Tchad : Se coaliser pour l’autonomie énergétique en Afrique centrale

 

L’Afrique centrale est dotée du plus grand potentiel hydroélectrique du continent: 650.000 GW/an, soit plus de 57%. Elle dispose aussi d’autres ressources primaires notamment la biomasse, le solaire, l’éolien, le gaz et le pétrole. Cependant, malgré tout cet énorme potentiel, cette région demeure  la partie la moins électrifiée de toutes les sous- régions d’Afrique.

 Pourtant, elle est caractérisée par un taux de production annuelle d’environ 4% contre 60% en Afrique australe; un taux de consommation par habitant qui se situe aux alentours de 109 kWh/an contre 740 en Afrique du nord et 1.600 en Afrique australe; un taux d’électrification d’environ 13% contre 90% en Afrique du nord; et une qualité des services caractérisée par des délestages intempestifs.

Ce fossé paradoxale a amené les ministres en charge de l’Energie dans l’Afrique centrale a adopté des approches stratégiques efficaces pour faire face aux défis énergétiques inhérents à leur région.

Au cours de cette réunion, ils ont évalué l’état d’exécution du plan d’action du Pool énergétique de l’Afrique centrale (PEAC), ainsi que le projet du budget 2015, équilibré en recettes et dépenses à plus de 4 milliards FCFA.

Une table-ronde des bailleurs de fonds sera organisée en 2015 à cet effet pour le financement des projets dont les études sont finalisées. L’accélération du processus de signature des protocoles d’accord sur l’interconnexion entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée Equatoriale d’une part, et l’aménagement du site de Dimoli et des lignes associées entre le Cameroun, le Congo et la République Centrafricaine, a été également recommandé au cours de cette réunion . Le conseil des ministres a, enfin, adopté le Document de stratégie de politique énergétique régionale du PEAC. « Les besoins sont importants et s’accroissent de jour en jour. A moyen terme, nous allons tout de suite être dépassés par la demande si, préalablement, nous ne prenons pas de dispositions pour augmenter notre production », prévient Mahamat Adoum Ismael, directeur général de la Société nationale d’électricité du Tchad, prenant comme exemple son pays.

 « La sécurisation de l’approvisionnement en énergie dans notre sous-ensemble passe indubitablement par une plus grande impulsion en faveur de la réalisation des projets structurants inscrits au portefeuille des projets du Pool énergétique de l’Afrique centrale », conclut de son coté le ministre tchadien du Pétrole, des Mines et de  l’energie, Djerassem Le-Bémadjiel.

 Pour les leaders de l’Afrique centrale, le PEAC constitue donc la réponse appropriée à la sous-électrification et au déficit énergétique chronique de la région, vaste de plus de 6 millions km2 et peuplée de plus de 140 millions d’habitants.

Selon les membres  de la CEEAC, la PEAC est un instrument de mise en œuvre d’une vision communautaire qui consiste à valoriser l’énorme potentiel hydroélectrique de la région pour satisfaire, d’ici 2025, toutes les formes de demandes en électricité au sein et en dehors l’espace CEEAC, via des boulevards énergétiques interconnectés et des marchés de libre-échange d’énergie électrique efficaces et prospères.

Le PEAC, créé le 12 avril 2003 par les chefs d’Etat de la région, a pour objectifs, entre autres, le renforcement de la sécurité d’approvisionnement en électricité des différents pays de la CEEAC; l’accroissement du taux d’accès à l’électricité des populations et réduction de la pauvreté; l’amélioration de la fiabilité du système électrique et de la qualité de la fourniture d’électricité dans l’ensemble de la sous-région; l’institution d’ un forum sous-régional où les problèmes du secteur de l’énergie sont examinés et des solutions appropriées trouvées dans le cadre des procédures et politiques définies en tenant compte des impacts sur l’environnement et la création d’un marché de libre-échange d’ énergie électrique.

                                   P. AMAH

 

 

Ces articles devraient vous intéresser :

Intégration en Afrique centrale/Le Document de stratégie 2019-2025 désormais connu du grand public
Congo : Création en juillet d'un Fonds pour l'économie verte en Afrique centrale
Centrafrique : Les pays de la CEEAC réaffirment leur soutien pour un "dialogue constructif"...
Centrafrique : La CEEAC demande aux rebelles de mettre immédiatement fin aux exactions contre la pop...
L'Afrique centrale adopte un plan d'extrême urgence pour stopper le braconnage des éléphants
9 ans après leur divorce, le Rwanda et la CEEAC se remettent en couple
Le président tchadien appelle la FOMAC à contribuer à la sécurisation de Bangui
La CEEAC un havre de paix et de prospérité ?
Paix et sécurité : l’ONU salue l’engagement des Etats d’Afrique de l’ouest et centrale à renforcer l...
Centrafrique : Discussions pour la désignation d'un conseil national de transition
La CEDEAO prend des sanctions politiques et économiques contre le Mali
La CEEAC condamne avec fermeté le terrorisme de Boko Haram au Nigeria
La MISCA change de chef
Afrique centrale : Un accord sur la recherche scientifique et technologique avec l'AIRD
APE : le Cameroun proche de la ratification, sous surveillance accrue de l'Union européenne
Sommet CEEAC sur la Centrafrique : La force régionale sera dotée de 2.000 hommes
Le président tchadien réclame plus de sacrifices en faveur de la Centrafrique
Centrafrique : Michel Djotodia se rendra au sommet de N'Djamena reporté à jeudi
Centrafrique : 100 millions de dollars de la CEEAC pour la MISCA
Centrafrique : Réunion de la CEEAC le 3 avril après un mini-sommet mercredi à Durban, selon Idriss D...
Centrafrique : Djotodia au sommet de N'Djamena avec Nguendet et Tiangaye (CNT)
Le président sud-africain participera au sommet sur la Centrafrique à N'Djamena
L’engagement de l’Afrique Centrale à faire perpétuer le franc CFA
L'Afrique centrale prépare un Plan d'extrême urgence sur la lutte anti-braconnage

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés