Afrique australe
19 octobre 2021

Bras de fer ouvert entre Pretoria et Moscou autour de l’efficacité du Spoutnik V

Pretoria (© 2021 Afriquinfos)– L’Afrique du Sud n’injectera pas le vaccin russe Spoutnik V à sa population. Son agence du […]

7 octobre 2021 Afrique australe

Desmond Tutu a 90 ans ce jeudi et demeure une source d’inspiration vivifiante au-delà de son pays

Le petit homme dans son habit violet d’archevêque a une aura et un rire qui ont passé les frontières de […]

Lire la suite »
24 septembre 2021 Afrique australe

Foot féminin : L’Afrique du Sud remporte le tournoi Aisha Buhari 2021 et revient au devant de la scène africaine

Lagos (© 2021 Afriquinfos)– Les Banyana Banyana font leur grand retour sur la scène continentale avec une victoire de prestige […]

Lire la suite »
10 septembre 2021 Afrique australe

Afrique du Sud: Fermeture du musée Liliesleaf, une insulte à la mémoire des victimes de l’apartheid?

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos) – La célébration en ce mois de septembre du «Heritage Month» en Afrique du Sud pour […]

Lire la suite »
1 septembre 2021 Afrique australe

Ramaphosa soupèse la corruption dans la première puissance industrielle d’Afrique

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos) – Le président sud-africain est monté au créneau après l’assassinat d’un responsable du Département de la […]

Lire la suite »
31 août 2021 Afrique australe

Coronavirus: Un nouveau variant mutant deux fois plus vite que les autres surveillé de près en Afrique du Sud

Des scientifiques sud-africains surveillent un nouveau variant du coronavirus possédant un taux de mutation inhabituel et dont la fréquence a […]

Lire la suite »
16 août 2021 Afrique australe

Séjour de Charlène de Monaco au bercail: Simple convalescence ou prémices d’un divorce princier?

Monaco (© 2021 Afriquinfos)- Des suspicions se font autour du séjour en Afrique du Sud de Charlène de Monaco depuis […]

Lire la suite »
Afrique australe

La maison de Mandela pourra désormais être visitée par des touristes du monde entier

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos)-Plus d’un, ont désormais la possibilité de voir ce à quoi ressemble la maison de Nelson Mandela […]

Lire la suite »
4 août 2021 Afrique australe

A la découverte de la trufficulture en Afrique du Sud

Seuls de maigres arbustes poussent sur ces sols sableux et acides d’Afrique du Sud choisis par Volker Miros pour cultiver […]

Lire la suite »
1 août 2021 Afrique australe

Haro sur le nombre de rhinocéros tués en Afrique du Sud en 2021

Au moins 249 rhinocéros ont été tués au cours des six premiers mois de l’année en Afrique du Sud, soit […]

Lire la suite »
30 juillet 2021 Afrique australe

Afrique du Sud : Deux ans déjà que le zoulou blanc J. Clegg est parti…

Johannesburg © 2021 Afriquinfos) – Deux ans déjà que Johnny Clegg a définitivement déposé sa guitare. Le chanteur sud-africain, auteur […]

Lire la suite »
28 juillet 2021 Afrique australe

Des Sud-Africaines poursuivent des multinationales pour des dégâts causés par des prothèses vaginales

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos)- Après des milliers d’autres plaintes à travers le monde, c’est autour des patientes sud-africaines de poursuivre […]

Lire la suite »
27 juillet 2021 Afrique australe

Vaccins: Accord historique entre Pretoria et Pfizer pour la production de 100 millions de doses/an pour inonder l’Afrique

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos) – Les initiatives se multiplient pour permettre à l’Afrique de rattraper son retard sur le plan […]

Lire la suite »
20 juillet 2021 Afrique australe

Jacob Zuma de retour dans le box des accusés le 10 août prochain dans une affaire de pots-de-vins 

Le procès de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma, dans une affaire de pots-de-vins vieille de plus de 20 ans, reprendra […]

Lire la suite »
17 juillet 2021 Afrique australe

Violences en Afrique du Sud : Le roi des Zoulous met en avant son aura et appelle à l’accalmie 

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos) – Bien que n’ayant pas de pouvoir réel, le Roi Zoulou exerce une influence morale sur […]

Lire la suite »
16 juillet 2021 Afrique australe

Violences en Afrique du Sud: Ramaphosa y lit une tentative de provoquer une « insurrection »

Les troubles et les pillages en Afrique du Sud, qui ont fait plus de 200 morts ces derniers jours, ont […]

Lire la suite »
15 juillet 2021 Afrique australe

Violences depuis près de 7 jours en Afrique du Sud: Une spirale aux causes pas seulement politiques

« Il y a un corps derrière », dit le pompier laconique. Il faut s’aventurer derrière les boutiques du centre commercial ravagé […]

Lire la suite »
8 juillet 2021 Afrique australe

Retour en prison de Zuma, test pour les institutions de la jeune démocratie sud-africaine

L’ex-président sud-africain Jacob Zuma, englué dans des scandales de corruption, a passé sa première nuit en prison: inédit en Afrique […]

Lire la suite »
Afrique australe

Jacob Zuma s’est constitué prisonnier mercredi après une condamnation de prison ferme

Il incarne à la fois le meilleur et le pire de l’Afrique du Sud: l’ex-président Jacob Zuma, détenu politique pendant […]

Lire la suite »
6 juillet 2021 Afrique australe

Master KG, compositeur du tube ‘Jerusalema’, prépare un album afro-pop pour 2021 

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos) – Compositeur du tube mondial «Jerusalema», le DJ Sud-africain Master KG vient de vient de sortir […]

Lire la suite »
5 juillet 2021 Afrique australe

Afrique du Sud: Avis de recherche international contre les frères Gupta pour davantage accabler Zuma?

Les autorités sud-africaines, qui cherchent à amener devant la justice les frères Gupta, trio d’hommes d’affaires accusés du pillage de […]

Lire la suite »
1 juillet 2021 Afrique australe

Controverse sur le financement de sa campagne 2017: Ramaphosa blanchi par la plus haute juridiction sud-africaine

La plus haute juridiction sud-africaine a blanchi jeudi le président Cyril Ramaphosa au sujet d’une controverse sur le financement de […]

Lire la suite »
29 juin 2021 Afrique australe

Condamné à 15 mois de prison pour outrage à la justice, J. Zuma a désormais cinq jours pour se rendre

L’intouchable ex-président sud-africain, Jacob Zuma, a finalement été condamné mardi à 15 mois de prison pour outrage à la justice, […]

Lire la suite »
Afrique australe

Jacob Zuma, ex-prisonnier politique pendant l’apartheid, dirigeant africain au profil atypique

Il incarne à la fois le meilleur et le pire de l’Afrique du Sud: l’ex-président Jacob Zuma, prisonnier politique pendant […]

Lire la suite »
28 juin 2021 Afrique australe

Procédures judiciaires: Jacob Zuma fixé ce 29 juin sur une éventuelle peine de prison

Saisie par une Commission anti-corruption, la plus haute juridiction sud-africaine doit statuer ce mardi sur une possible peine de prison […]

Lire la suite »
24 juin 2021 Afrique australe

Covid-19: 7,7 milliards de dollars de perte pour l’aviation en Afrique en 2020 selon l’IATA

L’Afrique a perdu quelque 7,7 milliards de dollars dans le secteur aérien en 2020, en raison des restrictions mises en […]

Lire la suite »
14 juin 2021 Afrique australe

La South African Airways sera désormais détenue à majorité par un consortium privé

La compagnie d’aviation sud-africaine, South African Airways (SAA), qui sort d’un plan de sauvegarde, sera désormais détenue à majorité par […]

Lire la suite »
31 mai 2021 Afrique australe

Lutte anti-jihadiste au Mozambique: Bientôt une aide décisive de Paris?

La France « est disposée » à « prendre part à des opérations maritimes » au large du Mozambique dans le cadre de la […]

Lire la suite »
29 mai 2021 Afrique australe

Mini-tournée de Macron en Afrique: Hommages à Nelson Mandela avant de quitter Johannesburg

« Un legs à l’humanité immense »: le président français Emmanuel Macron a rendu hommage samedi au premier président sud-africain noir, lors […]

Lire la suite »
25 mai 2021 Afrique australe

Libérale sur l’homosexualité, l’Afrique du Sud en passe de légaliser la polyandrie?

Pretoria (© 2021 Afriquinfos)- Après avoir accordé sa plus grande bénédiction aux relations homosexuelles, l’Afrique du Sud s’apprête-t-elle également à […]

Lire la suite »
17 mai 2021 Afrique australe

Afrique du Sud: Le procès pour corruption de Jacob Zuma encore reporté

Le procès pour corruption de l’ex-président sud-africain, Jacob Zuma, qui devait commencer lundi, a été reporté au 26 mai par […]

Lire la suite »
Afrique australe

Covid-19: Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud, Etat le plus touché du continent

Avec du retard et une troisième vague imminente de Covid-19, L’Afrique du Sud a lancé ce lundi 17 mai sa […]

Lire la suite »
14 mai 2021 Afrique australe

Afrique du Sud: Meurtres encore en hausse contrairement à la criminalité en baisse

Le nombre de meurtres a une nouvelle fois augmenté au cours des trois premiers mois de l’année en Afrique du […]

Lire la suite »
12 mai 2021 Afrique australe

Afrique du Sud: Grands traits de la Commission anti-corruption qui entend Cyril Ramaphosa ces 13 et 14 mai 2021

La Commission sud-africaine chargée depuis trois ans d’enquêter sur la corruption d’Etat, centrée sur la présidence de Jacob Zuma (2009-2018), […]

Lire la suite »
9 mai 2021 Afrique australe

Hommages traditionnels des Zoulous à leur reine défunte dans les rues de Johannesburg

Des centaines de Zoulous, en peaux de léopard traditionnelles, ont défilé mercredi 05 avril dans Johannesburg pour rendre hommage à […]

Lire la suite »
3 mai 2021 Afrique

Afrique du Sud: l’ANC divisée veut virer les corrompus, « sauver son âme »

Accusé de corruption, Ace Magashule avait 30 jours pour démissionner. Mais le secrétaire général de l’ANC n’a pas cédé, forçant […]

Lire la suite »
Afrique

Le charbon, mauvaise fortune des mineurs illégaux en Afrique du Sud

Au crépuscule, un pick-up repart rempli de charbon. Devant cette mine désaffectée à deux heures de Johannesburg, Bonginkosi Mhlanga jette […]

Lire la suite »
20 avril 2021 Afrique

Afrique du Sud: l’incendie au Cap menace le centre-ville, des habitants évacués

Des habitants du Cap, en Afrique du Sud, ont été évacués lundi alors que l’incendie qui s’est déclenché la veille […]

Lire la suite »
11 avril 2021 Afrique

Mozambique: l’avancée jihadiste inquiète l’Afrique australe sur la stabilité sécuritaire

L’attaque contre Palma dans le nord-est du Mozambique, tournant dans les violences infligées par les groupes armés jihadistes depuis 2017, […]

Lire la suite »
9 avril 2021 Afrique australe

Foot : ancienne gloire des Bafana Bafana, McCarthy lorgne le banc de l’équipe A

Pretoria (© 2021 Afriquinfos)- Après les mauvaises performances de ces derniers mois qui se sont soldées par une non-qualification pour […]

Lire la suite »
17 mars 2021 Afrique

Vote d’une loi anti-RASD à la CAF : première crise de l’ère Motsepe ?

Le Caire (@Afriquinfos) – Le discret et peu prolixe Patrice Motsepe va-t-il débuter son mandat à la tête de la […]

Lire la suite »
16 mars 2021 Afrique australe

Afrique du Sud: la nation zouloue attend son nouveau roi, après la disparition de Goodwill Zwelithini vendredi dernier 

Ethnie la plus nombreuse dans une Afrique du Sud aux onze langues officielles, la nation zouloue, au passé guerrier glorieux […]

Lire la suite »
12 mars 2021 Afrique australe

Elu par acclamation, Motsepe face à des défis pour soustraire la CAF de la tutelle de la FIFA   

Rabat (© 2021 Afriquinfos)- C’est fait ! Patrice Motsepe est le nouveau président de la Confédération Africaine de Football (CAF). Le milliardaire sud-africain, seul candidat en lice, a […]

Lire la suite »
Afrique australe

Mort du roi zoulou, aussi vénéré que controversé, disposant d’une rente annuelle d’environ 3,4 millions d’euros

En un demi-siècle de règne, il a réinstauré les danses des vierges et appelé à chasser du pays les immigrés, […]

Lire la suite »
Afrique australe

Afrique du Sud: mort du roi zoulou Goodwill Zwelithini

Goodwill Zwelithini, roi vénéré du peuple zoulou mais aussi figure controversée en Afrique du Sud, est mort vendredi à l’âge […]

Lire la suite »
11 mars 2021 Afrique australe

CAF: La surprise Patrice Motsepe, de Soweto au sommet du football africain

Enfant de Soweto devenu milliardaire, Patrice Motsepe s’apprête à devenir vendredi le nouveau roi du football africain en dépit de […]

Lire la suite »
10 mars 2021 Afrique

Afrique du Sud: la pandémie de Covid-19 fait plonger l’économie au plus bas depuis 11 ans

L’activité économique de l’Afrique du Sud a enregistré en 2020 sa première contraction annuelle depuis onze ans, en raison de […]

Lire la suite »
Afrique australe

Classement des sportifs les plus influents d’Afrique sur Twitter selon ‘Sport News Africa’ 

Pretoria (© 2021 Afriquinfos)- ‘Sport News Africa’ et Smart Data Power ont produit le classement des 100 sportifs africains les plus suivis sur Twitter. Sans […]

Lire la suite »
5 mars 2021 Afrique australe

Le majordome et Mandela: souvenirs du luxueux Blue Train sud-africain sous l’apartheid

Premier noir embauché sur l’ultra-luxueux Blue Train en Afrique du Sud, le majordome Sydney Masenyani, 61 ans, a accueilli des […]

Lire la suite »
Afrique australe

Escapade à bord du luxueux Blue Train sud-africain, loin du Covid-19

A la gare, les premiers élus sirotent déjà une coupette. Des serveurs en livrée font circuler dans ce salon privatif […]

Lire la suite »
L’Afrique du Sud, officiellement la République d’Afrique du Sud (RSA), est le pays le plus au sud de l’Afrique. Il est délimité au sud par 2 798 kilomètres (1 739 mi) de littoral d’Afrique australe s’étendant le long de l’océan Atlantique sud et de l’océan Indien au nord par les pays voisins de la Namibie, du Botswana et du Zimbabwe ; et à l’est et au nord-est par le Mozambique et Eswatini (Swaziland) ; et il entoure le pays enclavé du Lesotho. L’Afrique du Sud est le plus grand pays d’Afrique australe et le 24e plus grand pays du monde en termes de superficie et, avec plus de 58 millions d’habitants, est également le 24e pays le plus peuplé du monde. C’est le pays le plus au sud du continent de l’Ancien Monde ou de l’hémisphère oriental, et le pays le plus peuplé situé entièrement au sud de l’équateur (bien que la Tanzanie ne soit pas loin derrière). Environ 80 pour cent des Sud-Africains sont d’ascendance bantoue , répartis entre divers groupes ethniques parlant différentes langues africaines, dont neuf ont un statut officiel. La population restante se compose des plus grandes communautés africaines d’ascendance européenne, asiatique (indienne), et multiraciale (colorée). L’Afrique du Sud est une société multiethnique englobant une grande variété de cultures, de langues et de religions. Sa composition pluraliste se reflète dans la reconnaissance par la constitution de 11 langues officielles, qui est le quatrième plus grand nombre au monde. Deux de ces langues sont d’origine européenne : l’afrikaans développé à partir du néerlandais et sert de première langue à la plupart des Sud-Africains colorés et blancs ; l’anglais reflète l’héritage du colonialisme britannique et est couramment utilisé dans la vie publique et commerciale, bien qu’il soit classé quatrième comme première langue parlée. Le pays est l’un des rares en Afrique à n’avoir jamais connu de coup d’État et des élections régulières ont lieu depuis près d’un siècle. Cependant, la grande majorité des Sud-Africains noirs n’ont été affranchis qu’en 1994. Au cours du XXe siècle, la majorité noire a cherché à revendiquer davantage de droits de la minorité blanche dominante, cette lutte jouant un rôle important dans l’histoire et la politique récentes du pays. Le Parti national a imposé l’apartheid en 1948, institutionnalisant la ségrégation raciale antérieure. Après une longue et parfois violente lutte de la part du Congrès national africain (ANC) et d’autres militants anti-apartheid à l’intérieur et à l’extérieur du pays, l’abrogation des lois discriminatoires a commencé au milieu des années 80. Depuis 1994, tous les groupes ethniques et linguistiques ont une représentation politique dans la démocratie libérale du pays, qui comprend une république parlementaire et neuf provinces. L’Afrique du Sud est souvent désignée comme la «nation arc-en-ciel» pour décrire la diversité multiculturelle du pays, en particulier à la suite de l’apartheid. La Banque mondiale classe l’Afrique du Sud comme une économie à revenu intermédiaire de la tranche supérieure et un pays nouvellement industrialisé. Son économie est la deuxième en importance en Afrique et la 33e au monde. En termes de parité de pouvoir d’achat, l’Afrique du Sud a le septième revenu par habitant le plus élevé et le septième plus haut indice de développement humain en Afrique. Cependant, la pauvreté et les inégalités restent répandues, avec environ un quart de la population au chômage et vivant avec moins de 1,25 $ US par jour. L’Afrique du Sud a été identifiée comme une puissance moyenne dans les affaires internationales et conserve une influence régionale importante.

L’histoire de l’Afrique du Sud

Archéologie préhistorique

L’Afrique du Sud abrite certains des sites archéologiques et fossiles humains les plus anciens du monde. Les archéologues ont récupéré d’importants restes fossiles dans une série de grottes de la province de Gauteng. La zone, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, a été marquée « le berceau de l’humanité ». Les sites comprennent Sterkfontein, l’un des sites les plus riches en fossiles d’hominidés au monde. Les autres sites comprennent Swartkrans, Gondolin Cave Kromdraai, Coopers Cave et Malapa. Raymond Dart a identifié le premier fossile d’hominin découvert en Afrique, l’enfant Taung (trouvé près de Taung) en 1924. D’autres restes d’hominine sont venus des sites de Makapansgat dans la province du Limpopo, Cornelia et Florisbad dans la province de l’État libre, Border Cave à KwaZulu- Province du Natal, embouchure de la rivière Klasies dans la province du Cap oriental et Pinnacle Point, Elandsfontein et grotte Die Kelders dans la province du Cap occidental. Ces découvertes suggèrent que diverses espèces d’hominidés existaient en Afrique du Sud il y a environ trois millions d’années, à commencer par Australopithecus africanus. Des espèces ont suivi, dont Australopithecus sediba, Homo ergaster, Homo erectus, Homo rhodesiensis, Homo helmei, Homo naledi et les humains modernes (Homo sapiens). Les humains modernes habitent l’Afrique australe depuis au moins 170 000 ans. Divers chercheurs ont localisé des outils de galets dans la vallée de la rivière Vaal.

Expansion bantoue

Les colonies de peuples de langue bantoue, qui étaient des agriculteurs et des éleveurs de fer, étaient déjà présentes au sud du fleuve Limpopo (maintenant la frontière nord avec le Botswana et le Zimbabwe) au 4e ou 5e siècle de notre ère (voir l’expansion bantoue). Ils ont déplacé, conquis et absorbé les locuteurs d’origine khoisan, les peuples khoikhoi et san. Les Bantous se sont lentement déplacés vers le sud. On pense que les premières forges de la province moderne du KwaZulu-Natal datent d’environ 1050. Le groupe le plus au sud était le peuple Xhosa, dont la langue incorpore certains traits linguistiques des premiers Khoisans. Le Xhosa a atteint la rivière Great Fish, dans la province actuelle du Cap oriental. En migrant, ces populations plus importantes de l’âge du fer ont déplacé ou assimilé des peuples antérieurs. Dans la province de Mpumalanga, plusieurs cercles de pierre ont été trouvés ainsi que l’arrangement de pierre qui a été nommé le calendrier d’Adam.

Exploration portugaise

Au moment des contacts avec les Européens, le groupe ethnique dominant était les peuples de langue bantoue qui avaient migré d’autres parties de l’Afrique environ mille ans auparavant. Les deux principaux groupes historiques étaient les peuples Xhosa et Zulu. En 1487, l’explorateur portugais Bartolomeu Dias a dirigé le premier voyage européen pour atterrir en Afrique australe. Le 4 décembre, il a atterri à Walfisch Bay (maintenant connue sous le nom de Walvis Bay dans l’actuelle Namibie). C’était au sud du point le plus éloigné atteint en 1485 par son prédécesseur, le navigateur portugais Diogo Cão (Cape Cross, au nord de la baie). Les dias ont continué le long de la côte ouest de l’Afrique australe. Après le 8 janvier 1488, empêché par les tempêtes de continuer le long de la côte, il navigua hors de vue des terres et passa le point le plus au sud de l’Afrique sans le voir. Il atteignit la côte orientale de l’Afrique jusqu’à ce qu’il appela, Rio do Infante, probablement la rivière Groot actuelle, en mai 1488, mais à son retour, il vit le Cap, qu’il nomma pour la première fois Cabo das Tormentas (Cap des tempêtes). Son roi, Jean II, a renommé le point Cabo da Boa Esperança, ou cap de Bonne-Espérance, car il a conduit à la richesse des Indes orientales. L’exploit de navigation de Dias a ensuite été immortalisé dans le poème épique portugais de Luís de Camões, Les Lusiades (1572).

Colonisation néerlandaise

Au début du XVIIe siècle, la puissance maritime du Portugal commençait à décliner et les marchands anglais et néerlandais rivalisèrent pour évincer Lisbonne de son monopole lucratif sur le commerce des épices.Des représentants de la British East India Company ont fait des appels sporadiques au Cap à la recherche de provisions dès 1601, mais sont venus plus tard à favoriser l’île de l’Ascension et Sainte-Hélène comme ports de refuge alternatifs. L’intérêt hollandais a été suscité après 1647, lorsque deux employés de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (COV) y ont fait naufrage pendant plusieurs mois. Les marins ont pu survivre en obtenant de l’eau fraîche et de la viande des indigènes. Ils ont également semé des légumes dans un sol fertile. À leur retour en Hollande, ils ont fait un rapport favorable sur le potentiel du Cap en tant qu’ ‘ »entrepôt et jardin » pour des provisions pour stocker les navires de passage pour de longs voyages. En 1652, un siècle et demi après la découverte de la route maritime du Cap, Jan van Riebeeck établit une station d’avitaillement au Cap de Bonne-Espérance, dans ce qui allait devenir Le Cap, au nom de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Avec le temps, le Cap a accueilli une importante population de « vrijlieden », également appelés « vrijburgers » (citoyens libres), d’anciens employés de l’entreprise qui sont restés dans les territoires néerlandais à l’étranger après avoir purgé leur contrat. Les commerçants hollandais ont également importé des milliers d’esclaves dans la colonie naissante d’Indonésie, de Madagascar et de certaines parties de l’Afrique de l’Est. Certaines des premières communautés métissées du pays ont été constituées par le biais d’unions entre vrijburgers, leurs esclaves et divers peuples autochtones. Cela a conduit au développement d’un nouveau groupe ethnique, les Cape Coloureds, dont la plupart ont adopté la langue néerlandaise et la foi chrétienne. L’expansion vers l’est des colons hollandais a inauguré une série de guerres avec la tribu Xhosa migrant vers le sud-ouest, connue sous le nom de guerres Xhosa, alors que les deux parties se disputaient les pâturages nécessaires pour faire paître leur bétail près de la Great Fish River. Les Vrijburgers qui sont devenus des agriculteurs indépendants à la frontière étaient connus sous le nom de Boers, certains adoptant des modes de vie semi-nomades étant appelés trekboers. Les Boers ont formé des milices lâches, qu’ils ont appelées commandos, et ont forgé des alliances avec des groupes khoisans pour repousser les raids de Xhosa. Les deux parties ont lancé des offensives sanglantes mais peu concluantes et la violence sporadique, souvent accompagnée de vols de bétail, est restée courante pendant plusieurs décennies.

Colonisation britannique

La Grande-Bretagne a occupé Le Cap entre 1795 et 1803 pour l’empêcher de tomber sous le contrôle de la Première République française, qui avait envahi les Pays-Bas. Bien qu’il revienne brièvement à la domination hollandaise sous la République batave en 1803, le Cap fut de nouveau occupé par les Britanniques en 1806. Après la fin des guerres napoléoniennes, il a été officiellement cédé à la Grande-Bretagne et est devenu une partie intégrante de l’Empire britannique. L’émigration britannique vers l’Afrique du Sud a commencé vers 1818, culminant par la suite avec l’arrivée des colons de 1820. Les nouveaux colons ont été amenés à s’installer pour diverses raisons, à savoir augmenter la taille de la main-d’œuvre européenne et renforcer les régions frontalières contre les incursions de Xhosa. Au cours des deux premières décennies du XIXe siècle, le peuple zoulou a gagné en puissance et a étendu son territoire sous la direction de Shaka. La guerre de Shaka a indirectement conduit à la Mfécane (« écrasement »), dans laquelle 1 000 000 à 2 000 000 personnes ont été tuées et le plateau intérieur a été dévasté et dépeuplé au début des années 1820. Une ramification des Zoulous, le peuple Matabele a créé un plus grand empire qui comprenait de grandes parties du haut-niveau sous leur roi Mzilikazi. Au début des années 1800, de nombreux colons hollandais sont partis de la colonie du Cap, où ils avaient été soumis au contrôle britannique. Ils ont migré vers les futures régions du Natal, d’Orange Free State et du Transvaal. Les Boers ont fondé les Républiques Boers: la République sud-africaine (aujourd’hui les provinces de Gauteng, Limpopo, Mpumalanga et du Nord-Ouest), la République de Natalia (KwaZulu-Natal) et l’Orange Free State (Free State).

La découverte de diamants en 1867 et d’or en 1884 à l’intérieur a déclenché la révolution minérale et accru la croissance économique et l’immigration. Cela a intensifié les efforts britanniques pour prendre le contrôle des peuples autochtones. La lutte pour contrôler ces importantes ressources économiques a été un facteur dans les relations entre les Européens et la population indigène ainsi qu’entre les Boers et les Britanniques. La guerre anglo-zouloue a été menée en 1879 entre le Royaume-Uni et le Royaume zoulou. Suite à l’introduction réussie de Lord Carnarvon de la fédération au Canada, on pensait qu’un effort politique similaire, couplé à des campagnes militaires, pourrait réussir avec les royaumes africains, les zones tribales et les républiques boers en Afrique du Sud. En 1874, Sir Henry Bartle Frere a été envoyé en Afrique du Sud en tant que haut-commissaire britannique pour concrétiser ces plans. Parmi les obstacles figuraient la présence des États indépendants des Boers et du Royaume du Zululand et de son armée. La nation zouloue a vaincu les Britanniques lors de la bataille d’Isandlwana. Finalement, cependant, la guerre a été perdue, entraînant la fin de l’indépendance de la nation zouloue.

Les Républiques Boers ont résisté avec succès aux empiètements britanniques pendant la Première Guerre des Boers (1880–1881) en utilisant des tactiques de guérilla, qui étaient bien adaptées aux conditions locales. Les Britanniques revinrent avec un plus grand nombre, plus d’expérience et une nouvelle stratégie dans la seconde guerre des Boers (1899–1902) mais subirent de lourdes pertes par attrition ; néanmoins, ils ont finalement réussi. Plus de 27 000 femmes et enfants boers ont péri dans les camps de concentration britanniques.

Indépendance

À l’intérieur du pays, les politiques anti-britanniques des Sud-Africains blancs étaient axées sur l’indépendance. Pendant les années coloniales hollandaise et britannique, la ségrégation raciale était principalement informelle, bien que certaines lois aient été promulguées pour contrôler l’établissement et le mouvement des autochtones, y compris la loi sur la localisation des indigènes de 1879 et le système de lois sur les laissez-passer. Huit ans après la fin de la deuxième guerre des Boers et après quatre ans de négociations, une loi du Parlement britannique (South Africa Act 1909) accorda l’indépendance nominale, tout en créant l’Union sud-africaine le 31 mai 1910. L’Union était une domination qui comprenait les anciens territoires des colonies du Cap, du Transvaal et du Natal, ainsi que la république de l’État libre d’Orange.

Les Natives ‘Land Act de 1913 restreignit sévèrement la propriété des terres par les Noirs ; à ce stade, les autochtones ne contrôlaient que 7% du pays. La superficie des terres réservées aux peuples autochtones a ensuite été légèrement augmentée. En 1931, l’union était pleinement souveraine du Royaume-Uni avec l’adoption du Statut de Westminster, qui abolit les derniers pouvoirs du gouvernement britannique sur le pays. En 1934, le Parti sud-africain et le Parti national ont fusionné pour former le Parti uni, cherchant la réconciliation entre les Afrikaners et les Blancs anglophones. En 1939, le parti s’est divisé sur l’entrée de l’Union dans la Seconde Guerre mondiale en tant qu’allié du Royaume-Uni, une décision à laquelle les partisans du Parti national se sont fermement opposés.

Début de l’apartheid

En 1948, le Parti national est élu au pouvoir. Il a renforcé la ségrégation raciale commencée sous la domination coloniale néerlandaise et britannique. Prenant la Loi sur les Indiens du Canada comme cadre, le gouvernement nationaliste a classé tous les peuples en trois races et a développé des droits et des limitations pour chacun. La minorité blanche (moins de 20%) contrôlait la grande majorité noire. La ségrégation légalement institutionnalisée est devenue connue sous le nom d’apartheid. Alors que les Blancs jouissaient du niveau de vie le plus élevé de toute l’Afrique, comparable aux pays occidentaux du premier monde, la majorité noire restait désavantagée par presque toutes les normes, y compris le revenu, l’éducation, le logement et l’espérance de vie. La Charte de la liberté, adoptée en 1955 par l’Alliance du Congrès, exigeait une société non raciale et la fin de la discrimination.

République

Le 31 mai 1961, le pays est devenu une république à la suite d’un référendum (ouvert uniquement aux électeurs blancs) qui s’est déroulé de justesse ; la province du Natal, dominée par les Britanniques, a largement voté contre la proposition. La reine Elizabeth II a perdu le titre de reine d’Afrique du Sud et le dernier gouverneur général, Charles Robberts Swart, est devenu président de l’État. En tant que concession au système de Westminster, la nomination du président est restée une nomination par le Parlement, et pratiquement impuissante jusqu’à la Constitution de PW Botha de 1983, qui a supprimé le poste de Premier ministre et a instauré une « présidence forte » presque unique, responsable devant le Parlement. Sous la pression d’autres pays du Commonwealth des Nations, l’Afrique du Sud s’est retirée de l’organisation en 1961 et ne l’a rejointe qu’en 1994.

Malgré l’opposition à l’intérieur et à l’extérieur du pays, le gouvernement a légiféré pour la poursuite de l’apartheid. Les forces de sécurité ont réprimé la dissidence interne et la violence s’est généralisée, des organisations anti-apartheid telles que le Congrès national africain (ANC), l’Organisation populaire azanienne (AZAPO) et le Congrès panafricaniste (PAC) ont mené une guérilla et le sabotage urbain. Les trois mouvements de résistance rivaux se sont également livrés à des affrontements inter-factions occasionnels alors qu’ils tentaient de gagner en influence nationale. L’apartheid est devenu de plus en plus controversé et plusieurs pays ont commencé à boycotter les affaires avec le gouvernement sud-africain en raison de ses politiques raciales. Ces mesures ont ensuite été étendues aux sanctions internationales et à la cession de participations par des investisseurs étrangers. À la fin des années 70, l’Afrique du Sud a lancé un programme de développement d’armes nucléaires. Au cours de la décennie suivante, il a produit six armes nucléaires livrables.

Fin de l’apartheid

La Déclaration de foi de Mahlabatini, signée par Mangosuthu Buthelezi et Harry Schwarz en 1974, a consacré les principes de la transition pacifique du pouvoir et de l’égalité pour tous, le premier de ces accords par des dirigeants politiques noirs et blancs en Afrique du Sud. Finalement, FW de Klerk a ouvert des discussions bilatérales avec Nelson Mandela en 1993 pour une transition des politiques et du gouvernement. En 1990, le gouvernement du Parti national a fait le premier pas vers le démantèlement de la discrimination en levant l’interdiction de l’ANC et d’autres organisations politiques. Il a libéré Nelson Mandela de prison après 27 ans de prison pour sabotage. Un processus de négociation a suivi. Avec l’approbation de l’électorat blanc lors d’un référendum de 1992, le gouvernement a poursuivi les négociations pour mettre fin à l’apartheid. L’Afrique du Sud a également détruit son arsenal nucléaire et adhéré au Traité de non-prolifération nucléaire. L’Afrique du Sud a tenu ses premières élections universelles en 1994, que l’ANC a remportées à une écrasante majorité. Il est au pouvoir depuis. Le pays a rejoint le Commonwealth des nations et est devenu membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

En Afrique du Sud après l’apartheid, le chômage a été extrêmement élevé car le pays a dû faire face à de nombreux changements. Alors que de nombreux Noirs sont passés aux classes moyennes ou supérieures, le taux de chômage global des Noirs a empiré entre 1994 et 2003 selon les paramètres officiels, mais a diminué de manière significative en utilisant des définitions élargies. La pauvreté parmi les Blancs, auparavant rare, a augmenté. De plus, le gouvernement actuel a eu du mal à instaurer la discipline monétaire et budgétaire pour assurer à la fois la redistribution de la richesse et la croissance économique. L’indice de développement humain (IDH) des Nations Unies (ONU) en Afrique du Sud a baissé de 1995 à 2005, alors qu’il augmentait régulièrement jusqu’au milieu des années 90, avant de retrouver son pic de 1995 en 2013. Ceci est en grande partie attribuable à la pandémie sud-africaine de VIH / sida qui a vu l’espérance de vie en Afrique du Sud passer d’un point haut de 62,25 ans en 1992 à un minimum de 52,57 en 2005 et à l’échec du gouvernement à prendre des mesures pour y remédier dans les premières années. En mai 2008, des émeutes ont fait plus de 60 morts. Le Center on Housing Rights and Evictions estime que plus de 100 000 personnes ont été chassées de leur domicile. Les cibles étaient principalement des migrants légaux et illégaux et des réfugiés demandeurs d’asile, mais un tiers des victimes étaient des citoyens sud-africains. Dans une enquête de 2006, le South African Migration Project a conclu que les Sud-Africains étaient plus opposés à l’immigration que partout ailleurs dans le monde. En 2008, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a signalé que plus de 200 000 réfugiés avaient demandé l’asile en Afrique du Sud, près de quatre fois plus que l’année précédente. Ces personnes venaient principalement du Zimbabwe, bien que beaucoup viennent également du Burundi, de la République démocratique du Congo, du Rwanda, de l’Érythrée, de l’Éthiopie et de la Somalie. La concurrence sur les emplois, les opportunités commerciales, les services publics et le logement a créé des tensions entre les réfugiés et les communautés d’accueil. Bien que la xénophobie en Afrique du Sud soit toujours un problème, la violence récente n’a pas été aussi répandue qu’on le craignait initialement. Néanmoins, alors que l’Afrique du Sud continue de se débattre avec des problèmes raciaux, l’une des solutions proposées a été d’adopter une législation, telle que le projet de loi sur les crimes haineux et le discours de haine, pour maintenir l’interdiction du racisme et l’engagement de l’Afrique du Sud en faveur de l’égalité.

La politique de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud est une république parlementaire, bien que, contrairement à la plupart de ces républiques, le président soit à la fois chef d’État et chef de gouvernement et dépend pour son mandat de la confiance du Parlement. L’exécutif, le législatif et le judiciaire sont tous soumis à la suprématie de la Constitution et les cours supérieures ont le pouvoir d’annuler les actes exécutifs et les actes du Parlement s’ils sont inconstitutionnels. L’Assemblée nationale, la chambre basse du Parlement, se compose de 400 membres et est élue tous les cinq ans selon un système de représentation proportionnelle sur liste des partis. Le Conseil national des provinces, la chambre haute, se compose de quatre-vingt-dix membres, chacune des neuf législatures provinciales élisant dix membres. Après chaque élection parlementaire , l’Assemblée nationale élit l’un de ses membres à la présidence ; par conséquent, le Président exerce un mandat identique à celui de l’Assemblée, normalement cinq ans. Aucun président ne peut exercer plus de deux mandats. Le président nomme un vice-président et des ministres, qui forment le cabinet composé des départements et des ministères. Le Président et le Cabinet peuvent être destitués par l’Assemblée nationale par une motion de censure. Lors de la dernière élection, tenue le 8 mai 2019, l’ANC a remporté 57,5% des suffrages et 230 sièges, tandis que la principale opposition, l’Alliance démocratique (DA), a obtenu 20,77% des suffrages et 84 sièges. Les combattants de la liberté économique (EFF), fondés par Julius Malema, ancien président de la jeunesse de l’ANC (Ligue de la jeunesse de l’ANC), qui a ensuite été expulsé de l’ANC, ont remporté 10,79% des voix et 44 sièges. L’ANC est le parti politique au pouvoir en Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid. L’Afrique du Sud n’a pas de capitale juridiquement définie. Le quatrième chapitre de la Constitution de l’Afrique du Sud stipule que « Le siège du Parlement est le Cap, mais une loi du Parlement adoptée conformément aux articles 76 (1) et (5) peut déterminer que le siège du Parlement est ailleurs ». Les trois branches du gouvernement du pays sont réparties sur différentes villes. Le Cap, en tant que siège du Parlement, est la capitale législative; Pretoria, en tant que siège du président et du Cabinet, est la capitale administrative; et Bloemfontein, en tant que siège de la Cour suprême d’appel, est la capitale judiciaire, tandis que la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud siège à Johannesburg. La plupart des ambassades étrangères sont situées à Pretoria. Depuis 2004, l’Afrique du Sud a accueilli plusieurs milliers de manifestations populaires, dont certaines violentes, ce qui en fait, selon un universitaire, le « pays le plus riche en protestations du monde ». Il y a eu un certain nombre d’incidents de répression politique ainsi que des menaces de répression future en violation de la constitution, conduisant certains analystes et organisations de la société civile à conclure qu’il existe ou pourrait exister un nouveau climat de répression politique ou une baisse de la tolérance politique. En 2008, l’Afrique du Sud s’est classée cinquième sur 48 pays d’Afrique subsaharienne dans l’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine. L’Afrique du Sud a obtenu de bons résultats dans les catégories État de droit, Transparence et corruption, et Participation et droits de l’homme, mais a été déçue par ses performances relativement médiocres en matière de sûreté et de sécurité. En novembre 2006, l’Afrique du Sud est devenue le premier pays africain à légaliser le mariage homosexuel.

L’économie de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud a une économie mixte, la deuxième en importance en Afrique après le Nigéria. Il a également un produit intérieur brut (PIB) par habitant relativement élevé par rapport à d’autres pays d’Afrique subsaharienne (11 750 $ US à parité de pouvoir d’achat en 2012). Malgré cela, l’Afrique du Sud est toujours accablée par un taux de pauvreté et de chômage relativement élevé et se classe également dans les dix premiers pays du monde pour l’inégalité des revenus, mesuré par le coefficient de Gini. Contrairement à la plupart des pays pauvres du monde, l’Afrique du Sud n’a pas une économie informelle florissante. Seuls 15% des emplois sud-africains sont dans le secteur informel, contre environ la moitié au Brésil et en Inde et près des trois quarts en Indonésie. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) attribue cette différence au vaste système de protection sociale de l’Afrique du Sud. Les recherches de la Banque mondiale montrent que l’Afrique du Sud présente l’un des écarts les plus importants entre le PIB par habitant et son indice de développement humain (IDH), seul le Botswana affichant un écart plus important. Après 1994, la politique gouvernementale a fait baisser l’inflation, stabilisé les finances publiques et attiré une partie des capitaux étrangers, mais la croissance était encore médiocre. À partir de 2004, la croissance économique s’est nettement accélérée ; l’emploi et la formation de capital ont augmenté. Pendant la présidence de Jacob Zuma, le gouvernement a accru le rôle des entreprises publiques (entreprises publiques). Certaines des plus grandes entreprises publiques sont Eskom, le monopole de l’énergie électrique, South African Airways (SAA), et Transnet, le monopole des chemins de fer et des ports. Certaines de ces entreprises publiques n’ont pas été rentables, comme la SAA, qui a nécessité des renflouements totalisant 30 milliards de rands (2,25 milliards de dollars) sur 20 ans.

Les principaux partenaires commerciaux internationaux de l’Afrique du Sud en plus des autres pays africains sont l’Allemagne, les États-Unis, la Chine, le Japon, le Royaume-Uni et l’Espagne. L’industrie agricole sud-africaine représente environ 10% de l’emploi formel, relativement faible par rapport à d’autres parties de l’Afrique, ainsi que la fourniture de travail aux travailleurs occasionnels et la contribution d’environ 2,6% du PIB à la nation. En raison de l’aridité des terres, seuls 13,5% peuvent être utilisés pour la production agricole et 3% seulement sont considérés comme des terres à fort potentiel.  En août 2013, l’Afrique du Sud a été classée comme le premier pays africain du futur par le magazine fDi en fonction de son potentiel économique, de son environnement de travail, de sa rentabilité, de ses infrastructures, de sa convivialité commerciale et de sa stratégie d’investissement direct étranger. L’indice de secret financier (IDE) classe l’Afrique du Sud comme le 50e paradis fiscal le plus sûr au monde.

Tourisme

L’Afrique du Sud est une destination touristique populaire, et une part importante des revenus provient du tourisme.

La démographie de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud est une nation d’environ 55 millions de personnes (2016) d’origines, de cultures, de langues et de religions diverses. Le dernier recensement a eu lieu en 2011, avec une enquête nationale intercensitaire plus récente réalisée en 2016. L’Afrique du Sud abrite environ cinq millions d’immigrants illégaux, dont environ trois millions de Zimbabwéens. Une série d’émeutes anti-immigrés s’est produite en Afrique du Sud à partir du 11 mai 2008. Statistics South Africa demande aux gens de se décrire dans le recensement en termes de cinq groupes raciaux de population. Les chiffres du recensement de 2011 pour ces groupes étaient : Noirs africains à 79,2%, Blancs à 8,9%, Colorés à 8,9%, Asiatiques à 2,5% et Autres / Non spécifiés à 0,5%. Le premier recensement en Afrique du Sud en 1911 montre que les blancs représentent 22% de la population; ce pourcentage était tombé à 16% en 1980. L’Afrique du Sud abrite une importante population de réfugiés et de demandeurs d’asile. Selon le World Refugee Survey 2008, publié par le Comité américain pour les réfugiés et les immigrants, cette population était d’environ 144 700 en 2007. Des groupes de réfugiés et de demandeurs d’asile de plus de 10 000 personnes comprenaient des personnes du Zimbabwe (48 400), de la RDC (24 800) et de la Somalie (12 900). Ces populations vivaient principalement à Johannesburg, Pretoria, Durban, Le Cap et Port Elizabeth.

L’éducation de l’Afrique du Sud

Le taux d’alphabétisation des adultes en 2007 était de 88,7%. L’Afrique du Sud a un système d’enseignement à trois niveaux commençant par l’école primaire, suivi par l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur sous la forme d’universités (universitaires) et d’universités de technologie. Les apprenants ont douze ans de scolarité formelle, de la 1re à la 12e année. La classe R, ou 0e année, est une année de pré-primaire. Les écoles primaires s’étalent sur les sept premières années de scolarité. L’enseignement secondaire s’étend sur cinq autres années. L’examen du National Senior Certificate (NSC) a lieu à la fin de la 12e année et est nécessaire pour les études supérieures dans une université sud-africaine. Les universités publiques d’Afrique du Sud sont divisées en trois types : les universités traditionnelles, qui offrent des diplômes universitaires à orientation théorique ; les universités de technologie (anciennement appelées « technikons »), qui offrent des diplômes et des diplômes à vocation professionnelle; et des universités polyvalentes, qui offrent les deux types de qualification. L’Afrique du Sud compte 23 universités publiques: 11 universités traditionnelles, 6 universités de technologie et 6 universités polyvalentes. Sous l’apartheid, les écoles pour les Noirs étaient soumises à la discrimination en raison d’un financement insuffisant et d’un programme distinct appelé Bantu Education qui était uniquement conçu pour leur donner les compétences suffisantes pour travailler comme ouvriers. En 2004, l’Afrique du Sud a commencé à réformer son système d’enseignement supérieur, à fusionner et à intégrer de petites universités dans des établissements plus grands, et à renommer tous les établissements d’enseignement supérieur « université ». En 2015, 1,4 million d’étudiants de l’enseignement supérieur avaient bénéficié d’un programme d’aide financière promulgué en 1999.

Les langues de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud compte 11 langues officielles: le zoulou, le xhosa, l’afrikaans, l’anglais, le nord du sotho, le tswana, le sud du sotho, le tsonga, le swazi, le venda et le sud du ndebele (dans l’ordre des locuteurs de la première langue). À cet égard, il n’est quatrième qu’en Bolivie, en Inde et au Zimbabwe. Alors que toutes les langues sont formellement égales, certaines langues sont parlées plus que d’autres. Selon le recensement de 2011, les trois premières langues les plus parlées sont le zoulou (22,7%), le xhosa (16,0%) et l’afrikaans (13,5%). Malgré le fait que l’anglais soit reconnu comme la langue du commerce et de la science, il est classé quatrième et a été répertorié comme la première langue de seulement 9,6% des Sud-Africains en 2011 ; mais elle reste de facto la lingua franca de la nation. Les estimations basées sur le recensement de 1991 suggèrent qu’un peu moins de la moitié des Sud-Africains peuvent parler anglais. C’est la deuxième langue la plus parlée en dehors du ménage, après isiZulu. Le pays reconnaît également plusieurs langues non officielles, notamment le fanagalo, le khoe, le lobedu, le nama, le nord du ndebele, le phuthi et la langue des signes sud-africaine. Ces langues non officielles peuvent être utilisées dans certaines utilisations officielles dans des zones limitées où il a été déterminé que ces langues sont répandues. Beaucoup de langues non officielles du peuple San et Khoikhoi contiennent des dialectes régionaux qui s’étendent vers le nord en Namibie et au Botswana, et ailleurs. Ces personnes, qui sont une population physiquement distincte des autres Africains, ont leur propre identité culturelle basée sur leurs sociétés de chasseurs-cueilleurs. Ils ont été marginalisés dans une large mesure et le reste de leur langue risque de disparaître. Les Sud-Africains blancs peuvent également parler des langues européennes, notamment l’italien, le portugais (également parlé par les Angolais et les Mozambicains noirs), le néerlandais, l’allemand et le grec, tandis que certains Sud-Africains indiens parlent des langues indiennes, telles que le gujarati, l’hindi, le tamoul, le télougou et Ourdou. Le français est parlé en Afrique du Sud par des migrants originaires d’Afrique francophone.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés