Accueil Afrique du Nord Maroc Hausse de 7,8% des transferts des Marocains résidant à l’étranger en 2010

Hausse de 7,8% des transferts des Marocains résidant à l’étranger en 2010

Hausse de 7,8% des transferts des Marocains résidant à l’étranger en 2010

Les transferts des Marocains résidant à l'étranger (MRE) se sont élevés à 54,10 milliards de dirhams (MMDH) en 2010, contre 50,21 MMDH une année auparavant, s'inscrivant en hausse de 7,8%, a indiqué le ministre marocain délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, Mohamed Ameur.

Les transferts des MRE ont passé de 47 MMDH en 2006 à 55 MMDH en 2007 avant de baisser de 3,5% en 2008 pour s'établir à 53,72 MMDH, a précisé vendredi le ministre qui intervenait mardi devant le conseil de gouvernement.

S'agissant des modes de transferts, les virements bancaires demeurent le moyen privilégié des Marocains du monde avec 40,44 MMDH en 2010, suivis des chèques bancaires (12,56 MMDH) et de la poste (1,97 MMDH), a-t-il ajouté.

Les transferts des MRE en provenance de la France ont enregistré une hausse de 9,4% en 2010 passant de 20,22 MMDH en 2009 à 22,13 MMDH. Pour ce qui est des transferts des MRE des Etats-Unis, ils ont atteint 2,95 MMDH en 2010 contre 2,51 MMDH un an auparavant, soit une hausse de 17,4%.

Les transferts des Marocains établis en Espagne, en Italie, en Allemagne et en Belgique ont connu par contre une baisse respectivement de 8,4%, 10,1%, 9,9% et de 7,4%.

Ces chiffres confirment ceux fournis par l'Office des changes marocain. Ce dernier avait indiqué que les transferts en devises des MRE ont rapporté au Maroc plus de 4,3 milliards d'euros en 2010. Soit une hausse de 7.8% par rapport à l'année précédente.

Aussi, les recettes générées en 2010 au titre des services ont atteint les 9 milliards d'euros, soit une amélioration de 8,4% par rapport à la même période de 2009.  

Ces performances ont été réalisées grâce à une politique d'incitation à l'investissement et au renforcement des mesures prises par le gouvernement marocain en vue d'atténuer les impacts de la crise économique mondiale sur les citoyens marocains à l'étranger.

De ces mesures, l'on retient que les véhicules usagés, importés par les MRE à titre isolé feront l'objet d'une dérogation spécifique jusqu'au 31 décembre 2012.

De même, les jeunes marocains résidant à l'étranger âgés de moins de 18 ans ont été exonérés, depuis le 1er janvier 2011, des droits de timbres pour l'obtention du passeport.

Dans le cadre de la loi de fiances 2011, le gouvernement marocain avait  introduit une modification du code général des impôts qui stipule l'exonération des mineurs de moins de 18 ans des droits de chancellerie lors de l'établissement du passeport biométrique ou provisoire, avait indiqué le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger dans un communiqué.

Il faut souligner que les MRE reviennent souvent au pays des quatre coins de la planète pour revoir leurs familles, investir ou concrétiser un projet.

Leur nombre s'élève à plus de 3 millions de Marocains, dont la majorité d'entre eux vient d'Europe, des pays arabes du Golfe et de l'Amérique du Nord.

Leur apport économique est de plus en plus important. A ces investisseurs marocains à l'étranger, le gouvernement marocain a augmenté le plafond autorisé pour qu'il passe de 3 à 10 millions d'euros par an pour les investissements en Afrique et à 5 millions d'euros pour les investissements en dehors du continent.

Ces fonds contribuent efficacement au financement de l'économie, car ils représentent un quart des recettes courantes de la balance des paiements et 9% du PIB.

Leurs investissements physiques au Maroc représentent 1,5% des IED dans le Royaume, selon la Direction marocaine des investissements.