour conclure un accord de Libre-échange avec les Etats-Unis. Pour ce faire, une table-ronde a été organisée à Nairobi et a réuni les opérateurs économiques des deux pays afin de déterminer les domaines dans lesquels ils pourraient renforcer leurs échanges commerciaux.

Ce jeudi à Nairobi, à l’initiative de la Corporate Council On Africa (CCA) et de l’Alliance du Secteur Privé Kenyan (KEPSA), une table-ronde s’est tenue et à porter sur la mise en place d’un nouveau cadre de partenariat entre les marchés kenyans en américains. Les organisateurs de cette assise veulent s’appuyer sur le succès de la Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA), dont à bénéficier le pays ces dernières années et qui a permis à la première puissance économique d’Afrique de l’Est de produire et d’exporter des produits à valeur ajouté vers les Etats-Unis.

Le nouvel accord veut aller encore plus loin. Il s’agira d’un accord de libre-échange (ALE) entre les deux pays qui touchera des secteurs clés tels que l’énergie, la banque, la construction, les TIC / commerce numérique, la santé, la fabrication et le commerce des services. Pour l’ambassadeur des États-Unis au Kenya, Kyle McCarter, qui a pris la parole lors la table-ronde : «Nous sommes impatients de travailler ensemble pour créer un accord de libre-échange qui permettra aux entreprises kenyanes et américaines de bénéficier d’un accès accru à leurs marchés respectifs et où nos deux consommateurs bénéficieront jouir d’une plus grande prospérité grâce à un choix et une concurrence élargis sur le marché. Un ALE américano-kenyan réussi représentera un jalon pour l’Afrique de l’Est et pour toute l’Afrique. ».

Ce sera donc une première et le Kenya veut bien peaufiner les choses pour bénéficier au maximum des opportunités. C’est à cela que serviront les tables rondes comme l’explique Mme Florizelle Liser, présidente et chef de la direction du CCA « Nous aimerions utiliser cette plateforme pour fournir des mises à jour régulières sur les négociations en cours, assurer la participation et le soutien du secteur privé et extraire des opportunités en temps réel pour les entreprises», a-t-elle déclaré.  

Boniface T.

Lire aussi

Related Posts

None found

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés