Ivindo, second parc naturel du Gabon inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Libreville (© 2021 Afriquinfos) – Après le Parc de Lopé, le Parc National de l’Ivindo a été inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est le Chef de l’Etat gabonais qui en a fait lui-même l’annonce sur sa page Facebook ce mercredi 28 juillet.

Réuni, il y a quelques jours à Fuzhou en Chine le Comité du patrimoine mondial de l’’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) devait statuer sur l’inscription de nouveaux sites sur sa liste. Il semble que le parc national gabonais de l’Ivindo, fait partie des nouveaux entrants. En révélant l’information, el Président Gabonais Ali Bongo Ondimba a indiqué qu’il s’agissait d’un « grand jour ». « « L’inscription par l’Unesco du parc national de l’Ivindo sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité vient récompenser les efforts du Gabon en matière de protection des forêts, dont le rôle est déterminant dans la lutte contre le réchauffement climatique. Un grand jour ! », s’est-il réjoui. En effet, depuis plusieurs années les autorités de Libreville mettent en œuvre une politique de préservation de la Forêt tropicale. Des efforts payants puisqu’après le Parc de Lopé en 2007, c’est au tour du parc de l’Ivindo créé en 2002, d’être inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Le site couvre une superficie de 300.274 hectares. « Le site, essentiellement intact, s’étend sur près de 300 000 hectares traversés par un réseau de rivières d’eau noire pittoresques. Il comprend des rapides et des chutes bordées par des forêts humides intactes, ce qui en fait un paysage d’une grande valeur esthétique », rappelle l’Unesco. On peut y admirer les plus grandes et les plus belles chutes d’Afrique centrale, les chutes de Kongou et de Mingouli, dans la partie nord.

Le parc abrite un certain nombre d’espèces endémiques et certains mammifères emblématiques, aujourd’hui menacés, tels que l’éléphant de forêt, le gorille, le chimpanzé, le léopard ou encore trois espèces de pangolins. Certaines parties du site sont à peine explorées, selon l’Unesco.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés