Emmanuel Macron sera à N’Djamena pour les obsèques du président Idriss Déby Itno

Paris (© 2021 Afriquinfos)- Le président Emmanuel Macron se rendra à N’Djamena vendredi prochain pour assister aux obsèques du président Idriss Déby Itno. C’est ce qu’indique une annonce faite par le Porte-parole du gouvernement français (Gabriel Attal) ce mercredi 21 avril 2021. C’est un geste qui témoigne du lien étroit qui unit la France et le Tchad, d’après Gabriel Attal.

« Le président de la République lui a rendu hommage ce matin en Conseil des ministres, il se rendra à ses obsèques en fin de semaine », a précisé Gabriel Attal lors d’une conférence de presse, en saluant, « un homme de courage, un homme passionné de son pays ».

Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis trente ans et partenaire-clé des Occidentaux dans la lutte contre les jihadistes au Sahel, est mort lundi, selon la présidence tchadienne, à l’âge de 68 ans, des suites de blessures subies au front dans des combats contre des rebelles.

Un de ses fils, Mahamat Idriss Déby, général de 37 ans, lui succède à la tête d’un Conseil militaire qui a dissout Gouvernement et Assemblée nationale et juré que de nouvelles institutions verraient le jour après des élections « libres et démocratiques » dans un an et demi. Les obsèques du leader tchadien doivent être célébrées vendredi à N’Djamena, la capitale du pays, avant son inhumation dans sa région natale dans l’extrême Est. C’est ce qu’a précisé mardi la présidence tchadienne.

La France « perd un ami courageux » et un allié dans la lutte anti-terrorisme

 La France « perd un ami courageux » avec la mort du président tchadien Idriss Déby Itno, a annoncé l’Elysée dans un communiqué mardi, soulignant également l’importance d’une « transition pacifique » au Tchad, son allié au Sahel. Paris « exprime son ferme attachement à la stabilité et à l’intégrité territoriale du Tchad », a poursuivi l’Elysée dans ce message de condoléances.

En réaction  à la mort de Déby,  l’Elysée avait également souligné l’importance d’une « transition pacifique » au Tchad. Le régime Déby était considéré par les Occidentaux, en particulier la France, l’ancienne puissance coloniale, comme un partenaire essentiel dans la guerre contre les djihadistes au Sahel. Aux yeux de Florence Parly, ministre des Armées de la France, «la lutte contre le terrorisme au Sahel ne s’arrête pas et je ne doute pas que nous pourrons poursuivre ce qui a été engagé courageusement depuis déjà plusieurs années», a-t-elle fait remarquer lors d’une conférence de presse.

Innocente Nice

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés