L’Afrique perd encore une grande voix à travers le départ prématuré du Général Défao

Douala (© 2021 Afriquinfos)- Connu pour son immense talent et ses grandes aptitudes de danseur, mais aussi pour ses tenues excentriques et ses couvre-chefs hauts en couleurs, le Général Défao était une grande figure de la musique africaine. Il s’est éteint le lundi 27 décembre dernier à Douala où il devait donner un concert privé.

Le 31 décembre prochain, Lulendo Matumona alias «Général Défao» devait célébrer son 62ème anniversaire. Il n’en aura pas l’occasion, au grand dam de ses fans à travers l’Afrique. S’il était plutôt discret ces dernières années sur la scène musicale continentale, le chanteur continuait de se produire dans plusieurs capitales africaines où ses titres à succès continuaient de faire danser les mélomanes.

C’est d’ailleurs à Douala au Cameroun où il devait donner un show privé qu’il a définitivement posé son micro, des suites de complications médicales. Un coma diabétique et la Covid-19, lui auront été fatales malgré son évacuation dans une clinique locale.

L’Afrique perd ainsi un autre de ses grands ambassadeurs de la musique. Général Défao a fait son incursion dans le secteur musical en 1976 à Matadi dans des groupes de quartiers. Entre 1983 et 1991, l’homme avait fait les beaux temps de Zaïko Wawa et Choc Stars aux côtés d’une autre vedette de la chanson congolaise, Bozi Boziana.

Il montera ensuite son propre groupe «Big Stars» en 1991. Le succès est au rendez-vous et il assoie sa popularité grâce à son style vestimentaire particulier et ses pas de danse. Radio trottoir, Famille Kikuta, Amour scolaire ou encore son célèbre duo avec Mbilia Bel sont quelques-unes des œuvres intemporelles que le Général Défao laisse à ses fans inconsolables.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés