Afrique australe
14 mai 2020

Avec le premier cas enregistré au Lesotho, tout l’Afrique est déjà atteinte par le coronavirus

Premier cas de coronavirus au Lesotho |  Alors que le Lesotho vit un contexte politique tendu,  le royaume vient d’enregistré […]

6 mai 2020 Afrique australe

Le Lesotho, toujours épargné par le Covid-19, se déconfine 

Le Lesotho se déconfine | Avec zéro (0) cas détecté à ce jour, le Lesotho est le seul pays africain épargné par […]

Lire la suite »
20 avril 2020 Afrique australe

Lesotho : l’armée de retour dans les casernes

L’armée du Lesotho est rentrée dimanche dans ses casernes au lendemain de l’opération ordonnée par le Premier ministre Thomas Thabane […]

Lire la suite »
21 février 2020 Afrique australe

Lesotho: le Premier ministre, qui devait être inculpé pour meurtre, est « parti » en Afrique du Sud

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane ne se présentera pas, comme prévu, devant la justice vendredi, où il devait […]

Lire la suite »
14 janvier 2020 Afrique australe

Lesotho : la Première Dame recherchée pour le meurtre de l’ex épouse du PM

Masero (© 2020 Afriquinfos)-  C’est l’affaire de l’heure au Lesotho. La Première Dame, Maesaiah Thabane est activement recherchée par la […]

Lire la suite »
7 janvier 2020 Afrique australe

Lesotho: la police accuse le Premier ministre d’être impliqué dans l’assassinat de son épouse

Le chef de la police au Lesotho a accusé le Premier ministre Thomas Thabane d’être impliqué dans l’assassinat de son […]

Lire la suite »
Lesotho officiellement le Royaume du Lesotho est un pays enclavé à la frontière de l’Afrique du Sud. Avec la Cité du Vatican et Saint-Marin, c’est l’un des trois seuls États indépendants complètement entourés par le territoire d’un autre pays, et le seul à l’extérieur de la péninsule italienne. Le Lesotho mesure un peu plus de 30 000 km2 (11 583 mi2) et compte environ 2 millions d’habitants. Sa capitale et sa plus grande ville est Maseru. Le Lesotho était auparavant la colonie britannique du Basutoland, mais il a déclaré son indépendance du Royaume-Uni le 4 octobre 1966. C’est maintenant un État pleinement souverain qui est membre des Nations Unies, du Commonwealth des Nations et de la Communauté de développement de l’Afrique australe. (SADC). Le nom Lesotho se traduit grossièrement par «la terre des gens qui parlent le sésotho».

L’histoire du Lesotho

Les habitants d’origine de la région maintenant connue sous le nom de Lesotho étaient les San. Des exemples de leur art rupestre peuvent être trouvés dans les montagnes de toute la région.

Règle de Moshoeshoe I (1822-1868)

Le Lesotho moderne, alors appelé Basutoland, a émergé comme un seul régime sous le roi Moshoeshoe I en 1822. Moshoeshoe, un fils de Mokhachane, un chef mineur de la lignée Bakoteli, a formé son propre clan et est devenu chef vers 1804. Entre 1821 et 1823, lui et ses partisans se sont installés à la montagne Butha-Buthe, se joignant à d’anciens adversaires dans la résistance contre le Lifaqane associé au règne de Shaka Zulu de 1818 à 1828. La poursuite de l’évolution de l’État a émergé des conflits entre les colons britanniques et néerlandais quittant la colonie du Cap après sa saisie des Hollandais alliés français par les Britanniques en 1795, ainsi que de la souveraineté d’Orange River et de l’État libre d’Orange subséquent. Des missionnaires invités par Moshoeshoe I, Thomas Arbousset, Eugène Casalis et Constant Gosselin de la Société évangélique missionnaire de Paris, placés à Morija, ont développé l’orthographe et des ouvrages imprimés en langue sésotho entre 1837 et 1855. Casalis, traductrice et conseillère en affaires étrangères , a aidé à établir des voies diplomatiques et à acquérir des armes à feu contre les Européens envahissants et le peuple Griqua. Des trekboers de la colonie du Cap sont arrivés sur les frontières occidentales du Basutoland et ont revendiqué les droits sur ses terres, le premier étant Jan de Winnaar, qui s’est installé dans la région de Matlakeng en mai – juin 1838. Alors que de plus en plus de Boers s’installaient dans la zone qu’ils ont essayée pour coloniser la terre entre les deux fleuves et même au nord du Caledon, affirmant qu’elle avait été abandonnée par le peuple Sotho. Moshoeshoe a ensuite signé un traité avec le gouverneur britannique de la colonie du Cap, Sir George Thomas Napier, qui annexait la souveraineté d’Orange River que de nombreux Boers avaient établie. Ces Boers indignés furent réprimés lors d’une brève escarmouche en 1848. En 1851, une force britannique fut vaincue par l’armée basotho à Kolonyama, provoquant une guerre embarrassante pour les Britanniques. Après avoir repoussé une autre attaque britannique en 1852, Moshoeshoe a envoyé un appel au commandant britannique qui a réglé le différend diplomatiquement, puis a vaincu les Batlokoa en 1853. En 1854, les Britanniques se sont retirés de la région, et en 1858 Moshoeshoe a mené une série de guerres avec les Boers dans ce qu’on appelle la guerre État libre-Basotho. En conséquence, Moshoeshoe a perdu une grande partie des basses terres occidentales. La dernière guerre avec les Boers en 1867 a pris fin lorsque Moshoeshoe a fait appel à la reine Victoria, qui a accepté de faire du Basutoland un protectorat britannique en 1868.

Règle britannique (1869-1966)

En 1869, les Britanniques ont signé un traité à Aliwal North avec les Boers qui définissait les limites du Basutoland, puis du Lesotho. Ce traité a effectivement réduit le royaume de Moshoeshoe à la moitié de sa taille précédente en cédant les territoires occidentaux du Basutoland. Après la cession en 1869, les Britanniques transfèrent des fonctions de la capitale de Moshoeshoe à Thaba Bosiu à un camp de police à la frontière nord-ouest, Maseru, jusqu’à ce que l’administration de Basutoland soit finalement transférée à la colonie du Cap en 1871. Moshoeshoe décède le 11 mars 1870, marquant la fin de l’ère traditionnelle et le début de l’ère coloniale du Basutoland. Il a été enterré à Thaba Bosiu. Dans les premières années de la domination britannique entre 1871 et 1884, le Basutoland a été traité de la même manière que d’autres territoires qui avaient été annexés de force, à la grande humiliation du Basotho, conduisant à une guerre des armes à feu en 1881. En 1884, le Basutoland a été restauré à son statut de protectorat, avec Maseru à nouveau sa capitale, mais est resté sous la domination directe d’un gouverneur, bien que le pouvoir interne effectif était exercé par les chefs traditionnels.

Indépendance (1966-présent)

Le Basutoland a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne et est devenu le Royaume du Lesotho en 1966. En janvier 1970, le Basotho National Party (BNP) au pouvoir a perdu les premières élections générales post-indépendance, avec 23 sièges contre 36 pour le Basutoland Congress Party. Le Premier ministre Leabua Jonathan a refusé de céder le pouvoir au Basotho Congress Party (BCP), et à la place s’est déclaré Tona Kholo (traduction Sesotho du Premier ministre) et a emprisonné la direction du BCP. La BCP a commencé une rébellion et a ensuite reçu une formation en Libye pour son Armée de libération du Lesotho (LLA) sous prétexte d’être des soldats de l’Armée populaire de libération d’Azan (APLA) du Congrès panafricaniste (PAC). Privée d’armes et de fournitures par la faction Sibeko du PAC en 1978, la LLA, forte de 178 personnes, a été sauvée de sa base tanzanienne grâce à l’aide financière d’un officier maoïste du PAC, mais elle a lancé la guérilla avec seulement une poignée d’armes anciennes. La force principale a été vaincue dans le nord du Lesotho, et des guérilleros ont ensuite lancé des attaques sporadiques mais généralement inefficaces. La campagne a été gravement compromise lorsque le chef du BCP, Ntsu Mokhehle, s’est rendu à Pretoria. Au début des années 80, plusieurs Basotho qui sympathisaient avec le BCP exilé ont été menacés de mort et attaqués par le gouvernement de Leabua Jonathan. Le 4 septembre 1981, la famille de Benjamin Masilo est attaquée. Dans l’attaque, son petit-fils de 3 ans est décédé. Exactement quatre jours plus tard, Edgar Mahlomola Motuba, rédacteur en chef du journal populaire Leselinyana la Lesotho, a été enlevé à son domicile avec deux amis et assassiné.

Le BNP a régné de 1966 à janvier 1970. Il s’en est suivi un gouvernement de facto dirigé par le Dr Leabua Jonathan jusqu’en 1986, lorsqu’un coup d’État militaire l’a contraint à quitter ses fonctions. Le Conseil militaire de transition qui est arrivé au pouvoir a accordé des pouvoirs exécutifs au roi Moshoeshoe II, qui était jusque-là un monarque de cérémonie. Mais en 1987, le roi a été contraint à l’exil après avoir rédigé un mémorandum de six pages sur la façon dont il voulait que la constitution du Lesotho soit, ce qui lui aurait donné plus de pouvoirs exécutifs que le gouvernement militaire n’avait initialement convenu. Son fils a été installé comme roi Letsie III à sa place. Le président de la junte militaire, le général de division Justin Metsing Lekhanya, a été évincé en 1991 et remplacé par le général de division Elias Phisoana Ramaema, qui a remis le pouvoir à un gouvernement démocratiquement élu du BCP en 1993. Moshoeshoe II est revenu d’exil en 1992 en tant que citoyen ordinaire. Après le retour au gouvernement démocratique, le roi Letsie III a tenté en vain de persuader le gouvernement du BCP de réintégrer son père (Moshoeshoe II) à la tête de l’État. En août 1994, Letsie III a organisé un coup d’État soutenu par l’armée qui a destitué le gouvernement du BCP, après que le gouvernement du BCP a refusé de réintégrer son père, Moshoeshoe II, selon la constitution du Lesotho. Le nouveau gouvernement n’a pas reçu la pleine reconnaissance internationale. Les États membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) se sont engagés dans des négociations pour rétablir le gouvernement du BCP. L’une des conditions posées par Letsie III pour cela était que son père soit réinstallé à la tête de l’État. Après de longues négociations, le gouvernement BCP a été réintégré et Letsie III a abdiqué en faveur de son père en 1995, mais il est remonté sur le trône lorsque Moshoeshoe II est décédé à l’âge de cinquante-sept ans dans un supposé accident de la route, lorsque sa voiture a plongé d’un route de montagne aux premières heures du 15 janvier 1996. Selon un communiqué du gouvernement, Moshoeshoe était parti à 1 heure du matin pour visiter son bétail à Matsieng et rentrait à Maseru par les montagnes Maluti lorsque sa voiture a quitté la route.

En 1997, le BCP au pouvoir s’est divisé sur les conflits de leadership. Le Premier ministre Ntsu Mokhehle a formé un nouveau parti, le Congrès du Lesotho pour la démocratie (LCD), et a été suivi par une majorité de parlementaires, ce qui lui a permis de former un nouveau gouvernement. Pakalitha Mosisili a succédé à Mokhehle à la tête du parti et le LCD a remporté les élections générales en 1998. Bien que les élections aient été prononcées librement et équitablement par des observateurs locaux et internationaux et une commission spéciale subséquente nommée par la SADC, les partis politiques d’opposition ont rejeté les résultats. Les manifestations de l’opposition dans le pays se sont intensifiées, aboutissant à une manifestation pacifique devant le palais royal en août 1998. Les détails exacts de ce qui a suivi sont grandement contestés, tant au Lesotho qu’en Afrique du Sud. Alors que les troupes des Forces de défense du Botswana étaient les bienvenues, les tensions avec les troupes des Forces de défense nationale sud-africaines étaient élevées, entraînant des combats. Les cas d’émeutes sporadiques se sont intensifiés lorsque les troupes sud-africaines ont hissé un drapeau sud-africain au-dessus du Palais royal. Au moment où les forces de la SADC se sont retirées en mai 1999, une grande partie de la capitale de Maseru était en ruine, et les capitales provinciales du sud de Mafeteng et Mohale’s Hoek avaient perdu plus d’un tiers de leurs biens commerciaux. Un nombre important de Sud-Africains et de Basotho sont également morts dans les combats. Une autorité politique intérimaire (IPA), chargée de revoir la structure électorale du pays, a été créée en décembre 1998. L’IPA a conçu un système électoral proportionnel pour garantir que l’opposition soit représentée à l’Assemblée nationale. Le nouveau système a conservé les 80 sièges élus de l’Assemblée, mais a ajouté 40 sièges à pourvoir proportionnellement. Des élections ont eu lieu dans le cadre de ce nouveau système en mai 2002, et le LCD a de nouveau gagné, obtenant 54% des voix. Mais pour la première fois, les partis politiques d’opposition ont remporté un nombre important de sièges et, malgré quelques irrégularités et menaces de violence de la part du général de division Lekhanya, le Lesotho a connu ses premières élections pacifiques. Neuf partis d’opposition détiennent désormais les 40 sièges proportionnels, le BNP détenant la plus grande part (21). L’écran LCD dispose de 79 des 80 sièges de circonscription. Bien que ses membres élus participent à l’Assemblée nationale, le BNP a lancé plusieurs contestations judiciaires aux élections, dont un recomptage ; aucun n’a réussi. Le 30 août 2014, un présumé «coup d’État» avorté a eu lieu, forçant le Premier ministre de l’époque, Thomas Thabane, à fuir en Afrique du Sud pendant trois jours.

La politique du Lesotho

Le gouvernement du Lesotho est une monarchie parlementaire ou constitutionnelle. Le Premier ministre, Tom Thabane, est chef du gouvernement et a le pouvoir exécutif. Le roi du Lesotho, Letsie III, remplit une fonction largement cérémonielle ; il ne possède plus aucun pouvoir exécutif et il lui est interdit de participer activement aux initiatives politiques. La Convention All Basotho (ABC) dirige un gouvernement de coalition à l’Assemblée nationale, la chambre basse du Parlement. La chambre haute du Parlement, appelée Sénat, est composée de 22 chefs principaux dont les membres sont héréditaires et de 11 personnes nommées par le roi, sur avis du Premier ministre. La constitution prévoit un système judiciaire indépendant, composé de la Haute Cour, de la Cour d’appel, des magistrats et des tribunaux traditionnels qui existent principalement dans les zones rurales. Tous les juges de la Cour d’appel sauf un sont des juristes sud-africains. Il n’y a pas de procès par jury ; les juges rendent plutôt des décisions seuls ou, dans le cas de procès pénaux, avec deux autres juges comme observateurs. La constitution protège également les libertés civiles fondamentales, notamment la liberté d’expression, la liberté d’association, la liberté de la presse, la liberté de réunion pacifique et la liberté de religion. Le Lesotho a été classé 12e sur 48 pays d’Afrique subsaharienne dans l’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine de 2008. En 2010, le Mouvement de la Charte populaire a appelé à l’annexion pratique du pays par l’Afrique du Sud en raison de l’épidémie de VIH. Près d’un quart de la population est séropositif. Le pays a également été confronté à un chômage élevé, à l’effondrement économique, à une monnaie faible et à de mauvais documents de voyage restreignant les déplacements. Un rapport de l’Union africaine a appelé à l’intégration économique du Lesotho avec l’Afrique du Sud mais n’a pas suggéré d’annexion. En mai 2010, le Mouvement de la Charte a adressé une pétition au Haut-commissariat sud-africain demandant l’intégration. Le porte-parole des affaires intérieures de l’Afrique du Sud, Ronnie Mamoepa, a rejeté l’idée que le Lesotho devrait être traité comme un cas spécial. « C’est un pays souverain comme l’Afrique du Sud. Nous avons envoyé des envoyés à nos voisins – le Botswana, le Zimbabwe, le Swaziland et le Lesotho – avant d’appliquer la règle du passeport. Lorsque vous voyagez de Grande-Bretagne en Afrique du Sud, ne vous attendez-vous pas à utiliser un passeport ?  »

L’économie du Lesotho

Le Lesotho est géographiquement entouré par l’Afrique du Sud et intégré économiquement avec elle. L’économie du Lesotho est basée sur l’agriculture, l’élevage, la fabrication et l’exploitation minière, et dépend fortement des entrées de fonds des travailleurs et des recettes de l’Union douanière d’Afrique australe (SACU). La majorité des ménages vivent de l’agriculture. L’emploi dans le secteur formel se compose principalement de femmes dans le secteur de l’habillement, de travailleurs migrants masculins, principalement de mineurs en Afrique du Sud pendant trois à neuf mois, et d’emplois par le gouvernement du Lesotho (GOL). Les plaines occidentales forment la principale zone agricole. Près de 50 pour cent de la population tirent un revenu de la culture informelle ou de l’élevage, près des deux tiers des revenus du pays provenant du secteur agricole. Le pourcentage de la population vivant en dessous de la parité de pouvoir d’achat (PPA) USD 1,25 USD / jour est passé de 48% à 44% entre 1995 et 2003. Le pays fait partie des pays à «faible développement humain» (classé 160e sur 187 selon l’indice de développement humain classé par le PNUD, avec 52 ans d’espérance de vie à la naissance. L’alphabétisation des adultes atteint 82%. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 20% ont un poids insuffisant. Le Lesotho a profité de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) pour devenir le plus grand exportateur de vêtements vers les États-Unis en provenance de l’Afrique subsaharienne. Les marques et détaillants américains s’approvisionnant au Lesotho comprennent : Foot Locker, Gap, Gloria Vanderbilt, JCPenney, Levi Strauss, Saks, Sears, Timberland et Wal-Mart. À la mi-2004, son emploi atteignait plus de 50 000, principalement des femmes, marquant la première fois que les travailleurs du secteur manufacturier étaient plus nombreux que les employés du gouvernement. En 2008, elle a exporté des marchandises d’une valeur de 487 millions de dollars principalement vers les États-Unis. Depuis 2004, l’emploi dans le secteur est tombé à environ 45 000 au milieu de 2011 en raison de la concurrence internationale dans le secteur de l’habillement. C’était le plus grand employeur du secteur formel au Lesotho en 2011. En 2007, le salaire moyen d’un employé du secteur textile était de 103 $ US par mois, et le salaire minimum officiel pour un ouvrier textile général était de 93 $ US par mois. Le revenu national brut moyen par habitant en 2008 était de 83 $ US par mois. Le secteur a lancé un important programme de lutte contre le VIH / sida appelé Alliance du Lesotho pour la lutte contre le sida (ALAFA). Il s’agit d’un programme à l’échelle de l’industrie offrant une prévention et un traitement des maladies aux travailleurs. L’eau et les diamants sont les ressources naturelles importantes du Lesotho. L’eau est utilisée dans le cadre du projet hydrographique des Lesotho Highlands (LHWP), d’une durée de 21 ans et d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, sous l’autorité de la Lesotho Highlands Development Authority. Le projet a commencé en 1986. Le LHWP est conçu pour capturer, stocker et transférer l’eau du système de la rivière Orange vers l’État libre d’Afrique du Sud et la grande région de Johannesburg, qui présente une grande concentration d’industrie, de population et d’agriculture sud-africaines. L’achèvement de la première phase du projet a rendu le Lesotho presque entièrement autosuffisant dans la production d’électricité et a généré environ 70 millions de dollars EU en 2010 grâce à la vente d’électricité et d’eau à l’Afrique du Sud. La Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque européenne d’investissement et de nombreux autres donateurs bilatéraux ont financé le projet. Les diamants sont produits dans les mines Letšeng, Mothae, Liqhobong et Kao, qui, ensemble, devraient produire 240 000 carats de diamants en 2014, d’une valeur de 300 millions de dollars américains. On estime que la mine de Letšeng produit des diamants d’une valeur moyenne de 2172 $ US / carat, ce qui en fait la mine la plus riche du monde au prix moyen par carat. Le secteur a subi un revers en 2008 à la suite de la récession mondiale, mais a rebondi en 2010 et 2011. Les exportations de diamants ont atteint 230 millions de dollars EU en 2010-2011. En 1957, un aventurier sud-africain, le colonel Jack Scott, accompagné d’un jeune homme du nom de Keith Whitelock, partit à la recherche de diamants. Ils ont trouvé leur mine de diamants à 3 100 m d’altitude, au sommet des montagnes Maluti, dans le nord-est du Lesotho, à environ 70 km de Mokhotlong à Letšeng. En 1967, un diamant de 601 carats (120,2 g) (Lesotho Brown) a été découvert dans les montagnes par une femme du Mosotho. En août 2006, un diamant blanc de 603 carats (120,6 g), le Lesotho Promise, a été découvert à la mine de Letšeng-la-Terae. Un autre diamant de 478 carats (95,6 g) a été découvert au même endroit en 2008.

Le Lesotho a progressé en passant d’une économie principalement axée sur la subsistance à une économie à revenu intermédiaire inférieur, exportant des ressources naturelles et des biens manufacturés. Les secteurs exportateurs ont apporté des revenus plus élevés et plus sûrs à une partie importante de la population. Cependant, la crise économique mondiale a durement touché l’économie du Lesotho. Le Lesotho a subi une perte d’exportations textiles et d’emplois dans ce secteur, en grande partie à cause du ralentissement économique aux États-Unis, l’une de leurs principales destinations d’exportation. La réduction de l’extraction et des exportations de diamants, notamment une baisse du prix des diamants ainsi qu’une baisse des revenus de la SACU en raison du ralentissement économique de l’économie sud-africaine ont également contribué à la crise. Enfin, la réduction des envois de fonds des travailleurs due à l’affaiblissement de l’économie sud-africaine et à la contraction du secteur minier et aux pertes d’emplois connexes en Afrique du Sud a contribué en 2009, la croissance du PIB du Lesotho ralentissant à 0,9%. La monnaie officielle est le loti (pluriel : maloti), mais peut être utilisée de manière interchangeable avec le rand sud-africain. Le Lesotho, le Swaziland, la Namibie et l’Afrique du Sud forment également une zone commune de contrôle des devises et des changes connue sous le nom de zone monétaire commune (CMA). Le loti est au pair avec le rand. Cent lisente (singulier : sente) équivalent à un loti. Le Lesotho est membre de l’Union douanière d’Afrique australe (SACU), dans laquelle les droits de douane ont été supprimés sur le commerce des marchandises entre les autres pays membres, le Botswana, la Namibie, l’Afrique du Sud et le Swaziland. Le Lesotho a reçu une aide économique de diverses sources, dont les États-Unis, la Banque mondiale, la République d’Irlande, le Royaume-Uni, l’Union européenne et l’Allemagne.

La démographie du Lesotho

Le Lesotho compte environ 2 108 328 habitants. La répartition de la population du Lesotho est de 25% urbaine et 75% rurale. Cependant, on estime que l’augmentation annuelle de la population urbaine est de 3,5%. La densité de population est plus faible dans les hautes terres que dans les basses terres occidentales. Bien que la majorité de la population (60,2%) soit âgée de 15 à 64 ans, le Lesotho compte une population de jeunes substantielle d’environ 34,8%.

L’éducation du Lesotho

Selon des estimations récentes, 85% des femmes et 68% des hommes de plus de 15 ans sont alphabétisés. En tant que tel, le Lesotho détient l’un des taux d’alphabétisation les plus élevés d’Afrique, en partie parce que le Lesotho investit plus de 12% de son PIB dans l’éducation. Contrairement à la plupart des autres pays, au Lesotho, l’alphabétisation des femmes (84,93%) dépasse de 17,18 points l’alphabétisation des hommes (67,75%). Selon une étude réalisée par le Consortium pour la surveillance de la qualité de l’éducation en Afrique australe et orientale en 2000, 37 pour cent des élèves de sixième année au Lesotho (âge moyen de 14 ans) ont atteint ou dépassé le niveau de lecture 4, « Lire pour le sens ». A l’élève à ce niveau d’alphabétisation peut lire en avant ou en arrière à travers différentes parties du texte pour relier et interpréter les informations. Bien que l’éducation ne soit pas obligatoire, le gouvernement du Lesotho met progressivement en œuvre un programme d’enseignement primaire gratuit. Malgré leur alphabétisation, les résidents du Lesotho ont du mal à accéder à des services essentiels, tels que les soins de santé, les voyages et les ressources éducatives, car, selon l’Union internationale des télécommunications, seulement 3,4% de la population utilise Internet. Un service d’Econet Telecom Lesotho a élargi l’accès du pays au courrier électronique grâce à des téléphones portables d’entrée de gamme bas de gamme et, par conséquent, a amélioré l’accès aux informations éducatives. L’African Library Project s’efforce de créer des bibliothèques scolaires et villageoises en partenariat avec le US Peace Corps Lesotho et le district d’éducation de Butha Buthe.

Les langues du Lesotho

La structure ethnolinguistique du Lesotho se compose presque entièrement de Basotho, un peuple bantou : on estime que 99,7% des habitants s’identifient comme Basotho. Les sous-groupes basotho comprennent les Bafokeng (totems : phoka (rosée), ‘mutla (lièvre)), Batloung (totem: tlou (éléphant)), Baphuthi (totem : phuthi), Bakuena (totem : kuena (crocodile)), Bataung (totem) : tau (lion)), Batšoeneng (totem : tšoene) et Matebele. La langue principale, le sésotho, est également la première langue officielle et administrative, et c’est ce que parle le basotho sur une base ordinaire.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés