La Belgique va restituer symboliquement au Congo une dent ayant appartenu au martyr Patrice Lumumba

Kinshasa (© 2020 Afriquinfos)- La Belgique, ex-puissance coloniale de la RD Congo va restituer à la famille Lumumba une dent attribuée au leader et héros national congolais (Patrice Lumumba), assassiné en 1961, comme elle le réclamait depuis plusieurs années. Le parquet fédéral belge a annoncé qu’une dent attribuée au leader congolais allait être prochainement « restituée aux ayants-droit » de Patrice Lumumba. Une nouvelle qui réjouit Kinshasa et ravive le patriotisme congolais. 

 La restitution programmée de la dent de Lumumba est une décision saluée par la présidente de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo, Jeanine Mabunda.Elle a ainsi demandé au gouvernement de son pays d’«accompagner» le rapatriement de la dent attribuée au « héros national » de l’indépendance Patrice Lumumba, voire de lui accorder des « funérailles dignes de son rang ».

La dent, actuellement entre les mains de la justice belge, avait été saisie chez la fille d’un policier belge, Gérard Soete, qui avait contribué à faire disparaître le corps de l’ancien Premier ministre congolais. 

La fille du policier l’avait montrée en 2016 à un journaliste flamand qui l’interviewait, ce qui avait poussé des proches de Lumumba à déposer plainte pour « recel ». Le dossier a ensuite été joint à l’enquête principale pour « crime de guerre », enquête ouverte en 2011 à Bruxelles. 

 Action saluée par les enfants de Lumumba 

 « Il doit rentrer là où il est né, être enterré au Congo », a réagi l’un des fils de Patrice Lumumba, François, après la déclaration de Mme Mabunda. »On commence à avoir des contacts » avec les autorités, a-t-il ajouté, joint par l’AFP. »Il est impératif que le gouvernement s’implique ». Il s’agira d’une restitution « symbolique » en l’absence de « certitude absolue » que cette dent lui ait appartenue, a précisé Eric Van Duyse, porte-parole du parquet de Bruxelles. « Il n’y a pas eu d’analyse ADN sur la dent, cela l’aurait détruite », a-t-il expliqué. 

En 2000, Gérard Soete, commissaire de la police belge- avait accepté de témoigner auprès de l’AFP de sa participation, environ 40 ans plus tôt, de l’élimination du corps de Lumumba, assassiné avec deux de ses proches dans la province alors sécessionniste du Katanga, près d’Elisabethville (actuelle Lubumbashi, Sud).«En pleine nuit africaine, nous avons commencé par nous saouler pour avoir du courage. On a écartelé les corps. Le plus dur fut de les découper » avant de verser l’acide», avait expliqué l’octogénaire, depuis décédé. « Il n’en restait presque plus rien, seules quelques dents », avait ajouté Gérard Soete. 

Selon le sociologue belge Ludo De Witte, auteur d’un livre sur l’assassinat de Lumumba, Soete avait décidé de ramener avec lui en Belgique ces quelques reliques « comme des trophées de chasse ». 

Intellectuel patriote devenu Premier ministre du Congo indépendant le 30 juin 1960, et renversé trois mois plus tard, Lumumba a été assassiné le 17 janvier 1961. Il était perçu comme pro-Soviétique par les Américains et avait été désavoué par les milieux d’affaires belges qui voyaient en lui une menace. 

 

V. A. 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés