Congo: ouverture lundi à Brazzaville du procès du général Mokoko

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)-Le Congo-Brazzaville commence lundi à juger les opposants au président Denis Sassou Nguesso poursuivis depuis sa réélection en 2016 avec le procès de l’ex-candidat Jean-Marie Michel Mokoko, « un règlement de compte politique » pour ses avocats.

Aux arrêts depuis le 16 juin 2016, le général ex-chef d’Etat-major Mokoko, conseiller du président Denis Sassou Nguesso jusqu’à début 2016, doit comparaître pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et détention d’armes de guerre ».

En mars 2016, l’officier avait terminé troisième de l’élection présidentielle (moins de 14% des voix) marquée par la réélection contestée dès le premier tour du président Sassou Nguesso, près de 35 ans de pouvoir au total.

Après ce vote, le général Mokoko et d’autres candidats avaient appelé à la « désobéissance civile ». « S’il avait voulu faire un coup d’Etat, il l’aurait fait depuis longtemps. Jamais le général Jean-Marie Michel Mokoko n’a dit: +Prenez les armes+ », a plaidé jeudi sur RFI l’un de ses avocats, Norbert Tricaud.

Ses avocats congolais et français ont dénoncé vendredi dans un communiqué un « règlement de compte politique maquillé en procédure judiciaire », et ont ajouté: « Ses conseils du barreau de Brazzaville ne prendront pas la parole à l’audience et ceux du barreau de Paris ne s’y rendront pas ».

Ses avocats ont aussi annoncé mercredi avoir déposé une requête devant le groupe de l’ONU sur la détention arbitraire.

Un autre candidat qui n’a pas reconnu la victoire de M. Sassou Nguesso en 2016, André Okombi Salissa, est aux arrêts depuis janvier 2017.

Interpellé en janvier 2018, un autre officier proche du pouvoir, le général Norbert Dabira, doit être jugé le 15 mai pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ».

Peuplé de cinq millions d’habitants, le Congo-Brazzaville traverse comme les autres petits Etats producteurs de pétrole une crise due à la chute des prix qui a plombé sa dette.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a annoncé fin avril la conclusion « positive » d’un accord avec les autorités du Congo-Brazzaville sur un programme pour relancer l’économie du pays, mais qui sera soumis à des « exigences de gouvernance » pour rompre avec « les pratiques du passé ».

Vignikpo Akpéné

Ces articles devraient vous intéresser :

Congo: Des incidents à Brazzaville lors du deuxième tour des législatives
Congo Brazzaville : liberté pour des proches du « pasteur Ntumi»
Le FMI impose des exigences de gouvernance au Congo-Brazzaville
Congo : George Weah accueilli par Denis Sassou-Nguesso à Brazzaville
Congo Brazzaville : la classe politique en ébullition face à la perspective des élections de 2012
Congo-Brazzaville : les organisations de la société civile dénoncent de multiples violations des dro...
Congo Brazzaville : le taux de croissance du PIB estimé à 3,4 % en 2017
Congo Brazzaville: le général Mokoko condamné à 20 ans de prison ferme
Congo Brazzaville-RDC : Situation préoccupante face l'épidémie de choléra (Papier général)
Congo-Brazzaville : le président Denis Sassou N'Guesso inaugure le plus grand projet pétrolier du pa...
Congo Brazzaville : Sassou-Nguesso en visite aux Etats-Unis pour rencontrer le président Trump
Congo–Brazzaville : La répression à huit clos se poursuit au Pool et dans le reste du pays
Congo Brazzaville Le FMI sonne de nouveau l’alarme sur la mauvaise gouvernance et la corruption
Congo-Brazzaville : un numéro vert en perspective pour les femmes victimes de violences
Congo-Brazzaville : Amnesty International dénonce les conditions de détention de l'opposant Paulin M...
La République Centrafricaine et le Congo Brazzaville signent onze accords et protocoles
Congo- Brazzaville : 19 partis politiques vont bénéficier de près d'un milliard de FCFA
Congo-Brazzaville : Sassou N’Guesso appelle à un soutien du calendrier électoral en RDC
Congo-Brazzaville: Ennuis judiciaires d’Antoinette Sassou Nguesso?
Congo Brazzaville : L’UNFPA appuie le gouvernement pour redynamiser la planification familiale
Congo-Brazzaville: Jean-Marie Michel Mokoko loin de bénéficier d’une grâce de Sassou
Congo-Brazzaville: Des ONGs de défense des droits de l’Homme dans le viseur du Gouvernement
France: L’ambassade du Congo-Brazzaville encore au centre de tensions
Peuples autochtones : La radio Biso na Biso fait école au Congo Brazzaville

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés