Congo Brazzaville : la classe politique en ébullition face à la perspective des élections de 2012

 

Face à l’effervescence constatée autour des préparatifs de ces élections, le gouvernement congolais a annoncé récemment, la tenue d’une concertation nationale regroupant tous acteurs politiques, afin d’harmoniser leurs vues sur le fichier et le découpage électoral, ainsi que sur la recomposition de la commission nationale d’organisation des élections.

« Ces élections doivent être des occasions de fierté nationale et d’expression de la maturité et de la souveraineté du peuple congolais », affirme le ministre de l’administration du territoire, Raymond Mboulou, dont l’administration est au coeur de l’ organisation des élections.

En effet, après les élections législatives organisées en 2007, et qui avaient révélé de nombreux dysfonctionnements, les observateurs tant nationaux qu’internationaux avaient recommandé à l’Etat du Congo de réviser son fichier électoral. Sur cette tendance semble actuellement s’aligner les exigences des partis d’ opposition, et même de certains membres de la société civile.

Le 26 novembre, le Conseil national des républicains, parti issu de l’ancienne rébellion dirigée par Frederick Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, a martelé cette exigence. « Nous veillerons à ce que les objectifs visés par cette concertation ne soient pas détournés par les fossoyeurs de la démocratie », s’est-il positionné dans un communiqué de presse.

Quelques jours avant, le 21 novembre, l’Alliance pour la République et la Démocratie, coalition de l’opposition qui exige « une transparence absolue » à ces élections, appelait déjà à la convocation sans délai « d’un vrai dialogue politique entre la mouvance présidentielle et l’opposition ».

Le débat sur l’organisation des prochaines élections législatives vient ainsi de prendre une nouvelle tournure. Il y a quelques jours, du 15 au 25 novembre, le gouvernement congolais, à travers le ministre de tutelle, avait initié des rencontres avec les responsables des partis politiques de la majorité comme de l’ opposition, de la société civile, des commissions permanentes et groupes parlementaires, en vue d’harmoniser leurs vues sur les préparatifs desdites élections.

Jusque là, le pouvoir et l’opposition restaient divisés sur la manière de refaire le fichier électoral. Le gouvernement qui a organisé en 2011 un recensement administratif sans associer les partis politiques se défend de les avoir exclus du processus. « Il s’agit d’une opération purement administrative. Les acteurs politiques et la société civile seront associés à l’étape de l’ extraction [à partir des données du recensement] de la liste des votants », s’expliquait le ministre Raymond Mboulou. Et pourtant, cette donne politique agite actuellement la scène politique congolaise. Elle augure d’une démocratie plus que vivante l’année prochaine. La question reste cependant de savoir si dans ce pays déchiré il y a une décennie par des guerres civiles, la démocratie prendra bien son réel envol dès 2012.

L’on a assisté, au cours de l’année qui tend à sa fin, le 9 octobre notamment, à un scrutin sénatorial dont l’organisation a été presqu’unanimement saluée par tous les acteurs politiques. Par ailleurs, depuis deux ans les partis politiques bénéficient enfin, dans certaines mesures, du financement par l’Etat.

Or, paradoxalement, l’inorganisation et les déchirements constatés dans les partis de l’opposition et la donne internationale marquée par le printemps arabe et son cortège de protestations des régimes en place restent des inconnues de taille pour l’avenir immédiat de la situation politique au Congo Brazzaville.

Et, de fait, les partis politiques que tous les observateurs invitaient à l’institutionnalisation au sortir des élections législatives, locales et présidentielles de 2007, 2008 et 2009, semblent trainer le pas. Depuis lors, seul le Parti congolais du travail au pouvoir a passablement réussi sa réorganisation, au terme d’un congrès extraordinaire organisé du 22 au 26 juillet à Brazzaville. Il se consolide actuellement comme le plus grand acteur, réduisant de facto tout suspens aux prochaines consultations politiques.

Ces articles devraient vous intéresser :

Congo: Des incidents à Brazzaville lors du deuxième tour des législatives
Congo Brazzaville: le général Mokoko condamné à 20 ans de prison ferme
Congo-Brazzaville : Amnesty International dénonce les conditions de détention de l'opposant Paulin M...
Congo Brazzaville-RDC : Situation préoccupante face l'épidémie de choléra (Papier général)
Congo–Brazzaville : La répression à huit clos se poursuit au Pool et dans le reste du pays
Congo Brazzaville : liberté pour des proches du « pasteur Ntumi»
Congo: ouverture lundi à Brazzaville du procès du général Mokoko
Congo Brazzaville : le taux de croissance du PIB estimé à 3,4 % en 2017
Congo Brazzaville : L’UNFPA appuie le gouvernement pour redynamiser la planification familiale
Congo-Brazzaville : Sassou N’Guesso appelle à un soutien du calendrier électoral en RDC
Congo-Brazzaville : le président Denis Sassou N'Guesso inaugure le plus grand projet pétrolier du pa...
Congo Brazzaville : Sassou-Nguesso en visite aux Etats-Unis pour rencontrer le président Trump
Congo-Brazzaville: Ennuis judiciaires d’Antoinette Sassou Nguesso?
Congo-Brazzaville : un numéro vert en perspective pour les femmes victimes de violences
Congo-Brazzaville: Des ONGs de défense des droits de l’Homme dans le viseur du Gouvernement
Congo-Brazzaville: Jean-Marie Michel Mokoko loin de bénéficier d’une grâce de Sassou
Peuples autochtones : La radio Biso na Biso fait école au Congo Brazzaville
Congo-Brazzaville : les organisations de la société civile dénoncent de multiples violations des dro...
Congo : George Weah accueilli par Denis Sassou-Nguesso à Brazzaville
France: L’ambassade du Congo-Brazzaville encore au centre de tensions
Congo- Brazzaville : 19 partis politiques vont bénéficier de près d'un milliard de FCFA
La République Centrafricaine et le Congo Brazzaville signent onze accords et protocoles
Le FMI impose des exigences de gouvernance au Congo-Brazzaville
Congo Brazzaville Le FMI sonne de nouveau l’alarme sur la mauvaise gouvernance et la corruption

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés