L’indice de liberté économique 2020: l’Ile Maurice en tête des pays africains

Washington (© 2020 Afriquinfos)- C’est sur la base de 12 facteurs quantitatifs regroupés en quatre grandes catégories que l’index 2020 de la liberté économique évalue 51 pays africains. Selon les résultats de ce nouveau  classement,  l’Ile Maurice conserve certes son rang de leader comme à l’édition précédente, mais on observe des bouleversements en 2020 dans ce ranking.

The Heritage Foundation, un think tank et lobby américain conservateur, basé à Washington vient de dévoiler l’édition 2020 de l’« index of economic freedom » qui mesure la liberté économique dans 180 pays dans le monde, dont 51 pays africains.

Selon le rapport, les scores des pays africains se situent généralement dans les catégories inférieures de la liberté économique, même si de modestes progrès en matière de liberté économique ont stimulé la croissance économique dans plusieurs pays.

Comme ce fut déjà le cas pour l’édition précédente de l’«index of economic freedom», l’Ile Maurice arrive en tête des pays africains en matière de liberté économique en 2020. Suivie par le Rwanda qui progresse à la deuxième place du classement. Ils constituent d’ailleurs les deux seuls pays du continent à figurer dans la catégorie des économies « modérément libres » dans le monde.

Sur le continent, plusieurs progressions sont observées dans le classement 2020. Les plus remarquables sont celles de Madagascar qui passe de la 18ème dans l’édition précédente à la 9ème place cette année, changeant également de catégorie pour devenir une économie «modérément libre». Le Niger enregistre aussi une bonne progression passant du 39ème au 27ème rang en 2020. Il est de même pour le Sénégal et le Ghana qui progressent chacun de 9 places dans cet index.

Comme les rapports précédents, 12 facteurs quantitatifs regroupés en quatre grandes catégories, ont été utilisés pour établir cet index. Il s’agit notamment de : l’Etat de droit (le droit de propriété, l’intégrité du gouvernement, l’efficacité judiciaire) ; la prépondérance du gouvernement (les dépenses publiques, la pression fiscale, la santé fiscale) ; l’efficacité réglementaire (la liberté des affaires, la liberté de travail, la liberté monétaire) ; les marchés ouverts (la liberté commerciale, la liberté d’investissement, la liberté financière).

Sur la base des scores obtenus (de 0 à 100), les pays sont classés en cinq catégories en fonction de niveau de liberté estimé de l’économie. Les pays ayant enregistré les scores les plus élevés (entre 80 et 100) sont considérés comme économiquement « libres ». Suivent de façon décroissante, les économies «globalement libres», puis celles «modérément libres». Viennent ensuite les pays avec «peu de liberté» économique, et enfin les pays dits «répressifs» en la matière.

D’importants reculs sont également enregistrés comme la Guinée-Bissau qui chute de la 17ème à la 35ème place en 2020. Il en est de même pour la République Démocratique du Congo qui passe du 33ème au 42ème rang dans ce classement. Des mauvaises performances observées aussi au sujet de l’Afrique du Sud et de la Côte d’Ivoire qui se voient toutes deux reléguées de la catégorie des économies « modérément libres » lors de l’édition précédente, à celle de pays avec « peu de liberté » économique dans l’index 2020.

V. A.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés