Burkina-Faso/Procès Putsch de 2015 : le Général Diendéré met en cause la hiérarchie militaire

Ouagadougou  (© 2018 Afriquinfos)- L’ancien Chef du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) sous le régime de Blaise Compaoré, était mercredi à son troisième jour de comparution dans le procès du putsch de 2015. Le Général Diendéré qui « assume » sa part de responsabilité dans les évènements qui se sont produits trois ans plus tôt, estime que certains hauts gradés de l’Armée devraient se retrouver à ses côtés dans le box des accusés.

Au troisième jour de sa comparution dans le procès de coup d’état de 2015, le Général Gilbert Diendéré a peu apprécié la lecture des déclarations des Chefs de l’Armée qui l’accusait d’être le principal cerveau du putsch. Selon lui, ces derniers ne devraient pas participer à ce procès en tant que témoins mais bien en qualité d’accusés : « Ils ne devraient pas venir en tant que témoins mais avec une autre qualité (…). Leur place est à côté de nous dans le box des accusés », a rétorqué l’ancien bras droit de Blaise Compaoré.

Ses accusateurs d’aujourd’hui sont, selon ses déclarations, tous impliqués dans la tentative de renversement du régime de transition en septembre 2015. Citant notamment l’ancien Chef d’Etat-Major général, le Général Pingrenoma Zagré et le Secrétaire Général du ministère de la Défense nationale, le Colonel-major Alassane Moné, le Général Diendéré a déclaré devant la Cour, que pour « qu’une justice équitable soit rendue à ceux qui sont morts et blessés, toute la hiérarchie militaire devrait passer à la barre pour clarifier leur rôle dans les faits de 2015.

Pour l’heure, le Parquet n’en est pas encore à une requalification des chefs d’accusations. Elle a présenté à l’audience, une proclamation du coup d’     Etat retrouvée dans l’ordinateur du Gal Diendéré confirmant ainsi qu’il est bien la pièce maîtresse des évènements qui ont conduit à la mort de 14 personnes et fait 270 blessés. L’intéressé nie avoir connaissance dudit document et rétorque que « n’importe qui peut avoir introduit le document dans mon ordinateur ». Le Général Gilbert Diendéré nie toujours être le commanditaire de la tentative de coup d’état de septembre 2015. Au total 84 accusés sont jugés par un tribunal militaire à Ouagadougou depuis le début du procès en février.

Boniface.T.