Le Maroc disposé à partager son  expérience en matière de tourisme avec la Mauritanie

Nouakchott (© 2019 Afriquinfos)- lors du lancement de la saison touristique, samedi à Atar (au nord de Nouakchott) l’ambassadeur du Maroc en Mauritanie a affirmé que son pays s’engage à mettre à la disposition de la Mauritanie son expérience et son expertise en matière de tourisme afin de contribuer au développement des importantes et prometteuses potentialités de ce secteur.

 

Présent au lancement de cette saison touristique qui dure 6 mois, l’ambassadeur du Maroc, Hamid Chbarou, a été témoin de l’arrivée, en provenance de Paris, d’un groupe de 85 touristes de différentes nationalités européennes.

 

L’ambassadeur de France à Nouakchott, Pierre Mollier, présent lui aussi à la cérémonie, a réitéré l’engagement de son pays à contribuer au développement du secteur touristique en Mauritanie, qui a souffert, pendant de longues années, d’une interdiction faite par Paris à ses ressortissants de visiter le nord du pays pour des raisons sécuritaires.

 

Le Maroc pour sa part a connu un nombre record de touristes en 2017 avec 11,35 millions de visiteurs, soit 10% de plus que l’année précédente, dépassant pour la première fois la barre des 11 millions.

 

Cette progression concerne les principaux marchés émetteurs du royaume (France, Espagne, Allemagne), alors que les «marchés émergents» comme la Chine et le Brésil ont enregistré de «fortes croissances», a précisé dans un communiqué le ministère du Tourisme.

 

Les recettes touristiques en devises ont atteint 69,7 milliards de dirhams en 2017 (6,16 milliards d’euros) contre 64,2 milliards de dirhams (5,67 milliards d’euros) une année auparavant.

 

Le tourisme marocain a notamment bénéficié en 2017 d’un renforcement des liaisons aériennes, avec de nouvelles lignes vers l’Europe lancées par des compagnies low-cost, et plusieurs vols intérieurs opérés par la compagnie nationale Royal Air Maroc.

 

Le tourisme représente 10% de la richesse du royaume et constitue son deuxième employeur, après l’agriculture. Avec les exportations et les transferts financiers des Marocains vivant à l’étranger, il est l’une des principales sources de devises du pays.