Afrique australe
12 décembre 2019

Botswana: un repenti du régime dénonce une fraude électorale pilotée par le président

Cartes d’électeurs dupliquées, inscriptions et votes multiples: un repenti du parti au pouvoir au Botswana a détaillé, dans un document […]

29 octobre 2019 Afrique australe

Science : le Nord du Botswana identifié comme première patrie de l’homme moderne

Gaborone (© 2019 Afriquinfos)– Dans leur quête de déterminer l’origine de l’homme moderne, des chercheurs sont parvenus à déterminer d’où […]

Lire la suite »
27 septembre 2019 Afrique

Changement climatique: « Une course contre la montre » est engagée (Prince Harry)

Le prince Harry a estimé jeudi au Botswana qu’une « course contre la montre » était engagée contre le changement climatique et […]

Lire la suite »
26 septembre 2017 Botswana

Botswana : le plus gros diamant du monde coûte 53 millions de dollars

Gaborone (© Afriquinfos 2017– « Lesedi La Rona », ou « notre lumière », c’est le nom du Diamant qui vaut 53 millions […]

Lire la suite »
23 juin 2017 Botswana

Botswana : mort de l’ancien président Ketumile Masire

Gaborone (© Afriquinfos 2017)- L’ex-président botswanais est décédé ce jeudi 22 juin 2017 à l‘âge de 91 ans, a indiqué […]

Lire la suite »
21 avril 2017 Botswana

Le Botswana, destination d’investissement la plus attrayante d’Afrique

Gaborone (© Afriquinfos 2017)-Le Botswana est l’économie la plus attrayante pour les investissements destinés au continent africain, selon le dernier […]

Lire la suite »
11 novembre 2016 Botswana

Botswana : le diamant participe largement à l’émergence de l’économie

Gaborone (Afriquinfos, 2016) – Le Botswana est le plus grand producteur de diamants d’Afrique. Le secteur représente environ 20% du […]

Lire la suite »
22 novembre 2014 Botswana

Botswana/Modisar reçoit le premier «Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique»

Gaborone (© 2014 Afriquinfos) – Pour contribuer au développement économique et social de l’ensemble de ces pays, le Groupe ORANGE a défini le programme «Orange pour le Développement» autour de trois axes majeurs : le développement des réseaux pour permettre au plus grand nombre d’accéder aux bénéfices du monde numérique, l’innovation pour répondre aux besoins des populations par des services à valeur ajoutés dans les domaines essentiels de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, des services financiers. A l’issue de l’étude des projets des différents candidats, c’est l’application Modisar qui a été retenue.

Lire la suite »
27 juin 2014 Botswana

Le Botswana prêt pour les élections nationales

GABORONE (Xinhua) – Le Botswana est prêt pour les élections nationales 2014, a déclaré jeudi un responsable de la Commission électorale indépendante du pays (CEI).

Lire la suite »
13 mai 2014 Botswana

Le président botswanais appelle à des élections libres et justes dans les pays de la SADC

GABORONE (Xinhua) – Le président botswanais Ian Khama a appelé mardi tous les Etats membres de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) où se dérouleront des élections cette année à conduire des élections « libres et équitables ».

Lire la suite »
12 mai 2014 Botswana

Botswana : Le taux de prévalence du VIH tombe à 1,35%

GABORONE (Xinhua) – Le taux de prévalence du VIH au Botswana est passé de 1,45 % en 2008 à 1,35 % en 2013, a déclaré lundi l’ancien président du Botswana, Festus Mogae.

Lire la suite »
6 mai 2014 Botswana

Un touriste chinois tué par un éléphant au Botswana

GABORONE (Xinhua) – Un touriste chinois est mort dimanche après avoir été piétiné par un éléphant dans une réserve de chasse du nord-est du Botswana, a confirmé mardi la police locale.

Lire la suite »
1 mai 2014 Botswana

Le Botswana lance une deuxième session d’enregistrement des électeurs

GABORONE (Xinhua) – La Commission électorale indépendante (CEI) du Botswana a lancé jeudi une autre session d’inscription des électeurs suite au faible taux de participation. Cette session supplémentaire s’achèvera le 18 mai, a indiqué jeudi un porte-parole de la CEI.

Lire la suite »
24 avril 2014 Botswana

Botswana : Trois officiers de police décédés dans un crash d’hélicoptère

GABORONE (Xinhua) – Au Botswana, trois officiers de police sont morts dans le crash de l’hélicoptère dans lequel ils se trouvaient dans le delta de l’Okavango, ont rapporté jeudi des officiels.

Lire la suite »
22 avril 2014 Botswana

Botswana : Un hélicoptère de la police porté disparu

GABORONE (Xinhua) – Un hélicoptère des Services de police du Botswana (BPS) a disparu dimanche soir dans le district Nord-Ouest du pays, où se situe l’attraction la plus prisée par les touristes, le delta de l’Okavango, a-t-on appris mardi de source policière.

Lire la suite »
16 avril 2014 Botswana

Botswana : Une compagnie minière australienne va vendre de l’électricité à la Zambie

GABORONE (Xinhua) – La compagnie minière australienne African Energy Resources Limited, développeur de trois mines de charbon au Botswana, a signé un contrat pour exporter de l’électricité du Botswana en Zambie.

Lire la suite »
15 avril 2014 Botswana

Botswana : Le gouvernement critiqué pour son boycott des missions d’observation électorale de la SADC

GABORONE (Xinhua) – Un des chefs de file de l’opposition botswanaise a critiqué mardi la décision du gouvernement botswanais de continuer à boycotter les missions d’observation électorale de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) à l’approche des élections en Afrique du Sud.

Lire la suite »
11 avril 2014 Botswana

Botswana : Une entreprise minière canadienne génère 50 millions USD

GABORONE (Xinhua) – L’entreprise minière canadienne Lucara Diamond a annoncé vendredi qu’elle a gagné 50,5 millions de dollars de son premier appel d’offres de pierres exceptionnel pour 2014.

Lire la suite »
10 avril 2014 Botswana

Botswana : Pangolin Diamonds découvre un micro-diamant

GABORONE (Xinhua) – La compagnie minière australienne Pangolin Diamonds a annoncé la découverte d’un micro- diamant à son projet Mmadinare, dans le nord-est du Botswana.

Lire la suite »
9 avril 2014 Botswana

Des réfugiés au Botswana seront réinstallés dans un pays tiers

FRANCISTOWN (Xinhua) – Un responsable du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a confirmé mardi que des plans étaient à l’étude pour réinstaller certains des réfugiés résidant actuellement au camp de réfugiés de Dukwi au Botswana, suite aux récentes protestations de ces réfugiés concernant les conditions « mauvaises » dans ce camp.

Lire la suite »
20 mars 2014 Botswana

Le Botswana va interdire "la chasse close"

GABORONE (Xinhua) – Le Botswana compte interdire « la chasse close », chasse au trophée où les grands carnivores tels que les lions sont gardés dans un espace plus restreint, accroissant ainsi les chances pour le chasseur de le tuer.

Lire la suite »
12 mars 2014 Botswana

Botswana/Mines : Africa Energy enregistre des pertes en 2013

GABORONE 12 mars (Xinhua) – La compagnie minière australienne Africa Energy Resources a enregistré une perte de plus de 2 millions dollars américains au cours du deuxième semestre de l’année 2013, malgré les activités bouillonnantes dans le secteur des mines de charbon de l’entreprise au Botswana.

Lire la suite »
11 mars 2014 Botswana

Botswana : le taux de prévalence du VIH parmi les jeunes en hausse

GABORONE (Xinhua) – Un haut responsable du Botswana a déclaré mardi que la hausse des taux de prévalence du VIH parmi les jeunes du Botswana demeure une préoccupation croissante pour le gouvernement.

Lire la suite »
10 mars 2014 Botswana

Le Botswana premier d’Afrique sur l’attractivité de l’exploitation minière

GABORONE (Xinhua) – Le Botswana en tête de l’Afrique en termes d’attractivité de l’exploitation minière, indique le groupe de réflexion canadien, l’Institut Fraser, dans son  » Enquête 2013 sur les compagnies minières, qui vise à évaluer l’attractivité des politiques et à encourager les investissements dans l’exploration et la production minières.

Lire la suite »
6 mars 2014 Botswana

Botswana : de fortes pluies soulagent la capitale d’une grave pénurie d’eau

GABORONE (Xinhua) – Des précipitations récentes dans et autour de la capitale botswanaise de Gaborone ont soulagé provisoirement une grave pénurie d’eau dans la ville qui a subi plusieurs rationnement de l’eau depuis la fin de 2013.

Lire la suite »
Botswana

Des réfugiés ougandais vont organiser une manifestation au Botswana

GABORONE (Xinhua) – Les réfugiés dans le camp de Dukwi dans le nord du Botswana vont organiser une manifestation devant le bureau de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à Gaborone jeudi, a rapporté mercredi la radio locale FM Gabz.

Lire la suite »
Botswana

Le Botswana en-dessous de ses objectifs d’enregistrement des électeurs

GABORONE (Xinhua) – Le Botswana reste en-dessous de son objectif d’enregistrement des électeurs, objectif qui était d’inscrire quelque 1,2 million d’électeurs pour les élections générales de 2014, a révélé mercredi la Commission électorale indépendante (CEI).

Lire la suite »
5 mars 2014 Botswana

Botswana : Gem Diamonds vend deux diamants de 160 carats pour 13,5 millions de dollars

GABORONE (Xinhua) – Gem Diamonds, compagnie minière britannique en opération au Botswana et au Lesotho, a vendu deux diamants de 160 carats et plus extraits de sa mine de Letseng au Lesotho en janvier.

Lire la suite »
3 mars 2014 Botswana

Botswana : le gouvernement met en garde contre des inondations dans le nord du pays

GABORONE (Xinhua) – Lundi, le gouvernement botswanais a mis en garde ses citoyens contre de potentielles inondations dans le nord du pays en raison des récentes fortes pluies.

Lire la suite »
13 février 2014 Botswana

Le Botswana et le Zimbabwe veulent renforcer leur coopération sécuritaire

GABORONE (Xinhua) – La tension concernant la critique du Botswana sur les élections générales du Zimbabwe de l’an dernier a été balayée jeudi, lorsque les ministres de haut rang des deux pays ont prêché l’amour et une coopération renforcée lors d’une réunion de sécurité tenue à Gaborone.

Lire la suite »
7 février 2014 Botswana

La plus grande centrale du Botswana fermée en raison des problèmes techniques

GABORONE (Xinhua) – La centrale électrique Morupule B longtemps, la plus grande centrale du charbon au Botswana a connu des nouvelles difficultés techniques récemment, ce qui a conduit à sa fermeture totale.

Lire la suite »
5 février 2014 Botswana

Botswana : Une responsable de la Santé met en garde contre le savon contre le Sida

GABORONE (Xinhua) – Une responsable de la santé au Botswana a mis en garde l’opinion publique contre les escroqueries sur Internet, expliquant qu’il y avait sur la toile un savon miracle qui se targuait de mieux protéger contre le VIH que les préservatifs.

Lire la suite »
4 février 2014 Botswana

Le Botswana garde un budget serré en 2014

GABORONE (Xinhua) – Le gouvernement botswanais continuera de se serrer la ceinture en 2014, afin de maintenir un excédent budgétaire dans un contexte d’incertitudes sur la reprise de l’économie mondiale.

Lire la suite »
31 janvier 2014 Botswana

Une compagnie australienne d’énergie explore ses chances en Afrique australe

GABORONE (Xinhua) – La compagnie minière australienne African Energy Resources a annoncé vendredi ses projets d’explorer les opportunités de centrale électrique en Afrique australe.

Lire la suite »
24 janvier 2014 Botswana

Une compagnie canadienne prévoit un fort potentiel pour sa mine de minerais de fer au Botswana

GABORONE (Xinhua) – Tsodilo Resources a déclaré vendredi qu’un objectif de 5 à 7 milliards de tonnes de minerais de fer pourraient être extraites de Xaudun Iron Ore Project.

Lire la suite »
16 janvier 2014 Botswana

Botswana : Discovery Metal annonce une hausse de sa production de cuivre

GABORONE (Xinhua) – La compagnie minière australienne Discovery Metals, le développeur du premier concentrateur de cuivre-argent du Botswana a annoncé jeudi une augmentation de la production trimestrielle en 2013.

Lire la suite »
15 janvier 2014 Botswana

Botswana : L’inflation à 4,1 % en décembre

GABORONE, (Xinhua) – L’inflation annuelle nationale du Botswana pour décembre 2013 s’est élevée à 4,1 %, ne s’éloignant pas de l’objectif de 3,6 % fixé par la banque centrale.

Lire la suite »
9 janvier 2014 Botswana

Le Botswana interdit les exportations d’animaux sauvages

GABORONE (Xinhua) – Le département de la vie sauvage et des parcs nationaux du Botswana a annoncé jeudi l’interdiction des exportations de la faune et de la flore, y compris des carnivores captifs.

Lire la suite »
Botswana

Botswana : Gaborone classé 5ème des villes africaines où il fait bon vivre

GABORONE (Xinhua) – La capitale botswanaise Gaborone a été classée cinquième du Top 10 des villes où il fait bon vivre en Afrique, selon le site Internet Africa.com.

Lire la suite »
7 janvier 2014 Botswana

Botswana : Gaborone face à une importante coupure d’eau suite à l’ explosion d’un tuyau

GABORONE (Xinhua) – La capitale botswanaise Gaborone est sur le point de connaître une pénurie d’eau pour une période illimitée à cause de l’explosion d’un tuyau, a annoncé mardi la compagnie des eaux du pays.

Lire la suite »
26 décembre 2013 Botswana

Le président botswanais réaffirme son engagement à éliminer la pauvreté absolue

GABORONE (Xinhua) – Le président bostwanais Ian Khama a réitéré mercredi l’engagement de son gouvernement à éliminer la pauvreté absolue dans le pays.

Lire la suite »
23 décembre 2013 Botswana

Le Botswana en alerte élevée face à un foyer de chenille légionnaire

GABORONE (Xinhua) – Les autorités agricoles du Botswana ont décrété une alerte d’un niveau élevé pour faire face à un foyer présumé de chenilles légionnaires dans le pays, a déclaré lundi le ministère botswanais de l’Agriculture.

Lire la suite »
20 décembre 2013 Botswana

Les exportations du Botswana diminuent légèrement en octobre

GABORONE (Xinhua) – Quelque 85,9 % du total des exportations est attribuable aux diamants bruts ou taillés, selon Statistics Botswana.

Lire la suite »
Botswana

Lucara Diamond s’attend à des réserves plus larges dans sa mine du Botswana

GABORONE (Xinhua) – En 2013, Lucara a vendu plus de 438000 carats de diamants de brut.

Lire la suite »
18 décembre 2013 Botswana

Des barrages vidés par la sécheresse au Botswana

GABORONE (Xinhua) – Le niveau des eaux constaté aux barrages de tout le Botswana continue de baisser car la saison des pluies très attendue n’a pas apporté suffisamment de précipitations pour les remplir, et le barrage de Gaborone, capitale du pays, a atteint son plus bas niveau enregistré depuis sa construction dans les années 1960.

Lire la suite »
12 décembre 2013 Botswana

Le Botswana baisse pour la quatrième fois cette année son taux bancaire

GABORONE (Xinhua) – La Banque centrale du Botswana a annoncé la quatrième réduction du taux de la banque cette année de 8 % à 7,5 % en décembre pour booster l’activité économique.

Lire la suite »
3 décembre 2013 Botswana

Le Botswana classé à nouveau le pays le moins corrompu en Afrique

GABORONE (Xinhua) – L’organisation non gouvernementale internationale basée à Berlin, Transparency International (TI) a classé le Botswana le pays le moins corrompu d’Afrique pour la 18e année consécutive.

Lire la suite »
28 novembre 2013 Botswana

Le Botswana va organiser un Sommet sur l’ivoire pour réduire le braconnage

GABORONE (Xinhua) – Le mois prochain, le Botswana accueillera un sommet d’urgence pour résoudre les problè mes du trafic illégal et de la contrefaçon d’ivoire, alors qu’une augmentation alarmante de contrebande illégale d’éléphants a été observée au niveau mondial, ont rapporté jeudi les officiels.

Lire la suite »
26 novembre 2013 Botswana

Le Botswana affiche un gros déficit commercial en septembre

GABORONE (Xinhua) – Le Botswana a enregistré un déficit commercial de 47,6 millions de pula (5,54 millions de dollars américains) en septembre, par rapport à un excédent commercial de plus de 1.400 million de pula en août, ont montré mardi des statistiques.

Lire la suite »
20 novembre 2013 Botswana

DHL envisage d’offrir ses services à l’industrie de pierre précieuse au Botswana

GABORONE (Xinhua) – La société de logistique internationale DHL envisage d’utiliser sa présence mondiale pour offrir un service de première classe à l’industrie de pierre pré cieuse au Botswana, à la suite du déménagement de Diamond Trade Center de DeBeers (DTC) de Londres à Gaborone, a déclaré mercredi le directeur de campagne de DHL.

Lire la suite »

Le Botswana officiellement la République du Botswana est un pays sans littoral en Afrique australe. Anciennement protectorat britannique du Bechuanaland, le Botswana a adopté son nom après être devenu indépendant au sein du Commonwealth le 30 septembre 1966. Depuis lors, il s’agit d’une république représentative, avec un record constant d’élections démocratiques ininterrompues et le classement de corruption perçu le plus bas en Afrique depuis au moins 1998. C’est actuellement la plus ancienne démocratie continue d’Afrique. Le Botswana est plat sur le plan topographique, jusqu’à 70% de son territoire étant le désert du Kalahari. Il est bordé par l’Afrique du Sud au sud et au sud-est, la Namibie à l’ouest et au nord et le Zimbabwe au nord-est. Sa frontière avec la Zambie au nord, près de Kazungula, est mal définie mais mesure au plus quelques centaines de mètres de long. Pays de taille moyenne d’un peu plus de 2,3 millions d’habitants, le Botswana est l’un des pays les moins peuplés du monde. Environ 10% de la population vit dans la capitale et la plus grande ville de Gaborone. Anciennement l’un des pays les plus pauvres du monde – avec un PIB par habitant d’environ 70 dollars par an à la fin des années 60 – le Botswana s’est depuis transformé en l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde. L’économie est dominée par les mines, le bétail et le tourisme. Le Botswana affiche un PIB (parité de pouvoir d’achat) par habitant d’environ 18 825 dollars par an en 2015, qui est l’un des plus élevés d’Afrique. Son revenu national brut élevé (selon certaines estimations le quatrième en importance en Afrique) confère au pays un niveau de vie relativement élevé et l’indice de développement humain le plus élevé de l’Afrique subsaharienne continentale. Le Botswana est membre de l’Union africaine, de la Communauté de développement de l’Afrique australe, du Commonwealth des Nations et des Nations Unies. Le pays a été parmi les plus durement touchés par l’épidémie de VIH / SIDA. Malgré le succès des programmes visant à mettre des traitements à la disposition des personnes infectées et à éduquer la population en général sur la manière de stopper la propagation du VIH / sida, le nombre de personnes atteintes du sida est passé de 290 000 en 2005 à 320 000 en 2013. En 2014, le Botswana a le troisième taux de prévalence le plus élevé pour le VIH / SIDA, avec environ 20% de la population infectée.

L’histoire du Botswana

Histoire ancienne

Des fouilles archéologiques ont montré que les hominidés vivaient au Botswana depuis environ deux millions d’années. Des outils en pierre et des restes de faune ont montré que toutes les régions du pays étaient habitées il y a au moins 400 000 ans. En octobre 2019, des chercheurs ont rapporté que le Botswana était le berceau de tous les humains modernes il y a environ 200 000 ans. Les preuves laissées par les humains modernes telles que les peintures rupestres datent d’environ 73 000 ans. Les premiers habitants de l’Afrique australe étaient les Bushmen (San) et les Khoi. Les deux parlent des langues khoisan et chassaient, se rassemblaient et faisaient du commerce sur de longues distances. Lorsque le bétail a été introduit pour la première fois il y a environ 2000 ans en Afrique australe, le pastoralisme est devenu une caractéristique majeure de l’économie, car la région comptait de grandes prairies exemptes de glossines.

On ne sait pas quand les peuples de langue bantoue se sont installés pour la première fois dans le pays depuis le nord, bien que l’an 600 semble être une estimation consensuelle. À cette époque, les ancêtres du Kalanga moderne se sont installés dans ce qui est maintenant le nord-est du pays. Ces proto-Kalanga étaient étroitement liés aux États du Zimbabwe ainsi qu’à l’État de Mapungubwe. Ces États, situés en dehors des frontières actuelles du Botswana, semblent avoir gardé des troupeaux massifs de bétail dans ce qui est maintenant le district central – apparemment en nombre proche de la densité de bétail moderne. Ce complexe d’élevage massif a prospéré jusqu’à 1300 après JC environ et semble avoir régressé après l’effondrement de Mapungubwe. À cette époque, les premiers groupes parlant le tswana, les Bakgalagadi, se sont installés dans les régions méridionales du Kalahari. Tous ces divers peuples étaient connectés à des routes commerciales qui passaient par le fleuve Limpopo vers l’océan Indien, et des marchandises en provenance d’Asie telles que des perles se rendaient au Botswana très probablement en échange d’ivoire, d’or et de corne de rhinocéros. L’arrivée des ancêtres des locuteurs du tswana venus contrôler la région reste à dater avec précision. Des membres de la Bakwena, une chefferie dirigée par un chef légendaire nommé Kgabo II, ont pénétré dans le sud du Kalahari en l’an 1500 au plus tard, et son peuple a conduit les habitants de Bakgalagadi à l’ouest dans le désert. Au fil des ans, plusieurs ramifications de la Bakwena se sont déplacées dans les territoires voisins. Les Bangwaketse occupaient des zones à l’ouest, tandis que les Bangwato se déplaçaient vers le nord-est dans les anciennes zones de Kalanga. Peu de temps après, une branche de Bangwato connue sous le nom de Batawana a migré dans le delta de l’Okavango, probablement dans les années 1790.

Effets du Mfecane

Les premiers documents écrits concernant le Botswana d’aujourd’hui apparaissent en 1824. Ce que ces documents montrent, c’est que le Bangwaketse était devenu la puissance prédominante dans la région. Sous le règne de Makaba II, les Bangwaketse gardaient de vastes troupeaux de bétail dans des zones désertiques bien protégées et utilisaient leurs prouesses militaires pour attaquer leurs voisins. D’autres chefferies de la région, à cette époque, comptaient environ 10 000 capitales et étaient assez prospères. Cet équilibre a pris fin au cours de la période Mfécane, 1823-1843, lorsqu’une succession de peuples envahisseurs d’Afrique du Sud est entrée dans le pays. Bien que les Bangwaketse aient pu vaincre l’invasion de Bakololo en 1826, au fil du temps, toutes les principales chefferies du Botswana ont été attaquées, affaiblies et appauvries. Les Bakololo et Amandebele ont attaqué à plusieurs reprises et ont pris un grand nombre de bovins, de femmes et d’enfants du Batswana, dont la plupart ont été chassés dans le désert ou dans des sanctuaires tels que les sommets des collines et les grottes. Ce n’est qu’après 1843, lorsque les Amandebele se sont installés dans l’ouest du Zimbabwe, que cette menace s’est atténuée.

Pendant les années 1840 et 1850, le commerce avec les marchands basés à Cape Colony s’est ouvert et a permis aux chefferies batswanaises de se reconstruire. Les Bakwena, Bangwaketse, Bangwato et Batawana ont coopéré pour contrôler le commerce lucratif de l’ivoire et ont ensuite utilisé les bénéfices pour importer des chevaux et des fusils, ce qui leur a permis à leur tour de contrôler ce qui est aujourd’hui le Botswana. Ce processus était en grande partie achevé en 1880, et donc les Bushmen, les Kalanga, les Bakgalagadi et les autres minorités actuelles ont été subjugués par les Batswanais. Après le Grand Trek, des Afrikaners de la colonie du Cap se sont établis aux frontières du Botswana dans le Transvaal. En 1852, une coalition de chefferies tswana dirigée par Sechele I a résisté aux incursions des Afrikaner pendant la bataille de Dimawe et, après environ huit ans de tensions et d’hostilités intermittentes, est finalement parvenue à un accord de paix à Potchefstroom en 1860. À partir de ce moment, les temps modernes la frontière entre l’Afrique du Sud et le Botswana a été convenue, et les Afrikaners et le Batswanais ont échangé et travaillé ensemble « pacifiquement ». En raison de nouvelles conditions de paix, le commerce a prospéré entre 1860 et 1880. Les missionnaires chrétiens en ont profité. Les luthériens et la London Missionary Society se sont tous deux établis dans le pays en 1856. En 1880, chaque grand village avait un missionnaire résident, et leur influence se fit lentement sentir. Khama III (régné de 1875 à 1923) fut le premier des chefs Tswana à faire du christianisme une religion d’État et changea en conséquence une grande partie du droit coutumier Tswana. Le christianisme est devenu la religion officielle de facto dans toutes les chefferies lors de la Première Guerre mondiale.

Colonialisme et protectorat du Bechuanaland

Pendant la ruée vers l’Afrique, le territoire du Botswana était convoité par l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Lors de la conférence de Berlin, la Grande-Bretagne a décidé d’annexer le Botswana afin de sauvegarder la route vers le nord et ainsi relier la colonie du Cap à ses territoires plus au nord. Il a annexé unilatéralement les territoires Tswana en janvier 1885, puis a envoyé l’expédition Warren au nord pour consolider le contrôle de la région et convaincre les chefs d’accepter la dérogation britannique. Malgré leurs appréhensions, ils ont finalement acquiescé à ce fait accompli. En 1890, des zones au nord de 22 degrés ont été ajoutées au nouveau protectorat du Bechuanaland. Au cours des années 1890, le nouveau territoire a été divisé en huit réserves différentes, avec de relativement petites quantités de terres laissées en pleine propriété aux colons blancs. Au début des années 1890, le gouvernement britannique a décidé de céder le protectorat du Bechuanaland à la British South Africa Company. Ce plan, qui était en bonne voie de se concrétiser malgré les supplications des dirigeants tswana qui ont visité l’Angleterre en signe de protestation, a finalement été déjoué par l’échec du Jameson Raid en janvier 1896.

Lorsque l’Union sud-africaine a été formée en 1910 à partir des principales colonies britanniques de la région, les territoires du Haut-commissariat, le protectorat du Bechuanaland, le Basutoland (aujourd’hui Lesotho) et le Swaziland (aujourd’hui Eswatini) n’étaient pas inclus, mais des dispositions ont été prises pour leur incorporation ultérieure. Cependant, le Royaume-Uni a commencé à consulter leurs habitants quant à leurs souhaits. Bien que les gouvernements sud-africains successifs aient cherché à faire transférer les territoires sous leur juridiction, le Royaume-Uni a continué de tarder ; par conséquent, cela ne s’est jamais produit. L’élection du gouvernement nationaliste en 1948, qui a institué l’apartheid, et le retrait de l’Afrique du Sud du Commonwealth en 1961, ont mis fin à toute perspective que le Royaume-Uni ou ces territoires acceptent d’être incorporés à l’Afrique du Sud. Une expansion de l’autorité centrale britannique et l’évolution du gouvernement tribal ont abouti à la création en 1920 de deux conseils consultatifs pour représenter les Africains et les Européens. Le Conseil africain était composé des huit chefs des tribus Tswana et de quelques membres élus. Les proclamations de 1934 réglementaient la domination et les pouvoirs tribaux. Un conseil consultatif euro-africain a été formé en 1951 et la constitution de 1961 a créé un conseil législatif consultatif.

Indépendance

En juin 1964, le Royaume-Uni a accepté les propositions d’autonomie gouvernementale démocratique au Botswana. Le siège du gouvernement a été déplacé en 1965 de Mahikeng en Afrique du Sud, à la nouvelle Gaborone, qui est située près de la frontière du Botswana avec l’Afrique du Sud. Sur la base de la constitution de 1965, le pays a tenu ses premières élections générales au suffrage universel et a accédé à l’indépendance le 30 septembre 1966. Seretse Khama, leader du mouvement indépendantiste et légitime revendicateur du chef-lieu Ngwato, a été élu premier président, puis réélu deux fois. La présidence est passée au vice-président en exercice, Quett Masire, qui a été élu de son propre chef en 1984 et réélu en 1989 et 1994. Masire a pris sa retraite en 1998. Il a été remplacé par Festus Mogae, qui a été élu dans son en 1999 et réélu en 2004. La présidence est passée en 2008 à Ian Khama (fils du premier président), qui occupait le poste de vice-président de Mogae depuis sa démission en 1998 en tant que commandant des Forces de défense du Botswana pour assumer ce rôle civil. Un différend de longue date concernant la frontière nord avec la bande de Caprivi en Namibie a fait l’objet d’une décision de la Cour internationale de Justice en décembre 1999. Il a statué que l’île de Kasikili appartient au Botswana.

La politique du Botswana

Le Botswana est la plus ancienne démocratie du continent. La Constitution du Botswana est l’état de droit, qui protège les citoyens du Botswana et représente leurs droits. La politique du Botswana se déroule dans le cadre d’une république démocratique représentative multipartite, par laquelle le président du Botswana est à la fois chef d’État et chef de gouvernement, et est élu par le Parlement du Botswana et responsable devant lui. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient au gouvernement et au Parlement du Botswana. La dernière élection, sa onzième, s’est tenue le 23 octobre 2019. Depuis l’indépendance, le système des partis a été dominé par le Parti démocratique du Botswana.

L’économie du Botswana

Depuis l’indépendance, le Botswana a connu l’un des taux de croissance du revenu par habitant les plus rapides au monde. Le Botswana est passé de l’un des pays les plus pauvres du monde à un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. Le PIB par habitant est passé de 1 344 $ en 1950 à 15 015 $ en 2016. Bien que le Botswana soit riche en ressources, un bon cadre institutionnel a permis au pays de réinvestir les revenus des ressources afin de générer des revenus futurs stables.  Selon une estimation, il a le quatrième revenu national brut le plus élevé à parité de pouvoir d’achat en Afrique, ce qui lui confère un niveau de vie proche de celui du Mexique. Le Ministère du commerce et de l’industrie du Botswana est chargé de promouvoir le développement des affaires dans tout le pays. Selon le Fonds monétaire international, la croissance économique a été en moyenne de plus de 9% par an de 1966 à 1999. Le Botswana jouit d’un niveau élevé de liberté économique par rapport aux autres pays africains. Le gouvernement a maintenu une politique budgétaire saine, malgré des déficits budgétaires consécutifs en 2002 et 2003, et un niveau de dette extérieure négligeable. Elle a obtenu la cote de crédit souveraine la plus élevée d’Afrique et a accumulé des réserves de change (plus de 7 milliards de dollars en 2005/2006) représentant près de deux ans et demi d’importations courantes.

Un éventail d’institutions financières peuplent le système financier du pays, les fonds de pension et les banques commerciales étant les deux segments les plus importants selon la taille des actifs. Les banques restent rentables, bien capitalisées et liquides, en raison de l’augmentation des ressources nationales et des taux d’intérêt élevés. La Banque du Botswana sert de banque centrale. La monnaie du pays est le pula du Botswana. Le système bancaire compétitif du Botswana est l’un des plus avancés d’Afrique. Adhérant généralement aux normes mondiales en matière de transparence des politiques financières et de supervision bancaire, le secteur financier offre un large accès au crédit pour les entrepreneurs. La Capital Bank a ouvert ses portes en 2008. En août 2015, le pays comptait une douzaine de banques agréées. Le gouvernement intervient dans le secteur bancaire par le biais d’institutions financières publiques et d’un programme spécial d’incitations financières visant à accroître le statut du Botswana en tant que centre financier. Le crédit est attribué aux conditions du marché, bien que le gouvernement accorde des prêts subventionnés. La réforme des institutions financières non bancaires s’est poursuivie ces dernières années, notamment par la création d’une agence de régulation financière unique qui assure une supervision plus efficace. Le gouvernement a aboli les contrôles des changes et, avec la création d’un nouveau portefeuille, qui en a résulté options d’investissement, la Bourse du Botswana se développe.

La constitution prévoit un pouvoir judiciaire indépendant et le gouvernement le respecte dans la pratique. Le système juridique est suffisant pour mener des transactions commerciales sûres, bien qu’un arriéré grave et croissant de procès empêche les procès en temps opportun. La protection des droits de propriété intellectuelle s’est considérablement améliorée. Le Botswana est classé deuxième seulement après l’Afrique du Sud parmi les pays d’Afrique subsaharienne dans l’indice international des droits de propriété de 2014. Bien que généralement ouvert à la participation étrangère à son économie, le Botswana réserve certains secteurs aux citoyens. L’augmentation des investissements étrangers joue un rôle important dans la privatisation des entreprises publiques. La réglementation des investissements est transparente et les procédures bureaucratiques sont rationalisées et ouvertes, bien que quelque peu lentes. Les rendements des investissements tels que les bénéfices et les dividendes, le service de la dette, les gains en capital, les rendements de la propriété intellectuelle, les redevances, les frais de franchise et les frais de service peuvent être rapatriés sans limites. Le Botswana importe des produits pétroliers raffinés et de l’électricité d’Afrique du Sud. Il existe une production nationale d’électricité à partir du charbon.

La démographie du Botswana

Les Tswana sont le groupe ethnique majoritaire au Botswana, constituant 79% de la population. Les groupes ethniques minoritaires les plus importants sont les BaKalanga et San ou AbaThwa, également connus sous le nom de Basarwa. Les autres tribus sont Bayei, Bambukushu, Basubia, Baherero et Bakgalagadi. De plus, il y a un petit nombre de Blancs et d’Indiens, les deux groupes étant à peu près aussi peu nombreux. La population indienne du Botswana est composée de nombreux Indiens de plusieurs générations, certains ayant migré du Mozambique, du Kenya, de Tanzanie, de Maurice, d’Afrique du Sud, etc., ainsi que d’immigrants indiens de première génération. Depuis 2000, en raison de la détérioration des conditions économiques au Zimbabwe, le nombre de Zimbabwéens au Botswana a atteint des dizaines de milliers. Moins de 10 000 San vivent encore leur mode de vie traditionnel de chasseur-cueilleur. Depuis le milieu des années 90, le gouvernement central du Botswana tente de déplacer les San hors de leurs terres historiques. James Anaya, en tant que Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme et des libertés fondamentales des peuples autochtones pour les Nations Unies en 2010, a décrit la perte de terres comme un contributeur majeur à de nombreux problèmes auxquels sont confrontés les peuples autochtones du Botswana, citant l’expulsion des San de la La Réserve de gibier du Kalahari central (CKGR) en est un exemple particulier. Parmi les recommandations d’Anaya dans un rapport au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, les programmes de développement devraient promouvoir, en consultation avec les communautés autochtones telles que les populations San et Bakgalagadi, activités en harmonie avec la culture de ces communautés, telles que les activités traditionnelles de chasse et de cueillette.

L’éducation du Botswana

Le Botswana a fait de grands progrès dans le développement de l’éducation depuis l’indépendance en 1966. À cette époque, il y avait très peu de diplômés dans le pays et seulement un très faible pourcentage de la population fréquentait l’école secondaire. Le Botswana a augmenté son taux d’alphabétisation des adultes de 69% en 1991 à 83% en 2008. Avec la découverte de diamants et l’augmentation des revenus du gouvernement que cela a apportés, il y a eu une énorme augmentation de l’offre éducative dans le pays. Tous les étudiants ont été garantis dix ans d’éducation de base, conduisant à une qualification de certificat junior. Environ la moitié de la population scolaire suit deux années supplémentaires de scolarité secondaire, ce qui a conduit à l’obtention du certificat général d’enseignement secondaire du Botswana (BGCSE). L’enseignement secondaire au Botswana n’est ni gratuit ni obligatoire. Après avoir quitté l’école, les étudiants peuvent fréquenter l’un des sept collèges techniques du pays ou suivre des cours de formation professionnelle en enseignement ou en soins infirmiers. Les étudiants entrent à l’Université du Botswana, au Collège d’agriculture du Botswana, à l’Université internationale des sciences et technologies du Botswana et au Collège de comptabilité du Botswana à Gaborone. De nombreux autres étudiants se retrouvent dans les nombreux collèges privés d’enseignement supérieur du pays. Parmi celles-ci, notons l’Université Botho, la première université privée du pays qui offre des programmes de premier cycle en comptabilité, en affaires et en informatique. Une autre université internationale est l’Université de technologie créative de Limkokwing qui propose divers diplômes associés en arts créatifs. Les autres établissements d’enseignement supérieur comprennent Ba Isago, ABM University College, la plus grande école de commerce et de gestion, New Era, Gaborone Institute of Professional Studies, Gaborone University College Of Law and Professional Studies, etc. Des progrès considérables ont été accomplis par des prestataires d’enseignement privés dans la fourniture d’une éducation de qualité. de telle sorte qu’un grand nombre des meilleurs étudiants du pays postulent également pour eux. Une grande majorité de ces étudiants sont parrainés par le gouvernement. La deuxième université internationale du pays, l’Université internationale des sciences et technologies du Botswana, a été achevée à Palapye en 2011.

Les gains quantitatifs n’ont pas toujours été assortis de gains qualitatifs. Les écoles primaires en particulier manquent encore de ressources et les enseignants sont moins bien payés que leurs collègues du secondaire. Le Ministère de l’éducation du Botswana s’emploie à créer des bibliothèques dans les écoles primaires en partenariat avec le Projet des bibliothèques africaines. Le gouvernement du Botswana espère qu’en investissant une grande partie du revenu national dans l’éducation, le pays deviendra moins dépendant des diamants pour sa survie économique et moins dépendant des expatriés pour ses travailleurs qualifiés. Ces objectifs sont en partie poursuivis par des politiques en faveur de l’enseignement professionnel, rassemblées au sein de la NPVET (Politique nationale de l’enseignement et de la formation professionnels), visant à « intégrer les différents types d’enseignement et de formation professionnels dans un système global ». Le Botswana investit 21% de ses dépenses publiques dans l’éducation. En janvier 2006, le Botswana a annoncé la réintroduction des frais de scolarité après deux décennies d’enseignement public gratuit, bien que le gouvernement accorde toujours des bourses complètes avec frais de subsistance à tout citoyen du Botswana à l’université, soit à l’Université du Botswana, soit si l’étudiant le souhaite. poursuivre des études dans n’importe quel domaine non offert localement, comme la médecine, ils reçoivent une bourse complète pour étudier à l’étranger.

Les langues du Botswana

La langue officielle du Botswana est l’anglais bien que le setswana soit largement parlé à travers le pays. Dans Setswana, les préfixes sont plus importants qu’ils ne le sont dans de nombreuses autres langues, car Setswana est une langue bantoue et a des classes de noms dénotées par ces préfixes. Ils incluent Bo, qui fait référence au pays, Ba, qui fait référence au peuple, Mo, qui est une personne, et Se qui est la langue. Par exemple, le principal groupe ethnique du Botswana est le peuple Tswana, d’où le nom de Botswana pour son pays. Le peuple dans son ensemble est le Batswana, une personne est un Motswana et la langue qu’ils parlent est le Setswana. Les autres langues parlées au Botswana sont le kalanga (sekalanga), le sarwa (sesarwa), le ndebele, le! Xóõ et, dans certaines régions, l’afrikaans.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés